Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Verneuil sous coucy par kate nana

Bienvenue sur ce blog ! Merci pour vos passage et bonne lecture !!

Articles avec #histoire catégorie

La Picardie

Publié le 5 Janvier 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, autres, valeurs, HISTOIRE, politique actuelle

NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE
NOTRE BELLE PICARDIE

NOTRE BELLE PICARDIE

La Picardie proche des 2 millions d’habitants

 

 

HAUTS-DE-FRANCE L’ex-région continue à gagner des habitants même si c’est dans une moindre mesure que le reste de la France. Exception : l’Aisne qui a perdu 87 habitants en cinq ans.


Les grandes villes (ici Amiens) séduisent de moins en moins. La vie y est plus cher, plus agitée. Du coup ce sont les communes de moins de 2000 qui drainent l’augmentation de la population. 

(Photo d’archives F. HASLIN)

C’est un peu l’exode rural à l’envers… L’INSEE, Institut national de la statistique et des études économiques, vient de publier les chiffres des populations légales dans les cinq départements qui forment la région Hauts-de-France. Des chiffres qui confirment une forme de désaffection des villes au profit des communes périphériques voire de cités plus éloignées. Des chiffes qui confirment aussi de fortes disparités au sein du nouvel ensemble Hauts-de-France, mais aussi un décalage entre cette entité et le reste de l’Hexagone.

SOUS LA MOYENNE

Disparités tout d’abord au regard des statistiques nationales. Si la population en France a augmenté de 0,5 % entre 2012 et 2014, dans les Hauts-de-France elle n’augmente que de 0,2 %. Un décalage important qui procède d’une tendance lourde, avec une concentration croissante des populations sur l’arc méditerranéen, la façade atlantique et l’Ile-de-France.

L’AISNE FRÔLE LE ROUGE

C’est, hélas, une habitude. L’Aisne est abonnée aux dernières places dès qu’il est question de statistiques économiques ou démographiques. Des cinq départements, l’Aisne est le seul à avoir perdu des habitants. Moins d’une centaine. C’est peu, mais tous les autres en gagnent ; 0,1 % pour la Somme, 0,2 % pour le Nord et le Pas-de-Calais, et même 0,4 % pour l’Oise habituée à caracoler en tête. Proximité de l’Ile-de-France oblige.

LES PETITES COMMUNES ONT LA COTE

Si on excepte les départements du Nord et de l’Oise, ce sont les communes de moins de 2 000 habitants qui gagnent le plus en populations. Les grandes villes perdent même des habitants, à l’image d’Amiens, Compiègne, Saint-Quentin, Laon et Soissons. Ce sont souvent les villes de la proche périphérie qui gagnent. Proximité des centres urbains, qualité de vie, imposition locale plus mesurée, prix du m² inférieur… Dans la Somme, on note la belle progression de Camon, Pont-de-Metz et Salouël (périphérie d’Amiens) ou encore de Friville-Escarbotin dans le Vimeu.

L’OISE SÉDUITE PAR LES VILLES MOYENNES

C’est une particularité de l’Oise. L’essentiel de la progression s’effectue dans des villes moyennes – celles qui ont entre 10 et 15 000 habitants. On note ainsi les beaux succès de Méru (1,9 %), Crépy-en-Valois (1,6 %), Montataire (1,2 %) ou Pont-Sainte-Maxence (1,4 %).

CONCENTRATION

Si on excepte le Pas-de-Calais, un habitant sur deux vit dans une des 50 plus grandes communes du département. Mais attention, il y a grande ville et grande ville. Dans le Nord, les 50 plus grandes comptent toutes plus de 10 000 habitants. Dans la Somme le seuil est de… 1 473 habitants et dans l’Oise de 2 987. Il est de 6 500 habitants dans le Pas-de-Calais. On ne dira jamais assez à quel point l’ex-Picardie différait du Nord-Pas-de-Calais.

commentaires

moins d'habitants de l'Aisne parmi les 1.930.095 Picards

Publié le 4 Janvier 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, autres, valeurs, HISTOIRE

Démographie : moins d'habitants de l'Aisne parmi les 1.930.095 Picards

Dans les données publiées par l'Insee sur la population au 1er janvier 2014, l'Aisne est le seul département de l'ancienne région Picardie qui perd des habitants. La fuite n'a rien d'une hémorragie mais elle fait tâche quand la Somme et l'Oise gagnent des habitants.

