Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Verneuil sous coucy par kate nana

Bienvenue sur ce blog ! Merci pour vos passage et bonne lecture !!

La taxe foncière pèse lourd

Publié le 1 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, politique actuelle, LA SOCIETE, taxes et impots

La taxe foncière pèse lourd

La taxe foncière pèse lourd

Taxe foncière : 3 moyens de réduire la facture

La taxe foncière pèse lourd dans le budget des propriétaires. 3 dispositifs pour en payer moins.

Taxe foncière

Plusieurs dispositifs permettent de réduire la taxe foncière, voire de ne pas en payer du tout.
1/ Exonération pour certaines personnes âgées ou handicapées

La taxe foncière est établie, au 1er janvier, au nom du propriétaire, ou de l'usufruitier en cas de démembrement de propriété, qu'il habite ou non lui-même le logement. Dans le cas d'un viager occupé, l'acheteur (débirentier) est assujetti, sauf accord contraire.

Si vous disposez de faibles ressources, vous pouvez bénéficier d'office d'une exonération pour votre résidence principale si vous remplissez l'une des trois conditions suivantes :

- vous avez plus de 75 ans au 1er janvier de l'année d'imposition et votre revenu fiscal de référence de 2015 est inférieur à 10 697 € pour une personne seule (1 part de quotient familial) ou 16 409 € pour un couple (à condition de ne pas payer l'impôt sur la fortune). Cette exonération est aussi valable pour la résidence secondaire.

- vous percevez l'allocation adulte handicapé (AAH) et votre revenu fiscal de référence de 2015 est inférieur à 10 697 € pour la 1re part de quotient familial (en métropole) ou 16 409 € pour un couple (à condition de ne pas payer l'impôt sur la fortune).

- vous bénéficiez de l'allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) ou de l'allocation supplémentaire d'invalidité (ASI).

L'exonération de la taxe foncière est appliquée d'office à condition de vivre seul, ou avec son conjoint, ou avec des personnes à charge ou titulaires de l'allocation de solidarité aux personnes âgées, de l'allocation supplémentaire d'invalidité ou dont les revenus n'excèdent pas les mêmes plafonds.
2/ Plafonnement selon les revenus

Si vous n'avez pas droit à une exonération, vous pouvez demander un plafonnement de la taxe foncière pour votre résidence principale si le montant de celle-ci (hors taxe des ordures ménagères) dépasse 50 % de vos revenus, à condition que votre revenu fiscal de référence 2015 n'ait pas excédé 25 156 € pour la première part de quotient familial + 5 877 € pour la première demi-part (et 4 626 € pour les autres demi-parts) (en métropole). Concrètement, ce plafonnement consiste à réduire la partie de la taxe foncière qui dépasse 50 % des revenus de votre foyer fiscal.

Cet avantage n'est pas automatique, vous devez le demander sur un formulaire spécial (formulaire cerfa 14770*04).
3/ Réduction de 100 €

Si vous êtes âgé de plus de 65 ans et de moins de 75 ans au 1er janvier de l'année d'imposition et si vos revenus sont faibles, vous bénéficiez d'une réduction de 100 € de la taxe foncière pour votre habitation principale. Pour l'avis 2016, votre revenu fiscal de référence de 2015 doit être inférieur à 10 697 € pour une personne seule (1 part de quotient familial) ou 16 409 € pour un couple (à condition de ne pas payer l'ISF).

Vous devez vivre seul, ou avec votre conjoint, ou avec des personnes à charge ou titulaires de l'allocation de solidarité aux personnes âgées, de l'allocation supplémentaire d'invalidité ou dont les revenus n'excèdent pas les mêmes plafonds.

commentaires

Dites adieu à vos numéros de téléphone

Publié le 1 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, autres, LA SOCIETE, VIE POLITIQUE

Dites adieu à vos numéros de téléphone

Dites adieu à vos numéros de téléphone

Dites adieu à vos numéros de téléphone
- Les numéros de téléphone à dix chiffres n’ont plus d’utilité technique réelle que pour une minorité des appels. L'adresse courriel a vocation à les remplacer.

