Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Verneuil sous coucy par kate nana

Bienvenue sur ce blog ! Merci pour vos passage et bonne lecture !!

Articles avec #la societe catégorie

Enseignes d’hier et d’aujourd’hui

Publié le 18 Avril 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, HISTOIRE, LA SOCIETE

Enseignes d’hier et d’aujourd’hui

enseignes d hier, à aujourd hui

Château de Chantilly - Jacquy Salomon - Rivery

Château de Chantilly – Jacquy Salomon – Rivery

Jacky Salomon - Rivery

Jacky Salomon – Rivery

Antoine Duflot - Amiens

Antoine Duflot – Amiens

Hotoie - Antoine Duflot - Amiens

Hotoie – Antoine Duflot – Amiens

Fete du Rail à Longueau - Jacky Salomon, Rivery

Fete du Rail à Longueau – Jacky Salomon, Rivery

Fontaine place au feurre Amiens - Jacky Salomon - Rivery

Fontaine place au feurre Amiens – Jacky Salomon – Rivery

Gentelles - Antoine Duflot - Amiens

Gentelles – Antoine Duflot – Amiens

Patrice Bozzani - Saint-Quentin

Patrice Bozzani – Saint-Quentin

Promenade centre ville Amiens - Jacquy Salomon - Rivery

Promenade centre ville Amiens – Jacquy Salomon – Rivery

Pub Abbeville - Michel Bridoux - Longpré les Corps Saints

Pub Abbeville – Michel Bridoux – Longpré les Corps Saints

Pub Abbeville - Michel Bridoux - Longpré les Corps Saints

Pub Abbeville – Michel Bridoux – Longpré les Corps Saints

Pub Abbeville - Michel Bridoux - Longpré les Corps saints

Pub Abbeville – Michel Bridoux – Longpré les Corps saints

Rue Amiens - Jacky Salomon - Rivery

Rue Amiens – Jacky Salomon – Rivery

Enseignes d’hier et d’aujourd’hui
commentaires

lieux de mémoire incontournables à visiter dans les Hauts-de-France

Publié le 7 Avril 2017 par kate nana dans PICARDIE, valeurs, LA SOCIETE, HISTOIRE

 

 La Caverne du Dragon, le chemin des Dames

À l’origine, c’était une carrière de pierre creusée dans le calcaire, sur le Chemin des Dames. Pendant la Première guerre mondiale, en 1915, les soldats Allemands investissent le lieu et en font un endroit stratégique.
Le 25 juin 1917, après l’échec dramatique de l’offensive Nivelle, les Français reprennent le lieu aux Allemands et les repoussent au fond de la grotte. Les deux camps cohabitent, ils ne sont parfois séparés que par un mur.

Le 15 avril
En marge des commémorations du Chemin des Dames du 16 avril, rendez-vous à Craonne pour un spectacle son et lumière inédit avec projection vidéo 3D et pyrotechnie.
Les jeudis 13 et 20 avril
la Caverne du Dragon-Musée du Chemin des Dames vous propose de (re)découvrir le Chemin des Dames accompagné d'un guide du musée.
Le parcours d'une durée 1h30, en bus, vous invite à découvrir les lieux emblématiques du Chemin des Dames. Ces sorties guidées et familiales présentent de manière détaillée certains épisodes du conflit et mettent l'accent sur la topographie des lieux.

Renseignements et réservation (conseillée) :
La Caverne du Dragon, Musée du Chemin des Dames
RD 18 CD - 02160 OULCHES-LA-VALLÉE-FOULON
Tél. : 03 23 25 14 18 / caverne@cg02.fr

La Carrière Wellington, mémorial de la Bataille d’Arras.

La carrière Wellington préserve le souvenir des milliers de soldats cantonnés sous terre à quelques mètres de la ligne de front, avant de s’élancer sur le champ de bataille, le 9 avril 1917 à 5 h 30 du matin, pour attaquer par surprise les positions allemandes. Après une descente à 20 mètres de profondeur, la visite audioguidée et encadrée par un guide-accompagnateur vous plonge dans l’intimité des lieux.
Conçu comme un lieu de mémoire, le site de la carrière Wellingtonprésente, en surface, un jardin du souvenir et un mur mémorial pour honorer la mémoire des régiments des Première, Troisième et Cinquième Armées britanniques, engagées dans la Bataille d’Arras.

Ouverte tous les jours de 10h00 à 12h30 et de 13h30 à 18h00
Fermée le 01/01,  les trois premières semaines après les vacances de Noël.