© France 3 Picardie

 

 

Avec 539.783 habitants au 1er janvier 2014, la population de l’Aisne a diminué de 87 habitants depuis 2009, soit une évolution quasiment nulle. Une situation qui contraste avec la hausse de + 0,2 % par an constatée en région Hauts-de-France et de + 0,5 % au niveau national. Cette légère baisse s'explique principalement par le fait que les 50 plus grandes communes du département ont perdu plus de 3.000 habitants en 5 ans. L'Aisne n'est pas non plus le territoire rural dont on a l'image puisque plus d’un habitant sur deux réside dans l’une de ces 50 plus importantes communes axonaises.

La grande gagnante, c'est l'Oise : depuis 2009, sa population a augmenté de 17.168 habitants et s'affiche à 818.680 habitants au 1er janvier 2014, soit un rythme annuel de croissance de + 0,4 %, contre + 0,2 % en région Hauts-de-France et + 0,5 % au niveau national. Cette croissance de la population du département est portée par les communes de moins de 15 000 habitants, les plus peuplées étant généralement stables. Plus d’un habitant sur deux réside dans l’une des 50 communes les plus importantes. En 2014, 6,7 % des habitants de l'Oise résident à Beauvais, ils étaient 7,1 % en 1962. De nombreuses communes, sous l'influence de la région parisienne, ont profité des migrations résidentielles en provenance d'Île-de-France pour se développer. Par exemple, des communes telles que Nogent-sur-Oise, Crépy-en-Valois ou Méru ont connu une progression importante ces
cinquante dernières années.

Avec 571.632 habitants au 1er janvier 2014, la population de la Somme s’est accrue de 1.857 habitants en 5 ans, soit un rythme annuel de croissance de + 0,1 %, contre + 0,2 % en région Hauts-de-France et + 0,5 % au niveau national. Cette croissance de la population du département est essentiellement portée par les petites communes. En effet, les 50 plus grandes ont perdu plus de 3 000 habitants depuis 2009. 54,4% des Samariens vivent dans l'une des ces grandes villes dont 23% à Amiens qui est la 2ème commune la plus peuplée des Hauts de France derrière Lille.


Au total, l'Insee a recensé 1.930.095 picards au 1er janvier 2014. La France compte 65 906 986 habitants. La région des Hauts-de-France, avec 61 802 personnes de plus qu’en 2009, dépasse les 6 millions d'habitants (6 006 156). Elle est la deuxième région de province, derrière la région Auvergne-Rhône-Alpes (7 820 966).
commentaires

A 105 ans, l'Amiénois Robert Marchand

Publié le 4 Janvier 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, autres, valeurs, LA SOCIETE, HISTOIRE

A 105 ans, l'Amiénois Robert Marchand tente un nouveau record de vitesse à vélo

Robert Marchand né le 26 novembre 1911 à Amiens, dans la Somme, est un cycliste centenaire français, connu pour la pratique toujours active de son sport et l'obtention de divers records à plus de 100 ans. A 105 ans, il veut tenter un nouveau record de vitesse à vélo

Robert Marchand - archives 31/01/2014 © France 3 RA

© France 3 RA Robert Marchand - archives 31/01/2014

 
Du haut de son 1,50m, Robert Marchand glousse comme un enfant qui prépare un bon coup: lui qui, à 105 ans, commence tout juste à "prendre de la bouteille", tentera mercredi d'établir un nouveau record mondial de vitesse à vélo. 
 

Un phénomène

Sa tentative se déroulera de 16h à 17h au vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines, là même où il avait battu son propre record de l'heure il y a deux ans (26,927 km). Mais, prévient-il, il ne fera pas mieux le 4 janvier : il roulera pour établir le record dans la toute nouvelle catégorie des plus de 105 ans. "Ça ne va pas aussi bien qu'il y a deux ans, si j'étais aussi bien je serais un phénomène. Mais je suis pas un phénomène", insiste-t-il, toujours rigolard.