Nous ne nous sommes jamais autant servis de nos smartphones qu’aujourd’hui et pourtant les numéros de téléphone n’ont jamais été aussi absents de nos vies. Enregistrés définitivement dans des répertoires ou stockés dans le « cloud », remplacés par des contacts de messagerie en ligne, ils disparaissent progressivement pour ne plus réapparaître qu’exceptionnellement pour des raisons pratiques. Comment cette disparition va t-elle se poursuivre et quel sera son impact sur les réseaux de communication ?

Initialement conçu comme un identifiant technique, le numéro de téléphone n’est pas particulièrement « user friendly ». Si ses dix chiffres ont un temps été utiles pour localiser le destinataire de l’appel et router la communication vers lui, ils ne sont plus désormais qu’un frein à sa mémorisation.
Vers un identifiant plus facile à mémoriser

Depuis l’avènement de la téléphonie sur IP ( utilisant le protocole de télécommunications créé pour internet, NDLR), les numéros n’ont plus d’utilité technique réelle que pour une minorité des appels. La plupart du temps, ils doivent désormais être convertis en un identifiant web pour permettre l’acheminement de la voix sur le réseau IP. Leur usage est donc parfaitement arbitraire et n’a plus pour lui que la force de l’habitude.

Dans les prochaines années, le passage à la voix sur IP concernera l’intégralité des appels, y compris ceux passés via mobile grâce à la 4G. Cette étape décisive pose la question du remplacement du numéro de téléphone par un identifiant unique plus facile à utiliser et à mémoriser. Le successeur le plus probable du traditionnel numéro à dix chiffres est l’adresse courriel. Possédée par l’immense majorité des internautes, elle permet d’ores et déjà leur mise en contact sur de nombreux services de communication, des réseaux sociaux aux applications de téléphonie en ligne.
Le courriel, nouvel identifiant universel ?

Personnalisable et multipliable à volonté, l’adresse courriel a donc vocation à devenir l’identifiant universel dans une variété de réseaux de communication dont l’horizon ultime est l’interopérabilité complète. Les acteurs actuels du marché cherchent à avoir l’écosystème le plus vaste et la base d’utilisateurs la plus importante pour s’assurer de leur influence dans ce futur paysage unifié.

Si le réseau téléphonique classique pourrait initialement servir de passerelle commune à tous les réseaux, le numéro de téléphone n’aura alors plus aucune raison d’être. Il sera donc possible de passer des appels, via mobile ou fixe, en utilisant pour seul identifiant une adresse courriel.

Avec la numérisation des appels, le téléphone est devenu une application informatique comme une autre. La convergence des réseaux et la disparition du numéro de téléphone en est une conséquence directe. Le marché appartiendra donc à ceux qui sauront anticiper ces transformations.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr /idees-debats/cercle/cercle-160428-pourquoi-les-numeros-de-telephone-vont-bientot-disparaitre-2027252.php?2YxzVO2CHHxu2Tvy.99#xtor=CS1-25

commentaires

Réseaux sociaux

Publié le 1 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, QUOTIDIEN, politque actualité, LA SOCIETE

Réseaux sociaux

Réseaux sociaux

Réseaux sociaux : comment faire si l'un de vos comptes a été piraté ?

Paramétrer correctement la confidentialité de ses comptes sur les réseaux sociaux est indispensable à une bonne protection de ses données. (Pixabay/kpgolfpro)
Votre compte sur un réseau social a été piraté ? Ne paniquez pas et suivez ces conseils afin de bien réagir, et surtout bien le protéger ensuite.

Vous est-il déjà arrivé de lire des publications surprenantes ou inappropriées envoyées par un ami Facebook jusqu'ici plutôt discret, suivies quelques heures plus tard d'un message de sa part indiquant que son compte a été piraté ?

Personne n'étant à l'abri de ce genre de désagrément, mieux vaut savoir anticiper et répondre rapidement à ces cyber attaques. Car les pirates informatiques sont friands des nombreuses données personnelles figurant sur vos comptes de réseaux sociaux, et les conséquences de leur vol peuvent être lourdes.

