Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Verneuil sous coucy par kate nana

Bienvenue sur ce blog ! Merci pour vos passage et bonne lecture !!

La Picardie

Publié le 5 Janvier 2017 par kate nana in PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, autres, valeurs, HISTOIRE, politique actuelle

NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE

NOTRE BELLE PICARDIE

La Picardie proche des 2 millions d’habitants

 

 

HAUTS-DE-FRANCE L’ex-région continue à gagner des habitants même si c’est dans une moindre mesure que le reste de la France. Exception : l’Aisne qui a perdu 87 habitants en cinq ans.


Les grandes villes (ici Amiens) séduisent de moins en moins. La vie y est plus cher, plus agitée. Du coup ce sont les communes de moins de 2000 qui drainent l’augmentation de la population. 

(Photo d’archives F. HASLIN)

C’est un peu l’exode rural à l’envers… L’INSEE, Institut national de la statistique et des études économiques, vient de publier les chiffres des populations légales dans les cinq départements qui forment la région Hauts-de-France. Des chiffres qui confirment une forme de désaffection des villes au profit des communes périphériques voire de cités plus éloignées. Des chiffes qui confirment aussi de fortes disparités au sein du nouvel ensemble Hauts-de-France, mais aussi un décalage entre cette entité et le reste de l’Hexagone.

SOUS LA MOYENNE

Disparités tout d’abord au regard des statistiques nationales. Si la population en France a augmenté de 0,5 % entre 2012 et 2014, dans les Hauts-de-France elle n’augmente que de 0,2 %. Un décalage important qui procède d’une tendance lourde, avec une concentration croissante des populations sur l’arc méditerranéen, la façade atlantique et l’Ile-de-France.

L’AISNE FRÔLE LE ROUGE

C’est, hélas, une habitude. L’Aisne est abonnée aux dernières places dès qu’il est question de statistiques économiques ou démographiques. Des cinq départements, l’Aisne est le seul à avoir perdu des habitants. Moins d’une centaine. C’est peu, mais tous les autres en gagnent ; 0,1 % pour la Somme, 0,2 % pour le Nord et le Pas-de-Calais, et même 0,4 % pour l’Oise habituée à caracoler en tête. Proximité de l’Ile-de-France oblige.

LES PETITES COMMUNES ONT LA COTE

Si on excepte les départements du Nord et de l’Oise, ce sont les communes de moins de 2 000 habitants qui gagnent le plus en populations. Les grandes villes perdent même des habitants, à l’image d’Amiens, Compiègne, Saint-Quentin, Laon et Soissons. Ce sont souvent les villes de la proche périphérie qui gagnent. Proximité des centres urbains, qualité de vie, imposition locale plus mesurée, prix du m² inférieur… Dans la Somme, on note la belle progression de Camon, Pont-de-Metz et Salouël (périphérie d’Amiens) ou encore de Friville-Escarbotin dans le Vimeu.

L’OISE SÉDUITE PAR LES VILLES MOYENNES

C’est une particularité de l’Oise. L’essentiel de la progression s’effectue dans des villes moyennes – celles qui ont entre 10 et 15 000 habitants. On note ainsi les beaux succès de Méru (1,9 %), Crépy-en-Valois (1,6 %), Montataire (1,2 %) ou Pont-Sainte-Maxence (1,4 %).

CONCENTRATION

Si on excepte le Pas-de-Calais, un habitant sur deux vit dans une des 50 plus grandes communes du département. Mais attention, il y a grande ville et grande ville. Dans le Nord, les 50 plus grandes comptent toutes plus de 10 000 habitants. Dans la Somme le seuil est de… 1 473 habitants et dans l’Oise de 2 987. Il est de 6 500 habitants dans le Pas-de-Calais. On ne dira jamais assez à quel point l’ex-Picardie différait du Nord-Pas-de-Calais.

Commenter cet article