Ceux qui le croisent au vélodrome, le pas alerte, les jours précédant son record, ne sont pas de cet avis : "C'est un Martien", sourit Jean Ridel, jeunot de 84 ans, qui tentera dans un an de s'attaquer au record des plus de 85 ans. "Faut tenir l'équilibre sur le vélo, pouvoir anticiper les virages", c'est "phénoménal" à 105 ans, dit-il.
 

Un vélo sur mesure

Le jour J, le centenaire enchaînera les tours de piste sur un léger dénivelé, avec un vélo sur mesure et bardé de capteurs sous son maillot jaune et violet, les couleurs de L'Ardéchoise, populaire course qui organise l'événement avec la Fédération française de cyclisme.
Robert Marchand estime pouvoir parcourir 23 ou 24 kilomètres en une heure. "Si je faisais 30, on dirait que j'étais dopé !"


Un corp bien irrigué et une forte détermination

Son secret alors ? Il donne quelques pistes : "Toute ma vie j'ai fait du sport", "beaucoup de fruits et légumes", "pas trop de café", "pas de cigarettes", "très peu d'alcool". La physiologiste et professeure d'université Véronique Billat, qui le suit depuis ses 100 ans, complète : "Sa surface corporelle est petite mais il a un coeur qui pulse autant de sang à la minute que celui de quelqu'un de plus grand. Son corps est super irrigué". Sa personnalité joue aussi : "Il a une forte détermination, il ne doute pas, il n'a pas peur de tenter des choses". Pour Gérard Mistler, président de L'Ardéchoise, Robert Marchand est un "bel exemple pour l'humanité". "Cela aurait été dommage qu'il reste incognito dans son appartement de Mitry-Mory alors qu'il donne beaucoup de joie de vivre aux gens".


Reportage tourné en 2014 consacré à Robert Marchand
Robert Marchand, cycliste centenaire

Avec Robert Marchand, coureur cycliste; Serge Carlier, coéquipier de Robert Marchand - Club "Les Cyclos Mitryens" et Rolande Bayonne, coéquipière de Robert Marchand - Club "Les Cyclos Mitryens"; un reportage de Jean-Pierre Rey et Henri Desaunay. 

Il achète son premier vélo en 1925 

Robert Marchand est né à Amiens le 26 novembre 1911. Avant de pratiquer le cyclisme, il s'essaie brièvement à la boxe avec son père mais, ce sport ne lui plaisant pas, il se met à la gymnastique et devient, en 1924, « champion de France de la Pyramide ». En 1934, Robert Marchand exerce en tant que moniteur de gymnastique. Entre temps, il découvre le cyclisme et s'achète son premier vélo en 1925. Il remporte sa première course à Claye-Souilly, à quatorze ans, sous un faux nom car il fallait avoir au minimum quinze ans pour y participer. En dépit d'un certain talent, il est jugé trop petit pour passer professionnel. Robert Marchand abandonne alors le cyclisme et ne reprend le vélo qu'en 1937, sur piste et sur route, mais dans une moindre mesure.
 

Ancien pompier de Paris

Robert Marchand a eu plusieurs vies professionnelles. Pompier de Paris de 1932 à 1936, corps qu'il est contraint de quitter pour refus d'obéissance. Il part s'installer au Venezuela en 1947 et y exerce les métiers tels qu'éleveur de poulets, conducteur d'engins et planteur de canne à sucre. Il revient en France de 1953 à 1957 puis part au Canada pour exercer le métier de bûcheron, qu'il trouve trop difficile. Il revient en France en 1960 pour exercer les métiers de maraîcher, vendeur de chaussures puis marchand de vin. La commune de Seine-et-Marne, près des pistes de Roissy, est le point de chute de Robert Marchand. Aux visiteurs de son modeste studio, il n'hésite pas à montrer les exercices d'assouplissement auxquels il se plie tous les matins. Ou à faire une démonstration sur un appareil d'entraînement, le même que les coureurs du Tour de  France. "Va moins vite !" lance un copain cycliste, en haussant la voix pour se faire entendre. Cette ouïe défaillante est l'un des rares maux dont souffre le centenaire, avec un peu de tension (son "seul cachet" quotidien) et des rhumatismes dans les mains qui le gênent pour tenir le guidon. "Mais les jambes ça va bien", dit-il en pédalant toujours. Des tests ont montré qu'il avait gagné en vélocité, mais perdu en puissance. "Tant pis je me contente de la vélocité". Sans se départir de son rire, il raconte ressentir depuis peu une forme de "déchéance". Il ne craint pas la mort, assure-t-il, seulement la paralysie. En attendant, il roule.
commentaires