Voici une petite feuille de route destinée à vous aider en cas de piratage de vos comptes :
Comment savoir si votre compte a été piraté ?

Votre mot de passe devient invalide du jour au lendemain sans que vous l'ayez modifié ;
Des messages publics ou privés, posts ou tweets ont été envoyés depuis votre compte sans que vous en soyez l'auteur ;
Votre compte connaît une activité inhabituelle sans votre consentement (blocage ou suivi de personnes, désabonnement, etc) ;
Vous recevez un message ou une notification du réseau social vous informant que l'adresse email associée à votre compte à été modifiée.

Comment réagir en cas de piratage ?

Contactez immédiatement le réseau social concerné via les formulaires de contact ou les procédures de signalement spécialement mises à disposition des utilisateurs (Facebook | Twitter | LinkedIn | Gmail/Google+ | Hotmail | Yahoo)
Signalez le compte piraté et demandez la réinitialisation de votre mot de passe ;
Si les deux premières démarches n'ont pas abouti (le réseau social a 2 mois pour vous répondre) ou bien si des données personnelles ont été mises en ligne sans votre accord, saisissez la Cnil par l'intermédiaire de formulaires en ligne.

Comment mieux protéger vos comptes contre le piratage ?

Choisissez bien vos mots de passe : il est important que ceux-ci soient longs (au moins 8 caractères), complexes (composé d'au moins 3 types de caractères différents tels que les majuscules, les minuscules, les chiffres et les caractères spéciaux), différents selon les plateformes et non-signifiants (ils ne doivent avoir aucun lien avec vos données personnelles), afin qu'aucune personne ne soit capable de les deviner (consultez les conseils de la Cnil en la matière). Surtout, ne les communiquez jamais à personne et ne les stockez ni sur votre ordinateur ni sur internet !
Paramétrez le degré de sécurité et de confidentialité de vos comptes : par exemple, activez un dispositif anti intrusion, gràce à l'option de double authentification proposée par la plupart des réseaux sociaux ou le dispositif vous informant lorsqu'une connection à votre compte a été réalisée depuis un terminal inconnu (smartphone, tablette, ordinateur, etc).
Pensez à toujours vous déconnecter, que ce soit des terminaux depuis lesquels vous aviez l'habitude de vous connecter et que vous n'utilisez plus ou même des applications tierces connectées à votre compte (car elles peuvent elles aussi être vulnérables en cas d'attaque).

commentaires

anti-ferme des 1000 vaches

Publié le 1 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, autres, LA SOCIETE, politque actualité

anti-ferme des 1000 vaches ce dimanche

anti-ferme des 1000 vaches ce dimanche

Somme : près de 150 personnes manifestent à nouveau contre la ferme des 1000 vaches
Ils étaient près de 150 devant la ferme.

Près de 150 manifestants étaient à la troisième fête anti-ferme des 1000 vaches ce dimanche, à Drucat-le-Plessiel, au nord d'Abbeville. Une nouvelle journée de mobilisation organisée par l'association Novissen, opposée depuis le début à cette ferme-usine.

Il y a comme un goût de déjà vu devant la ferme dite "des 1000 vaches" de Drucat, dans la Somme. Près de 150 manifestants, venus de Picardie ou d'ailleurs étaient là pour dire non à cette immense ferme, qui accueille actuellement près de 800 bêtes.

Une journée qui se voulait festive, dans une ambiance bon enfant. Au programme : l'inauguration d'une stèle de la résistance à l'élevage industriel, puis buvette, conférence et animations musicales à la salle polyvalente de la commune.

Une manifestation dans une bonne ambiance.

"Rien n'est jamais perdu"

Peu importe finalement pour ces manifestants que cette ferme fonctionne depuis deux ans, et peu importe qu'il faille revenir, et redire leur opposition. Ils continueront, comme l'explique Annie. Elle habite à Drucat, à quelques kilomètres seulement de la ferme, et elle fait partie de Novissen : "Rien n'est jamais perdu. Ce n'est pas parce qu'il y a une construction qu'on va s'arrêter. Et on a déjà gagné beaucoup de choses. Donc on continuera jusqu'à ce que ça s'arrête." L'association a déjà lancé plusieurs procédures judiciaires contre la ferme des 1000 vaches, notamment contre son passage de 500 à 800 animaux.