Dimanche 23 avril de 14h à 18h
Circuit en car : La bataille de la Crête de Vimy : entre front et arrière-front

C’est dans le secteur des collines de l’Artois et du Bruaysis que l’attaque de la Crête de Vimy s’y est organisée en 1917 avec le général Horne à la tête des quatre divisions canadiennes réunies pour la première fois sous le drapeau à la feuille d’érable. À travers des histoires d’hommes, ce circuit permet de comprendre la place stratégique de l’arrière-front dans une guerre, puis de découvrir le champ de bataille de la Crête de Vimy.

Réservation obligatoire auprès de l’Office de Tourisme ou sur www.explorearras.com (espace billetterie)
Nombre de places limitées.

     Dès l'entrée de la carrière Wellington, le visiteur pénètre dans le sous-sol d'Arras sous le regard de soldats de l'empire britannique. Ambiance. D'un côté un mur de photos de soldats : Thomson, Mac Auley, Fairweather, Ellison, anglais, irlandais, néozélandais, canadiens.


De l'autre côté, les noms de tous les bataillons de l'empire britannique à Arras gravés dans le béton du Mémorial : the 4th Australian Infantry Division, the 3d Canadian Infantry Division, the 9th Scottish Infantry Division, et beaucoup d'autres encore ..

 

Une fois passée cette revue militaire de photos et de noms de l'empire britannique, vous entrez à l'intérieur du site. Casque britannique obligatoire sur la tête vous descendez par un ascenseur vitré à 20 mètres sous terre. La visite commence avec Pascal Loosfelt, guide-conférencier de la carrière Wellington à Arras.

Le Centre d’interprétation « Lens 14-18 centre d’histoire guerre et paix »

Ouvert gratuitement, Lens 14 - 18 est un centre d’interprétation installé au pied de la colline de Notre-Dame-de-Lorette à Souchez. Ce musée présente les batailles et les événements de la Première Guerre mondiale sur les 90 kilomètres de front 1914 - 1918. Des cartographies dynamiques et des films d’archives immergent le visiteur dans le premier conflit mondial. 

Exposition  "VIMY 1917 - LA GUERRE SOUTERRAINE DES CANADIENS"
Une exposition inédite dédiée aux commémorations du centenaire de la bataille de la crête de Vimy 1917 – 2017

L'exposition évoque un aspect peu connu du premier conflit mondial, la guerre souterraine qu'ont livrée les soldats canadiens, réfugiés dans les entrailles de la terre pour se prémunir de la puissance meurtrière de l'artillerie.

Ouvert du mardi au dimanche. Fermé le lundi
De 10h00 à 18h00.

Ouverture exceptionnelle les lundis 10/04 ; 17/04 et 05/06
 

Le Musée Somme 1916

Le Musée situé en plein coeur des Champs de batailles de la 1ère guerre mondiale retraçe la vie des soldats dans les tranchées lors de l'offensive du 1er juillet 1916. Un musée très réaliste qui fait partie du circuit du souvenir. Un parcours de 30 kms sur les champs de bataille du secteur qui emmène les passionnés d’histoire sur les sites de Pozières, Thiepval, ou encore Beaumont-Hamel.
Un souterrain datant du 13ème siècle.

À l'occasion du centenaire de la bataille d'Arras, le Musée de la Somme organise des circuits "Champs de Bataille". Circuit à la journée ou Circuit à la carte (de 2h à 8h) Renseignements et réservations : 03 22 75 16 17 musee@somme1916.org

 L'Historial de la Grande Guerre à Péronne

L'Historial de la Grande Guerre, ce sont 2 musées situés à Péronne et à Thiepval (voir plus bas) qui font partie des sites les plus visités comme la Caverne du Dragon sur le chemin des dames à Oulches la Vallée Foulon, l’un des endroits les plus visités du département de l’Aisne. 
La ville de Péronne fut occupée pendant la quasi totalité de la guerre par les Allemands et sera libérée le 2 septembre 1918 par les Australiens. Cette vie sous tutelle allemande a particulièrement marqué les habitants de Péronne et la ville a été aussi fortement touchée par les destructions, bombardements, incendies… Entre 1914 et 1918, Péronne comptabilisera presque 30% de victimes civiles ! Chaque jour, le carillon de l’hôtel de ville ponctue les heures de midi et 18h des accords de “La Madelon”.

l’Historial aborde le premier conflit mondial dans toute son ampleur : culturelle, sociale et militaire à travers les visions des trois principales nations européennes combattantes (France, Allemagne, Royaume-Uni). Pour créer ce nouveau musée, au cœur des champs de bataille de la Somme, le Conseil départemental de la Somme, a choisi d'y intégrer le château de Péronne, édifice médiéval du 13ème siècle, assiégé pendant la Grande Guerre.