l Oise vous présente ses voeux !

Publié le 1 Janvier 2017 par kate nana dans PICARDIE, autres, VIE QUOTIDIENNE, HISTOIRE

À toutes et à tous, je souhaite une très belle année 2017 !

commentaires

ST QUENTIN

Publié le 29 Décembre 2016 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, HISTOIRE

commentaires

Coucy-le-Château (02) n'a plus de fric

Publié le 23 Décembre 2016 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, valeurs, LA SOCIETE, COUCY, HISTOIRE

Patrimoine : Coucy-le-Château (02) n'a plus de fric

http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie/aisne/patrimoine-coucy-chateau-02-n-plus-fric-1121031.html

 

Chaque été, le spectacle de son et lumières de Coucy-le-Château Auffrique, dans l'Aisne, attire plus de 10 000 visiteurs les week-ends de juillet. Un superbe show qui n'aura peut-être plus lieu : avec une fréquentation en nette baisse, la saison à venir est en péril. 

 
 
 
Le son et lumières de Coucy-le-Château Auffrique (02) en difficultés financières

Avec : Christian Bigot Pdt Asso. de mise en valeur du château de Coucy; Claudine Saugé Restauratrice à Coucy-le-château (02); Nicolas Fricoteaux Pdt (U.D.I) du Conseil départemental de l'Aisne; un reportage de Rémi Vivenot, Eric Henry

 
Vous vous êtes peut-être rendus au spectacle de son et lumières de Coucy-le-Château, sans savoir qu'il était en danger... Car l'été dernier le public a été deux fois moins nombreux que les saisons précédentes. De quoi mettre en péril la saison prochaine ?

Dons à l'A.M.V.C.C., 7-9 Rue du Pot d'Étain 02380 Coucy-le-Château-Auffrique
commentaires

Picardie, terre de cathédrales

Publié le 13 Décembre 2016 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, autres, HISTOIRE

Picardie, terre de cathédrales
Picardie, terre de cathédrales
Picardie, terre de cathédrales
Picardie, terre de cathédrales
Picardie, terre de cathédrales
Picardie, terre de cathédrales
Picardie, terre de cathédrales
Picardie, terre de cathédrales
Picardie, terre de cathédrales
Picardie, terre de cathédrales

 

Picardie, terre de cathédrales

La Picardie compte six cathédrales : Noyon, Senlis, Soissons, Amiens, Laon et Beauvais... Découverte de ces joyaux architecturaux à la croisée des chemins de l'Histoire et du patrimoine.

 

Cathédrale de Laon

 

 
 

 

Une série réalisée par Julie Poirier, Julien Guéry, Olivier De Nesle  et Cédric Delangle.


Episode 1 : la cathédrale de Noyon (60) est édifiée à partir de 1145. Deuxième cathédrale gothique bâtie en France après celle de Sens et avant celles de Laon et de Paris, elle est haute de 66 m et longue de 103. Ses voûtes culminent à 23 m.
 
http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie/emissions/les-rendez-vous-de-l-info/actu/picardie-terre-de-cathedrales.html-0

Avec Laurent Cessin, animateur architecture et patrimoine



Episode 2 : la cathédrale de Senlis a été édifiée à partir de 1151 sur l’emplacement de sanctuaires plus anciens, sous l’impulsion de l'évêque Pierre (1134-1151). De taille assez modeste (longueur totale extérieure : 76 mètres), elle est l’un des premiers m