Les manifestants ont d'ailleurs reçu un soutien de poids ce dimanche, avec la venue de la député et secrétaire d'Etat à la biodiversité, Barbara Pompili. C'est une habituée de ces rassemblements, et elle est prête à continuer jusqu'à ce que la ferme soit fermée : "Tout ce qui peut faire que cette ferme n'existe plus, ce sera une bonne chose, parce que cette ferme est devenue un symbole. C'est typiquement l'exemple de ce qui tire les prix du lait vers le bas."

La secrétaire d'Etat à la biodiversité, Barbara Pompili.

Pas d'inquiètude du responsable de la ferme

Michel Welter, le responsable de la ferme des 1000 vaches, a l'habitude de ce genre de manifestation et de ce genre d'accusations. Mais malgré tout, il était satisfait hier : "Je suis très très content. Il n'y avait qu'une centaine de personnes qui était là devant. Ce qui veut dire que par rapport à toutes les nuisances présupposées, il n'y en a pas."

Un seul regret : que la secrétaire d'Etat n'ait pas fait le déplacement pour le rencontrer. "J'aurais préféré qu'elle vienne jusque chez nous pour venir vraiment voir ce qui se passe, plutôt que de faire des déclarations médiatiques. Nous, nous maintenons 25 emplois. Ce n'est pas l'avenir de l'agriculture française, tout le monde ne fera pas de fermes de 1000 vaches, mais il faudra des structures comme ça pour qu'on nous laisse travailler", martèle-t-il.

commentaires

un plan d’urgence pour l élevage

Publié le 1 Décembre 2016 par katenana

Conseil départemental : un plan d’urgence pour l élevage

Conseil départemental : un plan d’urgence pour l élevage

Conseil départemental : un plan d’urgence pour l élevage

Les élus axonais ont adopté ce lundi un plan d’urgence pour l’élevage, destiné à accompagner les agriculteurs.

Le plan vise à soutenir les éleveurs en situation précaire. Archives G.H.Les élus axonais ont adopté ce lundi un plan d’urgence pour l’élevage, destiné à accompagner les agriculteurs.

 

« Ce rapport est très important parce qu’il vient s’inscrire dans une chaîne de solidarité. Il s’inscrit dans un plan régional et déjà mis en place dans d’autres départements. » Pascal Tordeux, vice-président du conseil départemental en charge de l’Économie, a présenté ce lundi une délibération en soutien à l’élevage. Une délibération adoptée à l’unanimité par les élus axonais.

Ce « plan d’urgence pour l’élevage » 2016-2020 vient ainsi en complément de celui déjà engagé par la Région Hauts-de-France sur l’ensemble du territoire Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Il vise à accompagner les agriculteurs tant pour « l’optimisation des moyens de production » que pour « l’adaptation technique et technologique de leurs ateliers ». Mais, outre l’aspect économique, Pascal Tordeux a également insisté sur le volet social, induit par la précarité de certaines familles. « Avenir élevage 02 » prévoit donc aussi de « leur donner les moyens de faire des diagnostics personnalisés ».

Enfin, une enveloppe propre au Département vient s’ajouter, cette fois à l’adresse des «nouveaux installés » – soit depuis le 1er janvier 2015 et jusqu’au 31 décembre 2020. Elle «consiste en une participation des agriculteurs-éleveurs à des groupes de développement technico-économique » afin de « les aider à être beaucoup plus performant rapidement », a précisé Nicolas Fricoteaux, président de l’assemblée axonaise. Ce sont ainsi 200 euros par an qui pourront être accordés.

Le RSA en soutien

Si le plan en tant que tel n’a guère fait de débat, certains élus de l’opposition ont toutefois fait part de leurs inquiétudes. À l’instar de Brigitte Fournié-Turquin (EELV), qui évoque les risques « en cas de changement de production ». Citant l’exemple de « la ferme des 1 000 veaux » à Clairfontaine, en Thiérache, l’élue écologiste estime que l’éleveur devient là « une sorte de salarié », « qui n’a plus la main » ni sur le choix des bêtes, ni sur leur «commercialisation ».