Horaires :
› Du 01 avril au 30 sept : tous les jours de 9h30 à 18h
› Du 01 oct au 31 mar : 9h30 – 17h fermé le mercredi

 Musée de Thiepval

En extension du Centre d’accueil existant du musée de Thiepval, un nouveau Musée a ouvert début juin 2016. Il est consacré à l’Histoire des batailles de la Somme, en particulier à celle de 1916, et à la mémoire des soldats disparus.
L’exposition permanente d’environ 400m2 réunit pièces de collections, objets archéologiques, outils multimédias et installation grandeur nature (réplique de l’avion de Georges Guynemer). La grande fresque (60 mètres de long) dessinée par Joe Sacco ouvre une fenêtre imagée sur le champ de bataille du 1er juillet 1916.
Cette exposition singulière et originale vous offre une expérience à la fois riche en informations et chargée d’émotion.

Musée à Thiepval
8 rue de l’Ancre
80300 Thiepval
thiepval-accueil@historial.org

Horaires :
› Du 01 nov à fin fév : tous les jours de 9h30 à 17h
› Du 01 mar au 31 oct : tous les jours de 9h30 à 18h

commentaires

De nouveaux diagnostics gaz et électricité pour la sécurité des locataires

Publié le 3 Avril 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, LA SOCIETE, politique actuelle

De nouveaux diagnostics gaz et électricité pour la sécurité des locataires

 

Les installations électriques défectueuses provoquent 50.000 incendies par an tandis que celles au gaz causent 5000 intoxications. Dès le 1er juillet, les bailleurs devront effectuer de nouveaux diagnostics sur ces deux points.

Ils sont obligatoires depuis 2009 pour la vente de logements de plus de 15 ans, les diagnostics gaz et électricité devront désormais être aussi effectués (à partir du 1er juillet) pour toutes les nouvelles mises en location. Si le délai entre ces deux mesures a été aussi long, c’est que les pouvoirs publics craignaient que l’accumulation de diagnostics techniques obligatoires ne contrarie un peu plus encore les propriétaires bailleurs. Pas sûr que la situation ait évolué pour les propriétaires mais l’impératif de sécurité des locataires a primé.

Selon une étude de l’Observatoire national de la sécurité électrique, 50.000 incendies par an sont de source électrique causant 3000 victimes dont 40 décès par hydrocution. Près des deux tiers (61%) sont liés aux équipements électriques (radiateurs, lave-linge, micro-ondes, lampes…), tandis que 31% sont liés aux installations fixes ou mobiles (prises, multiprises…) et 3% aux installations des parties communes. De son côté, le réseau de diagnostiqueurs Diagamter évalue, dans un livre blanc, à 5000 le nombre d’intoxications dues au gaz chaque année, débouchant sur 100 décès.

Travaux non obligatoires

C’est sur la base de ces éléments que des structures telles que le GRESEL (Groupe de réflexion sur la sécurité électrique dans le logement) ont participé à l’élaboration de ce nouveau diagnostic obligatoire. «Dans 2/3 des logements dont l’installation électrique a plus de 15 ans, on décèle au moins une anomalie, rappelle Françoise Thiébault, secrétaire générale des Associations familiales laïques de Paris et membre du GRESEL. Même si les travaux ne sont pas obligatoires après ce diagnostic, les propriétaires les font faire dans 80% des cas.»

Pour l’instant, Françoise Thiébault œuvre surtout pour la sensibilisation en espérant faire prendre conscience aux bailleurs de leur responsabilité juridique, judiciaire et surtout morale. «La tâche est difficile, estime-t-elle, car les gens n’ont pas conscience de la dangerosité potentielle d’une installation électrique.» La «fée électricité» est un faux ami selon elle et à une époque où l’on utilise tellement d’appareils électriques simultanément, les installations vieillissent prématurément et les incidents liés aux multiprises sont fréquents.

Des problèmes de mise à la terre

Parmi les problèmes les plus fréquemment rencontrés, on trouve des soucis de mise à la terre (dans 80% des installations défectueuses). La situation est d’autant plus délicate que certaines copropriétés ne disposent pas d’un véritable accès à la terre, notamment depuis la disparition des canalisations en plomb sur lesquelles on ne peut plus se raccorder. Dans ce cas, un propriétaire isolé ne peut pas faire grand-chose. Second problème majeur (dans 60% des cas): l’absence de disjoncteurs différentiels sur les circuits électriques du logement.

