Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Verneuil sous coucy par kate nana

Bienvenue sur ce blog ! Merci pour vos passage et bonne lecture !!

à SOISSONS

Publié le 6 Avril 2017 par kate nana in PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, valeurs, HISTOIRE

Le tourisme à Soissons, son histoire, son patrimoine !

Au Cœur de la cité du Vase !

Charmante cité de 30.000 habitants, Soissons regorge de trésors !Même si l’épisode du vase a longtemps participé à sa renommée, Soissons n’est pas seulement réputée dans les manuels scolaires ! 
Notre ville « blanche » construite en pierre calcaire est un véritable berceau historique. Clovis l’avait d’ailleurs choisie comme capitale.Soissons se pare de ses plus beaux atours pour vous inviter à la découverte : l’ancienne Abbaye Saint-Jean-des-Vignes, une cathédrale gothique novatrice dans le traitement architectural du chœur, la crypte Saint-Médard nécropole royale … Laissez-vous surprendre par cette Ville d’Art et d’Histoire vivante et dynamique qui appelle au repos et à la flânerie.La Cité du Vase, afin d’accueillir ses hôtes dans les meilleures conditions met en place tout un dispositif ludique, pratique et moderne : 
Une visite audio-guidée « Clovis et le Trésor de Soissons » où petits et grands aideront Laura, archéologue dans sa quête, une application mobile d’aide à la visite pour les « mobinautes », un festival de rue animé « Soissons en Sc’Aisne »…A seulement une heure de Paris, n’hésitez plus, Soissons vous accueille !

Soissons, ville antique :

La ville antique de Soissons est fondée vers – 20 avant J.C. Elle porte le nom d’Augusta SUESSIONUM, du nom de l’empereur Auguste. On ne connait pas précisément

l’emplacement du forum et des bâtiments publics mais un bel ensemble de peintures gallo-romaines a été découvert au nord de la ville. Un élément du castrum est également encor

visible place Mantoue. C’est à Soissons que Syagrius maintient l’autorité de Rome jusqu’à sa défaite devant le jeune roi franc, Clovis, en 486.

Théâtre antiqueLe théâtre est construit dans la

seconde moitié du 1er siècle après J.-C., sur le flanc

de la colline Saint-Jean dont il profitait du relief.

Ses pierres ont probablement été réutilisées lors de la

construction du castrum au IIIe siècle. Son

emplacement se devine encore dans la cour du lycée Camille CLAUDEL.

 

 

Peintures murales antiques

Des découvertes archéologiques au XIXe siècle et des fouilles menées à la fin des années 1980,  à proximité de l’actuel Lycée G. DE NERVAL ont mis au jour des éléments de décors d’habitations gallo-romaines luxueuses (statuaire, mosaïques, peintures murales, revêtement de marbre…). Ces maisons reprenaient les modèles des maisons romaines avec cours, colonnades, bassins intérieurs…. Depuis 1988, le Centre d’études des peintures murales romaines assure, dans les anciens greniers de l’abbaye Saint-Jean-des-Vignes de Soissons, l’étude et la restauration des fragments d’enduits peints découverts en France ou dans le bassin méditerranéen.

Soissons, ville médiévale :

La ville a largement profité de la croissance économique des XIIe et XIIIe siècles. Le paysage urbain voit se multiplier les clochers des nouveaux établissements religieux ou des anciens qui sont renouvelés ou transformés. La ville se transforme en un vaste chantier de construction.Plan reliquaire

Abbaye Saint-Médard

De l’abbaye fondée au VIe siècle par Clotaire en l’honneur de saint Médard, évêque de Noyon, il ne subsiste aujourd’hui que quelques éléments en élévation de l’église principale et la crypte.  Elle se compose d’un vaste couloir desservant une dizaine de chapelles. La crypte abritait le tombeau de Saint Médard ainsi que ceux de Clotaire et Sigebert, fils et petits-fils de Clovis. La crypte n’est accessible qu’en présence d’un guide conférencier (se renseigner auprès de l’Office de Tourisme).Abbaye Saint-Médard

Abbaye Notre-Dame

Les souverains carolingiens y ont placé leurs filles et parentes comme abbesses ou simples moniales. Au IXe siècle l’abbaye accueille plus de 200 religieuses… Les bâtiments occupaient l’emplacement de l’actuel Palais de Justice et de l’Hôtel des postes. Il nous reste seulement aujourd’hui un pan de mur du transept de l’église principale et une petite partie de l’ancienne église Saint-Pierre-au-Parvis

Abbaye Saint-Léger

Comme ses voisines, l’abbaye Saint-Léger témoigne de l’intensité des chantiers de construction à Soissons aux XIIe et XIIIe siècle. Fondée en 1139, l’abbaye fait suite à une communauté de chanoines séculiers dont la plus ancienne mention remonte à 1070. L’abbaye abrite les collections permanentes du musée municipal depuis 1933 (archéologie, Beaux-Arts, Histoire de la ville, collections lapidaires

La chapelle Saint-Charles  

La chapelle Saint-Charles est le seul vestige intact du Grand séminaire dont la construction

débute  en 1682. Elle n’est élevée qu’à partir de 1776 dans le style qui prévaut aux édifices    religieux de la Contre Réforme : une vaste nef sans transept ni bas-côtés, un chœur de

proportion modeste, un vaste espace pour les fidèles. Les boiseries sont classées  au titre des monuments historiques depuis 1910. Récemment restaurée, cette chapelle est ouverte lors d’expositions,

de concerts ou de visites guidées.

Soissons aux XIXème -XXème siècles : 

 Au XIXe siècle, Soissons voit ses fortifications restaurées (vers 1835) puis démantelées (à partir de 1885). À leur emplacement, les boulevards font leur apparition. Le quartier de la gare se développe à partir de 1863. La Première guerre mondiale place la ville sur la ligne de front pendant plus de trois ans, de 1914 à 1917, les destructions sont très importantes. Sur les cités d’habitations semi-provisoires seront construits dans les années 70 et 80 les nouveaux quartiers de Presles et Chevreux.

Commenter cet article