De même, Bruno Beauvois (PRG) redoute, au regard de la situation actuelle des agriculteurs axonais, que ce soit les signes précurseurs « de la mort de la paysannerie ». Et invite à engager une réflexion « pour l’aider face aux industriels ».

Pour l’heure, les mesures prises doivent permettre de faire un état des lieux des exploitations des éleveurs en plus grande difficulté. Avec un coup de pouce supplémentaire : le RSA (revenu de solidarité active) devrait être étendu, a indiqué Isabelle Létrillart, vice-présidente à l’Action sociale.

 

commentaires

Le décrochage scolaire

Publié le 1 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, autres, VIE QUOTIDIENNE, LA SOCIETE

Le décrochage scolaire

Le décrochage scolaire

Faire en sorte que chaque jeune puisse construire son avenir professionnel est l'une des missions de l'école. Il y a 5 ans, le nombre de jeunes Français qui quittaient le système de formation initiale sans avoir obtenu un diplôme professionnel ou le baccalauréat était estimé à 136 000 par an. Par ailleurs, 620 000 jeunes de 18 à 24 ans décrochaient du système éducatif sans diplôme du second cycle du secondaire, restant durablement sans formation. Pour les jeunes concernés, cette situation est source de difficultés sociales et économiques majeures.

Pour inverser la tendance, la France a fixé des objectifs ambitieux :

Diviser par deux d’ici à 2017 le nombre de jeunes sortant sans qualification du système éducatif. Il s’agit d’offrir à tout jeune déscolarisé une solution de formation, d’apprentissage ou un service civique.

Atteindre un objectif n'excédant pas 10% de décrocheurs de 18-24 ans dans le cadre de la "Stratégie Europe 2020".

Le plan interministériel de lutte contre le décrochage scolaire du 21 novembre 2014, présenté par le Premier ministre, vise à organiser la mobilisation de tous : parents, jeunes, professeurs, pouvoirs publics au niveau national et local, associations et entreprises. Ce plan s'inscrit dans la continuité des autres grands chantiers engagés par le ministère de l'Éducation nationale avec, notamment, la priorité à l'école primaire et la politique de l'éducation prioritaire qui vise à corriger l'impact des inégalités sociales et économiques.
De quoi s'agit-il ?
+
Priorité à la prévention du décrochage scolaire
Les premiers résultats de la démarche partenariale pour vaincre le décrochage, engagée par le Gouvernement, sont encourageants. Selon la dernière enquête de la Deep, on compte 110 000 jeunes sortant du système éducatif sans diplôme contre 136 000 en 2010, soit une baisse de 26 000 décrocheurs. Autre décrue : 494 000 jeunes de 18 à 24 ans sont actuellement sans diplôme et sans formation contre 620 000 il y a 5 ans (-126 000 jeunes sans diplôme).

Dans le cadre de la stratégie Europe 2020, la France s’est engagée à abaisser le taux de jeunes en-dehors de tout système de formation et sans diplôme sous la barre des 10% d’ici 2020. L'objectif de la France est désormais atteint puisque la proportion est aujourd'hui de 9% alors que la moyenne en Europe est de 11%.

Ces résultats sont encourageants, alors que la ministre a renforcé, en novembre dernier, les outils de lutte contre le décrochage scolaire autour de trois axes : la mobilisation de tous, le choix de la prévention, et une nouvelle chance pour se qualifier.

L'école assure la prévention, le repérage et le suivi des décrocheurs pour identifier ceux qui sont prêts à retourner directement sur les bancs de l’école. La prise en charge des jeunes se fait notamment au travers des réseaux "Formation Qualification Emploi", dits Foquale, et des plates-formes de suivi et d’appui aux décrocheurs qui sont désormais au nombre de 400.