Avant même l’arrivée du diagnostic électrique obligatoire, le 1er juillet (pour les immeubles dont le permis de construire a été délivré après le 1er janvier 1975), le Gresel conseille aux propriétaires ayant un doute sur leur installation électrique de la faire inspecter en faisant venir un électricien. Il pourra réaliser, si besoin, des travaux de mise aux normes et délivrer une attestation visée par Consuel (association chargée en France du visa obligatoire d’attestations de conformité des installations électriques), faisant office de diagnostic obligatoire. Ce fameux diagnostic sera intégré aux forfaits de diagnostics techniques obligatoires (avec une hausse de tarif à la clé) et aura une validité de 6 ans, en cas de changement de locataire. À compter du 1er janvier 2018, ces nouveaux diagnostics seront obligatoires pour tous les logements quel que soit leur âge.

 

commentaires

l ordinateur ,les réseaux et nous

Publié le 23 Mars 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, LA SOCIETE, QUOTIDIEN


Le système d'explotation

Une première question à vous poser : croyez-vous qu'avec un système d'exploitation comme Windows (surtout avec la version 10), votre vie privée peut être préservée ? Eh bien, la réponse est un grand NON.

Allez sur Google et faites vos recherches sur le sujet. En faites, je vais vous faciliter la tâche en le faisant pour vous :

- Windows 10 et vie privée : https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=windows+10+vie+priv%C3%A9e
- Windows 10 et espionnage : https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=windows+10+espionnage.

Pourquoi autant de sites parlent de ce sujet si ce n'est pas exacte ? Microsoft peut sans problème vous espionner grâce à Windows et ça c'est une réalité. Mais ne soyons pas non plus trop parano, il ne va pas systèmatiquement espionner tout le monde. Quel intérêt d'expionner un petit particulier qui se trouve au fin fond de la Picardie, dans un petit trou perdu. (Ne vous égarez pas, j'aime ma Région la Picardie).

Même si on ne doit pas être totalement parano, sachez qu'il y a des alternatives à Microsoft et cela s'appelle : les logiciels libres. Eh oui ça existe et en plus c'est gratuit. Oui Oui je vous l'assure ça ne vous coutera pas un kopek.

Et au niveau du système d'exploitation, il y a, il y a... tadam ! Non je plaisante, ça ne s'appelle pas Tadam mais Linux. Vous en avez surement déjà entendu parler de Linux.

Mais bon je ne vais pas vous expliquer aujourd'hui ce qu'est Linux, sinon il y en aurait pour toute la journée et ce n'est pas le but de l'article. Le système d'exploitation sous Linux que je vous propose en alternative à Windows se nomme Ubuntu : http://www.ubuntu-fr.org/

Ubuntu logoUbuntu est une distribution libre et gratuite. C'est également une distribution Open Source. Cela signifie que vous pouvez avoir le code source du système complet et voir si on vous espionne (contrairement à Microsoft et son Windows). Vous allez me dire : oui mais moi j'y connais rien à l'informatique et à votre code source. En réalité, ce n'est pas grave du tout, puisqu'il existe une mutitude de personne qui eux connaissent la programmation et utlisent Ubuntu comme d'autres distributions d'aiileurs. Rien que cette raison devrait vous rassurer quant à l'utilisation de ce système qui devra être un début vers la protection de votre vie privée. La distribution Ubuntu comprend également des tas de logiciels, tous gratuits et libres d'utilisation.

Attention, toutefois sachez que dans le monde du libre, tout n'est pas gratuit. Vous trouverez également des applications qui seront payantes. Bien sûr vous n'êtes pas obligé d'acheter. Une distribution comme Ubuntu vous sera amplement suffisante à l'usage. Le grand avantage également d'Ubuntu est qu'elle a une grande communauté d'utilisateurs qui seront prêts à vous aider en cas de difficultés.


Passons maintenant à la suite...

Un ordinateur et un système d'exploitation libre comme Ubuntu c'est bien mais cela ne suffira pas à préserver votre intimité sur le Web.

Internet est un vaste réseau qui permet à tous les habitants de la planète (ou presque) d'être connectés entre eux, de discuter, d'échanger, de se rencontrer, etc. Lisez mon article sur l'origine d'Internet si vous voulez en savoir plus : https://www.lesamarien.fr/en-savoir-plus-sur-internet/l-origine-d-internet.html

Pour aller sur le Web, vous passez d'abord par votre box (Freebox, NeufBox, LiveBox...). Celle-ci vous attribuera ce qu'on appelle une adresse IP publique et vous connectera au reste du monde. Lisez mon article sur Internet et l'adresse IP pour en savoir plus : https://www.lesamarien.fr/en-savoir-plus-sur-internet/internet-et-l-adresse-ip.html

Donc, quand vous surfez et que vous vous rendez sur un site Web, le serveur reçoit votre demande, et de fait, connait votre adresse IP publique. Grâce à cette adresse IP, un spécialiste du Web peut facilement vous retrouver. Sachez que l'adresse IP de votre Box est l'équivalent de votre adresse postale. Au final, plus vous naviguerez sur le Web, plus votre adresse IP circulera également. Mais j'ai quand même une bonne nouvelle pour vous : vous pouvez aussi naviguer sur le Net en mode caché ou presque.