La cathédrale de Senlis

Intervenants : Julie Poirier et Marie-Pascale Hallo, conférencière / Reportage : Julie Poirier, Julien Guéry, Olivier de Nesle et Cédric Delangle


Episode 3 : la cathédrale d’Amiens est la plus vaste cathédrale de France par ses volumes intérieurs. Elle est considérée comme l'archétype du style gothique classique, comprenant aussi des éléments du gothique rayonnant et du gothique flamboyant. Sa longueur hors œuvre est de 145 mètres et sa hauteur sous voûte de 42,30 mètres (proche du maximum supportable pour cette architecture).

monuments gothiques du pays

La cathédrale d'Amiens

Intervenants : Jacques Blanrue, administrateur au Centre des monuments nationaux - cathédrale d'Amiens ; Christian Douale, architecte des bâtiments de France / Reportage : Julie Poirier, Henri Desaunay, Olivier de Nesle et Cédric Delangle



Episode 4: la cathédrale de Laon est la seule de style gothique primitif. Telle qu'elle s'élève dans la ville haute de Laon, elle n'a jamais été remaniée. Son édification commence en 1155, en lieu et place d'une 1ère cathédrale carolingienne puis d'une cathédrale romane détruite par un incendie en 1122. Elle fut terminée en 1235. Haute de 110,5 mètres, elle possède 5 tours: 7 étaient initialement prévues.

 

Episode 5 : La cathédrale Saint-Pierre de Beauvais est une cathédrale catholique romaine. Elle possède le plus haut chœur gothique au monde (48,50 m). C'est après un incendie de la « Basse Œuvre » qu'a commencé en 1225, la construction de la cathédrale. Le 3 octobre 1272, les vêpres sont chantées dans le nouveau chœur.

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 
 
commentaires

MERCIN ET VAUX

Publié le 13 Décembre 2016 par kate nana dans PICARDIE, autres, tourisme dans l aisne, HISTOIRE

Vaux

 

Vaux
 
 
Villa LOTHON

 

Villa LOTHON
Villa LOTHON
commentaires

Selon que vous serez Jérôme Cahuzac ou personne, la justice vous rendra blanc ou noir

Publié le 10 Décembre 2016 par kate nana dans VIE POLITIQUE, AUTRES, HISTOIRE

L'ex-ministre socialiste chargé de pourfendre la finance et la fraude fiscale vient d'être condamné à 3 ans de prison ferme pour fraude fiscale. Et la pensée unique de souligner la dureté de sa peine, comme pour montrer l'arbre qui cache la forêt de l'évasion fiscale établie par les forces de l'argent et évaluée au moins à 80 milliards d'euros pour la France.

3 ans de taule ferme pour l'ex-gendarme contre la fraude fiscale, mais pas de mandat de dépôt et pas un euro d'amende. Pourtant, en 205 pages de jugement et durant une heure, le président de la 32e Chambre correctionnelle de Paris a détaillé en long, en large et en travers les nombreuses fautes gravissimes d'un col blanc, de surcroît ministre de la République. Selon la loi, pour un tel délit, cela va jusqu'à 7 ans de prison et une amende à la hauteur.

Mais la 32e Chambre correctionnelle de Paris a suivi à la lettre les réquisitions du procureur de la République à l'encontre de Jérôme Cahuzac. Si vous ne le saviez pas, suite à l'affaire Cahuzac, l'Assemblée nationale a créé un parquet national spécifique. On voit ce qu'il en ressort aujourd'hui: la fraude fiscale a donc encore de beaux jours devant elle...

Jérôme Cahuzac a fait appel. Ensuite, il ira devant la Cour de Cassation et pourquoi pas devant la Cour européenne de justice. Il dispose de moyens suffisants pour se faire défendre par le gratin des avocats. Le gouvernement socialiste fera-t-il appel pour aggraver ladite condamnation de son ex-pote? A moins de croire au père Noël...

Dans le lot, pas loin où Jérôme Cahuzac était député-maire socialiste avant de devenir ministre, un SDF de 18 ans a pris 2 mois de prison ferme pour avoir volé du riz, des pâtes et une boîte de sardines. Son avocat avait plaidé qu'il avait faim. La Chambre correctionnelle de Cahors n'a pas reconnu un vol "par nécessité" en ce mois de mai 2016.