La lutte contre le décrochage s'amplifie. À la rentrée 2016, des bourses d’un montant de 1 000 euros pour les jeunes décrocheurs âgés de 16 à 18 ans inscrits dans un parcours de
Vaincre le décrochage scolaire - voir en plus grand
Vaincre le décrochage scolaire
retour en formation seront mises en place. À noter : les 16-25 ans en situation de grande vulnérabilité sur le marché du travail peuvent bénéficier de la Garantie jeunes qui permet une intégration grâce à un parcours intensif de formation et d’accès à l’emploi. Véritable droit universel, ce dispositif doit être généralisé en 2017 et concerne entre 100 000 et 150 000 jeunes. Le service civique, levier essentiel de citoyenneté, est aussi un moyen de s’insérer dans la vie professionnelle. En offrant des solutions spécifiques alliant projet de formation et mission d’intérêt général, à plein temps ou en alternance, le service civique participe à la lutte contre le décrochage.
Un accompagnement personnalisé des jeunes en risque de décrochage
Dans le cadre du vaste plan de lutte contre le décrochage scolaire de novembre 2014, qui vise à diviser par 2 le nombre de jeunes sortant sans qualification du système éducatif d’ici à 2017, Najat Vallaud-Belkacem a lancé le 19 mai 2015 une grande campagne d’information à destination des jeunes qui ont quitté le système scolaire sans qualification pour les informer sur leur droit au retour en formation, la campagne "reviens te former".

Dorénavant, en lien avec le service public régional d’orientation, tout jeune entre 16 et 25 ans peut faire valoir son droit au retour à la formation s’il se trouve dans l’un des deux cas de figure suivants :

il possède uniquement le brevet ou n’a aucun diplôme, qu’il soit général, technologique ou professionnel, ou titre à finalité professionnelle ou certificat inscrit au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

il possède un baccalauréat général mais pas de qualification professionnelle reconnue, c’est-à-dire un diplôme, titre ou certificat à finalité professionnelle inscrit au RNCP.

Le site reviensteformer.gouv.fr propose, dès à présent, un service de rappel gratuit avec une prise en charge rapide et un suivi personnalisé pour tout jeune qui en fait la demande. Ce rappel permettra de fixer dans les 15 jours un rendez-vous avec un référent qui suivra le jeune avant, pendant et après son retour en formation.

La prise de contact peut s’effectuer sur le site reviensteformer.gouv.fr ou par le biais d’un numéro gratuit : 30 20. D’autres moyens sont également mis à disposition par les régions elles-mêmes : plateforme téléphonique, accueil physique.

commentaires

Emploi en Hauts-de-France : l'heure du bilan

Publié le 1 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, valeurs, VIE POLITIQUE

Emploi en Hauts-de-France : l'heure du bilan

Emploi en Hauts-de-France : l'heure du bilan

Emploi en Hauts-de-France : l'heure du bilan pour Xavier Bertrand

Fin octobre 2015, Xavier Bertrand, alors candidat aux Régionales, disait vouloir redonner un travail à 60.000 personnes d'ici septembre 2016. Il présentait ce lundi matin son bilan en matière d'emploi dans la région et a reconnu que ce chiffre n'était pas encore atteint.

L'emploi a été au coeur de la campagne de Xavier Bertrand pour les élections régionales et la priorité du président LR du Conseil régional des Hauts-de-France une fois élu.

1.900 chômeurs remis en activité via Proch'Emploi

Début 2016, Xavier Bertrand inaugurait l'un des ces engagements de campagne, le dispositif Proch'emploi, pour aider les chômeurs des Hauts-de-France à retrouver un emploi. Cette plateforme téléphonique vise le sur-mesure entre employeurs et demandeurs d'emploi.

Lors d'une conférence de presse "bilan" ce mardi matin à Lille, le président de région a annoncé qu'elle aurait permis de remettre 1.900 chômeurs en activité depuis janvier, sur les 6.600 ayant passé un entretien.

Parmi ces 1.900 reprises d'activités, 88% auraient eu lieu sous la forme d'un contrat de travail (CDD, CDI, apprentissage) et 12% par le biais de formations, a détaillé le président de Région.

Mais les chiffres avancés par le président de région sont assez flous et semblent manipulés au gré de ce qu'il souhaite démontrer.