Je vais vous parler de 2 solutions pour surfer sur le Web en mode caché afin de préserver votre vie privée : le VPN et TOR
 

Le VPN

Le VPN (Virtual Private Network) est un tunnel sécurisé à l’intérieur d’un réseau comme Internet. Voici un exemple au niveau informatique :

- Imaginez une autoroute ou vous circulez pour aller d'un point A à un point B. Sur cette autoroute, tout le monde peut savoir où vous allez
- Imaginez maintenant qu'il existe sous cette autoroute des tunnels pour vous rendre de votre point A à votre point B et que vous l'empruntiez.

Comme vous êtes passés par un tunnel, les autres personnes qui circulent sur l'autoroute ne savent pas que vous avez été à votre destination puique vous avez emprunté un de ces tunnels sécurisés sous l'autoroute. Les données transitant par ces tunnels sont également cryptés donc non compréhensibles. Seuls les personnes ou ordinateurs ayant les clès de décryptage peuvent accéder à vos informations. Pour créer ce fameux tunnel, il vous fautdra un logiciel adapté et vous pourrez en trouver un certain nombre sur Internet :

AirVPN : https://airvpn.org/
PureVPN : https://www.purevpn.com/fr/
ExpressVPN : https://www.expressvpn.com/fr
NordVPN : https://nordvpn.com/fr/
HideMyAss : https://www.hidemyass.com/fr/

Ces VPNs sont payants mais pourront vous aider à protéger votre vie privée. Pour ma part, je vous conseillerais PureVpn qui est le moins cher de tous : 2€45 par mois. Pour obtenir ce tarif, faudra payer une année complète et vous aurez une année gratuite offerte. Cela vous donnera 2 ans de tranquillité pour environ 56€. Ce sera le seul outil payant dans cet article.


TOR (voici ce que dit Wikipédia sur Tor)

Tor

" TOR est un réseau informatique superposé mondial et décentralisé. Il se compose d'un certain nombre de serveurs, appelés nœuds du réseau et dont la liste est publique. Ce réseau permet d'anonymiser l'origine de connexions TCP. Cela peut entre autres servir à anonymiser la source d'une session de navigation Web ou de messagerie instantanée. Cependant, l'anonymisation du flux n'est pas suffisante, car l'application peut potentiellement transmettre des informations annexes permettant d'identifier la personne : c'est pourquoi le projet Tor développe également un navigateur Web basé sur Firefox, Tor Browser, ainsi que d'autres applications spécialement modifiées pour préserver l'anonymat de leurs usagers. L'implémentation de référence du protocole s'appelle tor, c'est un logiciel libre sous licence BSD révisée

TOR est utilisé pour se protéger contre une certaine forme de surveillance sur Internet, connue sous le nom d'analyse de trafic. Cette analyse est utilisée pour déterminer qui communique avec qui sur un réseau public. Connaître la source et la destination de votre trafic peut permettre à des personnes de traquer votre comportement et vos intérêts.

TOR est aussi un outil de contournement de la censure sur Internet. Il permet aux personnes l'utilisant d'accéder à des sites, contenus ou services bloqués dans certaines zones du monde.

Tor fait circuler le trafic de ses utilisateurs et utilisatrices via une série de relais. Ce procédé permet de ne pas être tracé par les sites web consultés, d'accéder à des services, contenus ou sites bloqués par un FAI. Il est aussi possible pour chaque utilisateur ou utilisatrice de publier des contenus via les services « onion » de Tor, sans révéler la position de ces services.

Ces avantages peuvent être utiles pour chaque personne qui souhaite maîtriser ses traces laissées en ligne. Ils sont notamment mis en œuvre dans les échanges entre lanceurs d'alerte, journalistes, avocats, dissidents politiques, organisations non gouvernementales, pour échanger en maîtrisant la sécurité de leurs données, de leur connexion, de leurs destinataires et de leur position. Il peut aussi servir à des personnes ou organisations malveillantes en permettant un certain anonymat. "

Donc, comme le dit Wikipédia TOR vous permettra de naviguer de façon anonyme et sécurisé. Malheureusement Tor a une mauvaise réputation parce que c'est un outil qui pemet d'accéder au Deep Web et au DarkNet. Toutefois, avec Tor vous pouvez également surfer sur le web visible et protéger votre anonymat.

