Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Verneuil sous coucy par kate nana

Bienvenue sur ce blog ! Merci pour vos passage et bonne lecture !!

A SOISSONS!!!!!!!

Publié le 18 Janvier 2017 par kate nana in PICARDIE, tourisme dans l aisne, HISTOIRE

ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS
ancien SOISSONS

ancien SOISSONS

Le front se stabilise au nord de la ville, qui est amplement bombardée jusqu’en 1917Henri Barbusse y écrit Le Feu. Pendant les mutineries de 1917, la ville voit défiler des soldats refusant de monter au front après la désastreuse offensive du Chemin des Dames. Une statue dressée à l’effigie des soldats français tombés au combat en 1917 se trouve derrière l’église Saint-Pierre, à côté du Palais de justice de Soissons.

Le , la Division marocaine et le Régiment de marche de la Légion étrangère sont acheminés par camion à l'ouest de Soissons qui vient de tomber aux mains de l'ennemi. Il s'agit de bloquer son avance vers Villers-Cotterêts en prenant position sur la Montagne de Paris. L'attaque se déclenche au petit matin après un bref mais violent barrage d'artillerie. Nettement supérieur en nombre, l'ennemi réussit à prendre pied dans les positions de la Légion. Obligés d'économiser leurs munitions, les légionnaires perdent 47 tués, 219 blessés et 70 disparus en deux jours de combat. Néanmoins, le Régiment de marche de la Légion étrangère réussit à maintenir ses positions et à bloquer l'avance allemande dans son secteur.

Soissons est définitivement libérée au cours de l’été.

François Flameng, peintre officiel des armées pendant la Grande Guerre, a immortalisé ces événements dans des croquis et dessins qui furent publiés dans la revue: L'Illustration

 
Panorama de Soissons en ruines en 1919.

Entre-deux-guerres

 
L'avenue de la Gare, dans l'entre-deux-guerre

La ville fut reconstruite durant l'entre-deux-guerres, et notamment la cathédrale.

Seconde Guerre mondialeBataille de l'Ailette (1940).

Les rafles de Juifs à Soissons

Au cours de l’Occupation durant la Seconde Guerre mondiale, la communauté juive de Soissons est déportée lors de deux grandes rafles : la première, le , est opérée par la police soissonnaise, en même temps que la rafle du Vél' d'Hiv', tandis que la Gestapo réalise la seconde le 18.

La Résistance à Soissons

Après l’appel du 18 Juin du général de Gaulle, des réseaux de résistance se mirent en place à Soissons, de juin à août 1940. Ce furent les résistants de la « première heure ». Le réseau « Vérité Française » était affilié à celui de Paris (lui-même rattaché au réseau « Musée de l’Homme » ou « Boris Vildé »).

Des structures pour aider et cacher les évadés furent mises en place (faux papiers, fausses cartes d’alimentation, filières pour Londres, etc.).

Mais les résistants furent trahis. Un jeune homme, belge de dix-huit ans, Jacques Desoubrie, contacta Daniel Douay. Il se disait traqué et poursuivi (en réalité, il œuvrait pour la Gestapo). Pour se mettre à l’abri, il devint secrétaire du comte de Launoy, à Paris (réseau chapeautant celui de Soissons). Là, il réussit à trouver tous les renseignements voulus.

Le , la Gestapo organisa des rafles à ParisBlois et Soissons. Les résistants sont incarcérés à Fresnes. Torturés, ils ne parleront pas. Le  s’ouvre le premier procès d’un réseau de Résistance. Le verdict tombe, et c'est la condamnation à mort. Le , le commandant Coqueugniot, le comte de Launoy, Pierre Stumm de Paris, Daniel Douay, Jean Vogel, Émile Louys sont fusillés à la caserne Balard. Le , dans la forteresse de Brandebourg, le capitaine Henri-Clotaire Descamps est décapité ainsi que Maurice Moreau en 1943. D’autres Soissonnais périront en camp de concentration : Aimé Dufour, Gilbert Jordana, Eugène Delhaye, André Meurghe, Ludovic Pluche et Louis Leseigneur; ainsi que Roger Ambroise de Berzy-le-Sec. La ville de Soissons a voulu honorer ce réseau en donnant son nom à une rue19.

Libération de Soissons

Le , vers minuit, des maquisards du groupe Aurèle commandés par Lucien Berger sont guidés par madame Delhaye et madame Douay (dont les maris, résistants du « Réseau Vérité française » ont été fusillés) vers des caches d’armes. Un arsenal de fusils, mitrailleuses, grenades, un mortier et un char démontés (de quoi équiper mille hommes) ont été mis en lieu sûr dès juillet 1940 par les résistants « de la première heure » (entre autres, le capitaine Descamps, messieurs Meurghe, Moreau, Vogel tous arrêtés en 1941 et exécutés) dans l’usine Zieckel où M. Delhaye était ingénieur, au cimetière de la ville, dans des carrières, etc. Les armes sont chargées sur des tombereaux recouverts de fumier. Deux agriculteurs de la région se chargent de les faire entrer dans la ville pour les mener à Pasly. Arrivés place de la République, ils sont interpellés par une patrouille allemande. Heureusement, après vérification des papiers d’identité, ils les laissent passer. Le 20, Soissons sera libérée.

 

Commenter cet article