Le chiffre des 60.000 emplois pas encore atteint

L'objectif affiché était de redonner un emploi à 60.000 chômeurs de la région au 1er septembre 2016. Xavier Bertrand a reconnu ce matin que ce chiffre n'était pas encore atteint : "L'engagement que j'avais pris n'a pas été tenu à 100%", a-t-il reconnu. Environ 50.000 demandeurs d'emploi ont retrouvé une activité grâce à la région : 40% sont partis en formation et 60% ont décroché un contrat de travail."

Passer à la vitesse supérieure

Il a promis de "passer à la vitesse supérieure", notamment via un partenariat noué avec la société d'interim Adecco, et la mise en place future d'un site agrégeant dans Proch'Emploi toutes les offres existantes dans la région.

Au 1er trimestre 2016, le taux de chômage dans les Hauts-de-France s'élevait à 11,4%, soit plus d'un point au dessus de la moyenne nationale (10,2%).

commentaires

IMAGES DE PICARDIE

Publié le 1 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne

IMAGES DE PICARDIE

IMAGES DE PICARDIE

 

  ETANG DE LA SOURCE

 

L  AISNE  

                  

 

 

  CIEL DE PICARDIE
  ETANG DE LA SOURCE
  VAILLY
   abbaye de longpont
   SOISSONS
   CHÂTEAU DE FERE EN TARDENOIS

 

commentaires

Château-Thierry : la SNCF

Publié le 1 Décembre 2016 par katenana

 

Finalement, la SNCF ne rénovera pas les lignes du sud de l'Aisne

Le député-maire de Château-Thierry, Jacques Krabal, a écrit au président la SNCF Guillaume Pépy pour lui faire part son mécontentement


Gare SNCF de Château-Thierry © France 3 Picardie Gare SNCF de Château-Thierry
 
Les améliorations promises en juin sont finalement tombées à l'eau. C'est ce que laisse croire un document publié par la SNCF qui indique les futurs travaux d'entretien et de modernisation. Sur celui-ci, aucune trace des lignes desservant le sud de l'Aisne.

"La ligne TER Vallée de la Marne semble oubliée [...]. L'axe Reims-Fismes-La Ferté-Milon n'est concerné que sur le tronçon Reims-Fismes. Pourquoi ne pas prendre en considération l'itnégralité de cet axe essentiel pour le développement économique du territoire ?", écrit Jacques Krabal dans un courrier daté du 22 septembre. 
 

7.500 USAGERS QUOTIDIENS MÉCONTENTS

Le TER et le Transilien de la ligne Château-Thierry / Paris Est transportent chaque jour 7.500 personnes. Les usagers sont exaspérés par les retards, suppressions et incidents qu'ils rencontrent au quotidien. Mais en juillet, un courrier et une réunion avec Patrick Jeantet, PDG SNCF réseau France, avait rassuré tout le monde. Il annonçait un plan d'actions sur cinq ans. Au programme rénovation des caténaires et de la signalisation.

Finalement, les travaux semblent bel et bien relégués à plus tard...
contrairement à ce qui était promis ci-dessous le20/07/2016

Château-Thierry : la SNCF annonce des mesures pour améliorer la ligne Château-Thierry / Paris Est

Le TER et le Transilien de la ligne Château-Thierry / Paris Est transportent chaque jour 7 500 personnes. Des usagers qui sont exaspérés par  les retards, suppressions et incidents qu'ils rencontrent au quotidien. 

 
Afin d'améliorer la situation des voyageurs de la ligne Château-Thierry / Paris Est,  une réunion avait lieu ce mercredi dans la ville natale de Jean de la Fontaine avec le président de SNCF Réseau, le député-maire de Château-Thierry Jacques Krabal et  la présidente du comité de défense des usagers. Un plan sur cinq ans est annoncé pour améliorer cette ligne qui part de Paris/ Est  passe à Château-Thierry puis se dirige vers Châlons et Epernay dans la Région Grand Est. Au programme rénovation des caténaires et de la signalisation. Mais le député-maire de Château-Thierry souhaite davantage. Il réclame notamment un responsable unique pour la ligne qui est gérée par trois régions.
commentaires

La Région au Salon international de l’alimentation

Publié le 1 Décembre 2016 par katenana

 

La Région au Salon international de l’alimentation

Du 16 au 20 octobre 2016, le parc des expositions Paris Nord-Villepinte accueille la 51e édition plus grand salon agroalimentaire du monde : le SIAL. La Région y accompagne, sur son pavillon collectif, 18 entreprises, en plus des 36 sociétés qui y exposent individuellement.