C'est pas parce que vous passez par un VPN ou par TOR, que vous avez obligatoirement des intentions malveillantes. Vous avez le droit à la protection de votre vie privée.

Le Deep Web

Liberte

Le Deep Web c'est l'Internet caché (ne pas confondre avec le DarkNet). Le Deep Web ou Web profond est la face caché d'Internet. C'est la partie immergée de l’iceberg. Les moteurs de recherches tout public ne vous donneront pas l'adresse de ces pages puisque celles-ci ne sont pas indexées et le nombre des ces pages doit atteindre le trilliard de pages soit environ 80% du Web total. L'adresse des sites sur le Deep Web se terminent toutes par .onion.

En faisant des recherches sur le Web, j'ai découvert que même Facebook est sur l'Onion (le Deep Web) et voici l'adresse : https://facebookcorewwwi.onion/. Pour y accéder vous devez en premier vous connecter avec Tor et son navigateur dédié Tor-Browser sinon vous aurez une adresse introuvable.

 

 

J'ai testé la création d'un compte Facebook sur le Deep Web. J'ai commencé par la création d'un Mail Gmail en passant par un VPN et un mail poubelle. Je me suis ensuite connecté avec Tor et utilisé Tor-browser son navigateur dédié sous Ubuntu bien sur. Je me suis rendu sur le Facebook caché et j'ai créé un compte.

J'ai ensuite naviguer sur Facebook et fait une recherche de mes amis sur mon compte Facebook classique. Je pouvais avoir accès à tous mes amis. Ensuite j'ai aimé une photo d'un ami pour voir si mon ami verrait mon compte se trouvant sur le Facebook caché. Eh là patatra, mon ami a pu voir mon compte. Le lendemain, je me connecte à nouveau et là boum, Facebook me demande de donner mon numéro de téléphone pour valider mon compte. Je m'exécute et mon compte fonctionne bien. J'ai pu y ajouter des amis de mon compte classique et un de mes amis a réussi à me retrouver et à m'ajouter.

Par conséquent, pas la peine d'espérer l'anonymat total sur le Facebook.onion comme on aurait pu l'espérer. Par contre cette initiative peut s'avérer très utile pour les personnes se trouvant dans des pays totalitaires et dirigés par des dictateurs ou même des pays en guerre. Toutefois, je pense que le fait que Facebook ait créé son site sur le Deep Web n'est pas anodin.

Après tout ça, si vous ne souhaitez toujours pas utiliser Tor ou faire l'acquisition d'un VPN pour surfer sur le Web, il existe 2 autres solutions se trouvant sur le Web classique et totalement gratuites : DuckDuckGo et Diaspora.

DuckDuckGo (alternative à Google)

DuckDuckGo est un moteur de recherche alternatif à Google. La philosophie de ce moteur de recherche est de préserver la vie privée et de ne stocker aucune information personnelle concernant les utilisateurs (adresses IP et traces numériques comme la signature du navigateur).
 

Diaspora (alternative à Facebook)

Diaspora est un réseau social décentralisé et respectueux de ses utilisateurs qui accorde la plus grande importance à la protection de la vie privée : il ne revend aucune information, n'affiche pas de pub, chiffre les données échangées et permet l'utilisation de pseudonymes.

Décentralisé signifie que vous êtes libre de choisir le serveur à qui vous confiez vos données. Vous pouvez choisir un serveur diaspora existant ou installer le votre pour garder le contrôle de vos données. Peu importe votre serveur, vous pourrez parler à l'ensemble du réseau diaspora. C'est également un logiciel Libre et le code source est consultable, utilisable, modifiable et redistribuable par tous gratuitement.

Pour conclure l'article

1 - Utiliser un système libre comme Ubuntu : http://www.ubuntu-fr.org/
2 - Utiliser un VPN et passez par un Tunnel sécurisé : https://www.purevpn.com/fr/
3 - Utiliser Tor et son navigateur dédié Tor-Browser pour surfer anonymement : https://www.torproject.org/ et Tor-Browser sous Windows : http://www.clubic.com/telecharger-fiche431559-tor-browser.html
4 - Utiliser un moteur de recherche alternatif comme DuckDuckGo : https://duckduckgo.com/
5 - Utiliser un réseau social alternatif à Facebook comme Diaspora : https://diaspora-fr.org/ ou https://diasporafoundation.org/ mais également le Pod de Framasoft : https://framasphere.org/

Sachez que vous pouvez utiliser les points 2 et 3 en même temps afin d'améliorer votre anonymat. Voilà maintenant vous en savez un peu plus sur la mise en place d'une protection de votre vie privée sur Internet et c'est à vous de jouer...