Bon, le col de chemise de ce pauvre être humain était-il blanc?

Afficher l'image d'origine

commentaires

CHAUNY

Publié le 7 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, LA SOCIETE, HISTOIRE

 

Les origines de la ville.
Chauny vers 1610


La ville de Chauny est située au cœur même de la riche vallée de l'Oise, qui s'étend de La Fère à Creil.

Elle ne donna guère signe de vie que vers le cinquième siècle. Avant cette époque, il n'y avait au pays Chaunois qu'une citadelle d'origine gauloise et quelques huttes de pêcheurs.

Lors des invasions des Vandales (407) et des Huns (451), la citadelle servit de refuge aux peuplades d'alentour; Condren émigra tout entier.
De petites colonies s'élevèrent çà et là et donnèrent naissance aux hameaux du BailIy, du Brouage, de Seleine et de Senicourt. Une large chaussée unissait les trois premiers faubourgs entre eux ; le dernier, Senicourt, était baigné de toutes parts durant une grande partie de l'année; on ne pouvait y aborder qu'en barque, de là le nom de Navoir, de Pissot (navis, nacelle, endroit navigable) donné à ces terrains.
Aujourd'hui encore, le quartier conserve sa dénomination primitive, mais les eaux de l'Oise ne le visitent plus chaque année ; on ne voit plus de barques le sillonner : de gras pâturages ont remplacé les marécages fétides d'autrefois.

"C'est aux abbayes que la contrée est redevable des premiers travaux de culture qui en ont fait avec le temps, une des régions les plus riches. Ainsi les champs de Noureuil, de Rouez, ceux de Guyencourt et de Champigny ont été défrichés par les religieux de Cuissy, de même que ceux de Commenchon et du petit vallon de Selaine le furent aussi par les moines de Saint-Eloy-Fontaine".

Primitivement, de riches villas royales se voyaient dans les environs : à Servais, à Quierzy et aussi, suivant plusieurs historiens, à Rouy (Rufiacum) et à Autreville (Autreivilla). C'est à Quierzy que le roi Pépin reçut le pape Etienne II (764). L'Empereur Charlemagne, après son couronnement; Louis-le-Débonnaire,
Charles-le-Chauve et une foule de princes de ce temps vinrent s'esbaudir dans le pays Chaunois.

La citadelle, qui fut le berceau de Chauny et, pendant des siècles, le boulevard des peuplades voisines contre les incursions des barbares, perdit peu à peu de son prestige et de sa force; au douzième siècle, elle avait plutôt l'air d'un repaire de voleurs que d'une place de guerre.

Guibert-de-Nogent raconte dans sa Vie (liv. III, ch. 18), qu'en l'an 1104 un soldat enleva tout un troupeau de bœufs appartenant à son abbaye. L'antique citadelle fut démolie de fond en comble (1430). Ses décombres servirent à fortifier les murs d'enceinte et à élever dans l'intérieur même de la ville un puissant château fort.

Malgré ses nouvelles fortifications, malgré la vaillance de ses habitants, la ville de Chauny tomba, en 147, au pouvoir des Anglais, qui l'occupèrent pendant 25 ans.

En 1552, 1557 et 1652, les Espagnols, puis les Protestants, se rendirent maîtres de Chauny, qu'ils pillèrent et brûlèrent en partie. On ne releva pas les ruines amoncelées par les guerres incessantes du dix-septième siècle et quand éclata la Révolution de 1793, Chauny se trouva réduit à ses quatre portes et à ses bastions démantelés.Le 26 février 1814, les Cosaques entrèrent dans la ville après un simulacre de combat. Ils exigèrent une contribution immédiate de cent mille francs. Le 1er juillet 1815, l'ennemi rentra dans la ville et l'imposa d'une somme de cent mille francs payable dans les vingt-quatre heures.

Cinquante sept ans plus tard une nouvelle invasion désolait notre pays : des otages étaient encore enlevés et cent mille francs passaient aux mains des Prussiens.

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>