 La Région au Salon international de l’alimentation

 

 

Avec près de 1 000 entreprises, 50 000 emplois et 10 milliards d’euros de chiffres d’affaires, la filière agroalimentaire est un acteur majeur de l’économie des Hauts-de-France. Au niveau national, la région est numéro 1 français dans la production de pommes de terre, de betteraves à sucre, de blé tendre, de chicorée, de pois protéagineux, et en 2e place pour la culture de betteraves potagères, carottes, choux fleurs, épinards, haricots, navets, mâches…

La filière, qui permet aux habitants de consommer des produits locaux et de soutenir l’agriculture de notre région, est dynamisée par la présence de poids lourds de l’industrie mondiale : Bonduelle à Estrées-MonsBigard à FlixecourtDanone à BailleulNestlé à AubignyRoquette à MervilleTéréos à Origny-Sainte-Benoîte

Un pavillon collectif avec 18 entreprises

La Région Hauts-de-France accompagnera 18 entreprises de la filière agroalimentaire sur son pavillon collectif, pendant toute la durée du SIAL. L’opportunité de mettre en avant des savoir-faire reconnus, un tissu industriel dense et de un positionnement stratégique au cœur de l’Europe aux 160 000 visiteurs attendus durant 4 jours.

Les entreprises présentes sur le pavillon régional Hauts-de-France au SIAL 2016  :

  • ABCD Nutrition, Novillers (60) – Fabrication et distribution de produits biologiques et sans gluten
  • Adrianor, Tilloy-les-Mofflaines (62) – Centre de ressources technologiques agroalimentaires
  • Asseman Deprez – Tamara, Merville (59) – Fruits secs et légumes secs
  • Bayard Distribution, Laucourt (80) – Conditionnement et commerce de pommes de terre
  • Biscuiterie Tourniayre, Amiens (80) – Fabrication de cornets et gaufrette pour la glace
  • Brasserie de Saint-Omer, Saint-Omer (62) – Fabrication et conditionnement de bières
  • Champicarde, Crécy-sur-Serre (02) – Production de champignons biologiques
  • Conserverie St Christophe, Argoules (80) – Fabrication de conserves à base de viande, volaille, gibier, poisson et produits de la mer
  • D2i-LeFruit, La Fère (02) – Mise au point et fabrication de fruits semi-confits
  • Extractis, Dury (80) – Institut technique agro-industriel
  • Florepi, Guignicourt (02) – Fabrication de pâtisseries surgelées de tradition française
  • Groupe Alliance, Amiens (80) – Groupe composé de PME impliquées sur l’ensemble de la chaine agro-alimentaire
  • Prospérité Fermière – Ingredia, Arras (62) – Produits laitiers
  • Lactinov, Abbeville (80) – Développement, formulation et conditionnement aseptique de produits liquides à base de lait et produits dérivés
  • Lailand, Aubigny-sur-Kaisnes (02)- Spécialités fromagères
  • Ets Lucien, Allonne (60) – Découpe de viande et fabrication de produits de charcuterie
  • Pâtisserie des Flandres – Erquinghem-Lys (59) – Fabrication de gaufres et gaufrettes apéritives
  • Régnier, Armentières (59) – Boulangerie, traiteur sucré et salé
  • Rillettes de l’Ermitage SAS, Nesle (80) – Fabrication artisanale de rillettes
  • Sainte-Lucie, Gouvieux (60) – Aide à la pâtisserie et poivres, herbes, épices, mélanges
  • SAS Bon et Bien, Templeuve (59) – Producteur de soupes
commentaires
<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 50 60 70 80 90 > >>