commentaires

Les Hauts-de-France, région la plus pauvre de France

Publié le 23 Mars 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, politque actualité, LA SOCIETE

Une étude réalisée par l'Insee Hauts-de-France dévoile ce mercredi que la région figure parmi les plus pauvres de France, notamment pour les familles monoparentales et les jeunes. Elle démontre également que la crise a renforcé les inégalités territoriales, avec une fragilité sociale importante.

  bilan dressé ce mercredi dans une étude menée par l'Insee Hauts-de-France. A travers plusieurs indicateurs, l'Institut démontre que la région a le taux de pauvreté le plus important de France métropolitaine après la Corse. 18,1% des habitants des Hauts-de-France, soit un million de personnes, vivent ainsi sous le seuil de pauvreté (soit moins de 987 euros par mois en 2012). Le Nord de l'Aisnel'Avesnois et le bassin minier sont particulièrement touchés.

 

Inéglités territoriales

Tout le territoire des Hauts-de-France ne pâtit pas de la même manière de ce phénomène de pauvreté. Ce fléau se concentre en particulier sur les régions de Fourmies, Hirson, Maubeuge, Creil, Lens et Calais. Dans ces territoires, le taux de pauvreté est supérieur à 25%. De manière générale, les zones urbaines sont plus pauvres, à l'exception du Sud de l'Oise bénéficient de leur proximité avec Paris.

En cause : les profils les plus touchés par la pauvreté sont surreprésentés dans ces régions. Dans les villes sus-citées, "plus de 13% de la population vit dans un ménage monoparental" et "plus la part des familles monoparentales dans un territoire est élevé, plus la pauvreté de ces familles est élevée également". Concernant les ménages âgés (75 ans ou plus) c'est en revanche dans les territoires ruraux que la pauvreté est la plus importante. Les enquêteurs mettent en avant l'arrière-pays du Boulonnais, du Calaisis, de la Thiérarche et de l'Avesnois parmois les zones les plus fragiles. 

Un chômage élevé

L'étude s'intéresse également à la fragilité sociale au sens large, notamment à la place du chômage dans la région. "Les revenus perçus avant redistribution sont les plus faibles de France métropolitaine. La fragilité sociale s’est accentuée au cours des années 2000, en particulier dans la deuxième moitié de la décennie", indiquent les auteurs. La région est ainsi celle qui connaît le taux de chômage le plus élevé : 16,5% en 2013, contre 13,1% pour la France métropolitaine à la même période. 

La région étant très jeune et les jeunes étant davantage touchés par le chômage et une insertion dans le monde du travail difficile, la fragilité sociale est elle aussi plus élevée. 

commentaires

L'AVÉNEMENT DU CHEMIN DE FER

Publié le 11 Mars 2017 par kate nana dans PICARDIE, HISTOIRE, LA SOCIETE

Le système ferroviaire français est l'un des plus performants d'Europe, ce qui n'aurait jamais été possible sans Napoléon III qui croyait comme personne au rôle moteur du train dans la modernisation de la France. Sous son règne, le réseau ferroviaire s'est donc considérablement développé. Retour sur l'avènement

 

 

 

Château royal reconstruit entre 1755 et 1788 par Ange-Jacques Gabriel, Compiègne fut réaménagé à partir de 1807 sur ordre de Napoléon Ier afin de devenir une résidence impériale. L'architecte Berthault remania la décoration intérieure avec l'aide d'artistes et d'artisans renommés parmi lesquels Girodet, Dubois et Redouté pour les décors peints, Jacob-Desmalter et Marcion pour les ensembles mobiliers. Le jardin fut redessiné à l'anglaise et relié à la forêt de Compiègne qui en constitue toujours le prolongement direct.

En 1810, Napoléon y accueillit sa future épouse, l'archiduchesse Marie-Louise d'Autriche, exactement comme Marie-Antoinette y avait été accueillie 40 ans plus tôt. Une fois le mariage célébré à Paris, le couple impérial revint à Compiègne. La cour s'y installa de nouveau en 1811 en compagnie du petit Roi de Rome. Sous la Restauration, les princes de la famille royale effectuèrent de cours séjours à Compiègne. Suivant la tradition monarchique française, Charles X s'y arrêta en 1824 au retour du sacre à Reims et, en 1832, Léopold Ier de Belgique y épousa la princesse Louise,fille aînée de Louis-Philippe.

