Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Verneuil sous coucy par kate nana

Bienvenue sur ce blog ! Merci pour vos passage et bonne lecture !!

MAISON SPECIALE

Publié le 23 Avril 2015 par katenana in village autour de coucy

                                              BIENVENUE CHEZ MOI

BIENVENUE CHEZ MOI

Aisne > Chauny Unique au monde : cette ville de l'Aisne a été construite selon des plans codés ! Jean-Michel François La cité-jardin comme le reste de Tergnier dans l’Aisne ont été construits selon des plans codés qui reprennent les symboles de la franc-maçonnerie. Unique au monde ! réagir Envoyer à Imprimer Depuis sept ans, Daniel Druart, ici avec sa canne de calcul, décrypte les messages codés de la très étonnante architecture ternoise. Depuis sept ans, Daniel Druart, ici avec sa canne de calcul, décrypte les messages codés de la très étonnante architecture ternoise. Photos : Hervé Oudin Depuis sept ans, Daniel Druart, ici avec sa canne de calcul, décrypte les messages codés de la très étonnante architecture ternoise. Quand le soleil est au zénith, l’ombre de la statue du généreux donateur Andrew Carnegie indique l’entrée de la mairie de Fargniers. Ce n’est pas un hasard. Ni quand le tracé de la place Carnegie reprend le célèbre dessin de Léonard de Vinci représentant un homme nu dont les extrémités des mains, des pieds s’inscrivent dans les contours d’un cercle et d’un carré imbriqués (l’Homme de Vitruve) et forment une étoile à cinq branches. Pas davantage quand deux anciennes bornes de la chaussée romaine de Vouël délimitent une longue ligne droite à partir de laquelle se projettent deux triangles sublimes, – ou triangles d’or - dans lesquels les mairies de Quessy, Tergnier et Fargniers jouent elles-mêmes le rôle de bornes sur un plan. Deux triangles qui, vus d’un autre angle, ressemblent à une pyramide… Et que dire de la grande cité-jardin (qui ne constitue qu’un élément de l’agglomération) qui représentait, vue du ciel, trois roues d’une locomotive avec ses essieux, ce qui, au pays des cheminots, ne semble pas illogique. C’était évident lors de sa construction au début du siècle dernier mais ça ne se voit plus depuis longtemps, pas mal de repères ayant disparu. Ce schéma auquel on se réfère encore aujourd’hui comme si l’on détenait un précieux secret, n’est en réalité que l’arbre qui cache la forêt. « Son plan a été réalisé sur la base de mesures d’initiés dont le nombre d’or, la divine proportion et la section dorée », affirme Daniel Druart en montrant du doigt sur un tableau les preuves qu’il accumule depuis maintenant sept ans. Il s’est d’ailleurs fabriqué une canne de calcul qui lui permet de mesurer avec les valeurs d’antan, comme la coudée royale. Depuis la révélation qui s’est imposée à lui après la lecture des ouvrages de Jean-Pierre Bayard, cet ancien épicier à la retraite de 78 ans s’est transformé en enquêteur des origines de sa ville et en guide touristique pour transmettre les fruits de ses recherches. Car Tergnier tout entière (elle regroupe Vouël, Fargniers et Quessy) a bel et bien été construite selon les principes des bâtisseurs de cathédrales. « Tout ici prend sa source dans le compagnonnage et, par conséquent, dans la franc-maçonnerie qui n’a jamais fait que se servir des symboles du compagnonnage. » Dans la ville, ces symboles sont légion, à commencer par les mairies qui correspondent chacune à un grade : Quessy pour celui d’apprenti, Tergnier pour le compagnon et Fargniers pour le maître. Plusieurs signes (le nombre de fenêtres notamment) permettent de s’en assurer. La lettre G, comme pour géométrie ou gravitation, apparaît aussi à plusieurs reprises, formée, par exemple, par des pierres. « Elle est le symbole de valeurs initiatiques à transmettre. » Revenons dans la cité cheminote que son concepteur, l’architecte franc-maçon Raoul Dautry, a élevée dans les règles de l’art en rêvant d’en faire un monde idéal. « Les trois roues sont les trois cercles qui symbolisent le parvis, la nef et le transept. La longue avenue bordée de tilleuls qui traverse les trois cercles, ou axe cardo nord-sud, mesure exactement neuf fois la distance qui, dans le premier cercle, sépare la place de la Concorde et la place de l’Étoile. Chez les francs-maçons, le chiffre neuf concerne les hauts gradés. L’axe nord-sud relie le centre du premier cercle au belvédère (un château d’eau) qui représente la masse au bout du fil à plomb », décrit notre guide, intarissable sur la question. Incroyable mairie de Tergnier, livre ouvert sur la franc-maçonnerie Ce n’est pas le seul outil parfaitement identifiable de la franc-maçonnerie. Le compas et l’équerre se croisent ainsi à proximité du troisième cercle dans des figures géométriques impeccables. Le crayon fait le lien entre deux cercles, etc. Un mot aussi sur les noms des rues. Tous ont une histoire liée, soit par les activités des personnes, leurs relations, leur chronologie dans l’histoire. Il ne faut pas s’étonner de la proximité de certains noms ou de certaines qualités (comme la rue des Vertus). « On peut penser que la place des Trois-Filles est dédiée à celles de l’architecte. En fait, ce sont les trois qualités de la franc-maçonnerie : sagesse, force et beauté. » La place de la mairie de Tergnier est un livre ouvert sur la franc-maçonnerie. Tous les éléments qui la composent y ont trait. Les sept dalles polies de la fontaine (inaugurée en 1994, ce qui tend bien à démontrer la volonté de poursuivre l’œuvre initiale dans le même esprit) correspondent à un nombre d’années de formation. Le mince mais long canal lumineux qui traverse la place est censé éclairer la connaissance et les travaux en loge. Les deux kiosques de part et d’autre marquent l’entrée du temple. Les roches du bassin qui présentent des aspects de brut à poli, illustrent le parcours à entreprendre. Même les bancs publics dans leur disposition ont un rôle. Quant à la façade art déco de ce très bel hôtel de ville, elle parle d’elle-même avec les deux pans de son toit qui ont tout d’un compas… « On peut aller très loin dans les détails symboliques », poursuit Daniel Druart qui ne cesse d’accumuler de la documentation sur cette ville étonnante et cette cité-jardin unique au monde. Car, avant lui, on ne parlait pas des symboles francs-maçons. On pourrait passer des heures à l’écouter tellement il a appris, à découvrir des trésors architecturaux (comme la place Carnegie de Fargniers, classée monument historique, et tout son environnement), à mieux connaître des bâtiments marqués par l’histoire, comme ce clocher de l’école Veltin, toujours à Fargniers, qui indique l’heure de son bombardement dans la nuit du 10 au 11 avril 1944.

 MAISON SPECIALE
 MAISON SPECIALE
Commenter cet article