Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Verneuil sous coucy par kate nana

Bienvenue sur ce blog ! Merci pour vos passage et bonne lecture !!

CHAUNY

Publié le 7 Décembre 2016 par katenana in PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, LA SOCIETE, HISTOIRE

 

Les origines de la ville.
Chauny vers 1610


La ville de Chauny est située au cœur même de la riche vallée de l'Oise, qui s'étend de La Fère à Creil.

Elle ne donna guère signe de vie que vers le cinquième siècle. Avant cette époque, il n'y avait au pays Chaunois qu'une citadelle d'origine gauloise et quelques huttes de pêcheurs.

Lors des invasions des Vandales (407) et des Huns (451), la citadelle servit de refuge aux peuplades d'alentour; Condren émigra tout entier.
De petites colonies s'élevèrent çà et là et donnèrent naissance aux hameaux du BailIy, du Brouage, de Seleine et de Senicourt. Une large chaussée unissait les trois premiers faubourgs entre eux ; le dernier, Senicourt, était baigné de toutes parts durant une grande partie de l'année; on ne pouvait y aborder qu'en barque, de là le nom de Navoir, de Pissot (navis, nacelle, endroit navigable) donné à ces terrains.
Aujourd'hui encore, le quartier conserve sa dénomination primitive, mais les eaux de l'Oise ne le visitent plus chaque année ; on ne voit plus de barques le sillonner : de gras pâturages ont remplacé les marécages fétides d'autrefois.

"C'est aux abbayes que la contrée est redevable des premiers travaux de culture qui en ont fait avec le temps, une des régions les plus riches. Ainsi les champs de Noureuil, de Rouez, ceux de Guyencourt et de Champigny ont été défrichés par les religieux de Cuissy, de même que ceux de Commenchon et du petit vallon de Selaine le furent aussi par les moines de Saint-Eloy-Fontaine".

Primitivement, de riches villas royales se voyaient dans les environs : à Servais, à Quierzy et aussi, suivant plusieurs historiens, à Rouy (Rufiacum) et à Autreville (Autreivilla). C'est à Quierzy que le roi Pépin reçut le pape Etienne II (764). L'Empereur Charlemagne, après son couronnement; Louis-le-Débonnaire,
Charles-le-Chauve et une foule de princes de ce temps vinrent s'esbaudir dans le pays Chaunois.

La citadelle, qui fut le berceau de Chauny et, pendant des siècles, le boulevard des peuplades voisines contre les incursions des barbares, perdit peu à peu de son prestige et de sa force; au douzième siècle, elle avait plutôt l'air d'un repaire de voleurs que d'une place de guerre.

Guibert-de-Nogent raconte dans sa Vie (liv. III, ch. 18), qu'en l'an 1104 un soldat enleva tout un troupeau de bœufs appartenant à son abbaye. L'antique citadelle fut démolie de fond en comble (1430). Ses décombres servirent à fortifier les murs d'enceinte et à élever dans l'intérieur même de la ville un puissant château fort.

Malgré ses nouvelles fortifications, malgré la vaillance de ses habitants, la ville de Chauny tomba, en 147, au pouvoir des Anglais, qui l'occupèrent pendant 25 ans.

En 1552, 1557 et 1652, les Espagnols, puis les Protestants, se rendirent maîtres de Chauny, qu'ils pillèrent et brûlèrent en partie. On ne releva pas les ruines amoncelées par les guerres incessantes du dix-septième siècle et quand éclata la Révolution de 1793, Chauny se trouva réduit à ses quatre portes et à ses bastions démantelés.Le 26 février 1814, les Cosaques entrèrent dans la ville après un simulacre de combat. Ils exigèrent une contribution immédiate de cent mille francs. Le 1er juillet 1815, l'ennemi rentra dans la ville et l'imposa d'une somme de cent mille francs payable dans les vingt-quatre heures.

Cinquante sept ans plus tard une nouvelle invasion désolait notre pays : des otages étaient encore enlevés et cent mille francs passaient aux mains des Prussiens.

Commenter cet article