En 1848, le château devint domaine national. Le prince-président Louis-Napoléon y fit une visite lors de l'inauguration de la ligne de chemin de fer Compiègne-Noyon. Devenu empereur, il s'y rendit une première fois avec une centaine d'invités en 1852 parmi lesquels figurait Eugénie de Montijo, la future Impératrice. Ces visites se réitérèrent en 1853 et 1855. Des travaux de réaménagement furent alors entrepris dans certaines pièces tandis qu'une partie du mobilier était renouvelée dans le goût de l'époque. Seules deux constructions furent réalisées : une aile séparant la vaste cour des cuisines et un théâtre malheureusement inachevé. A partir de 1856, le château de Compiègne fut la résidence d'automne de la cour impériale. Débutèrent alors les fameuses « Séries » : pendant un mois et demi, les souverains conviaient chaque semaine une centaine d'invités acheminés par trains spéciaux. En souvenir de ce passé prestigieux, le musée du Second Empire trouva tout naturellement sa place au sein du palais.

Le château de Compiègne propose plusieurs parcours de visite au sein des Appartements historiques. L'appartement de l'Empereur et l'appartement de l'Impératrice étaient réservés aux couples impériaux tandis que l'appartement de la Reine et du Roi de Rome était destiné par Napoléon à l'usage d'un souverain étranger : Charles IV d'Espagne y fut logé après son abdication en 1808 puis, Louis roi de Hollande et son épouse Hortense, enfin le Roi de Rome. En raison du peu d'emblèmes impériaux, Louis XVIII choisit également d'y résider lors de son séjour très politique à Compiègne en 1814. Sous le Second Empire, l'appartement conserva cette même destination. Quand il n'accueillait pas de souverains, il était occupé par la princesse Mathilde.
L'entrée de l'appartement de l'Empereur se fait par un magnifique vestibule, la salle des colonnes, dont l'ordonnancement répond exactement à la colonnade extérieure fermant la cour d'honneur. Puis, le grand escalier d'honneur mène à la salle des Gardes du Roi et à la salle à manger de l'Empereur. Le Salon des Cartes tout comme le Salon de réception ont conservé leur état Second Empire. La chambre à coucher de l'Empereur et la bibliothèque impressionnent par leur somptueuse décoration Empire due à Jacob Desmalter. La chapelle, de type palatial, était destinée aux souverains et à leurs proches. La galerie de bal, restituée dans son état du Second Empire, est gardée à chacune de ses extrémités par des statues de Napoléon Ier et de Madame Mère. La Galerie Natoire, construite en 1858, rassemble une série d'oeuvres du peintre (1735-1744) sur le thème de l'histoire de Don Quichotte.

L'appartement de l'Impératrice, situé dans l'aile nord sur la terrasse, possède une belle salle à manger Premier Empire. C'est ici que Marie-Louise prit son premier repas avec Napoléon le 27 mars 1810. Sous le Second Empire, cette pièce comme les suivantes, le Salon des Fleurs et le petit Salon furent occupées par le prince Impérial. Le troisième Salon était le grand salon de réception de l'Impératrice. Sa chambre à coucher est éblouissante de luxe ; elle communique avec un charmant boudoir qui faisait office de salle de bain. Cet appartement s'achève sur le Salon de Musique restitué dans son état Second Empire.
L'Appartement de la Reine puis du Roi de Rome possède un bel escalier orné d'une reproduction de l'Apollon du Belvédère. La chambre à coucher présente un état Premier Empire particulièrement intéressant. Dans cette pièce que Napoléon avait voulu la plus somptueuse possible puisque destinée à un souverain étranger, le mobilier de Marcion se marie élégament aux tentures murales et au tapis. La salle de bain, aux subtils jeux de miroir, possède une moquette « gazon fleuri » retissée d'après des échantillons d'origine.

L'appartement « double de Prince », dénommé ainsi parce que destiné à recevoir un couple princier, accueillit Jérôme roi de Westphalie et son épouse en 1810 puis en 1814. Scindé en trois sous le Second Empire, il fut attribué à des hôtes importants : à nouveau Jérôme, son fils le prince Napoléon et son épouse Clotilde, la princesse Mathilde, le prince et la princesse Murat, etc. Cet appartement possède une grande chambre à coucher, la seule à alcôve de tout le château. L'harmonie chromatique de l'ensemble est intéressante : gourgouran violet et chamois pour le lit, jaune d'or et passementerie violette pour les rideaux, tapis à fonds vert copie du tapis d'origine. Le deuxième salon est tout aussi remarquable avec ses panneaux de tenture « en damas couleur d'or, rayé et ombre

commentaires

carriére de VIC SUR AISNE Les Trente Esseins avec des graffitis du temps de NAPOLEON

Publié le 3 Mars 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, LA SOCIETE, HISTOIRE

Les Trente Esseins

Cette carrière est localisée à Vic-Sur-Aisne, au lieu-dit La Vache Noire, sur la commune de Ressons-Le-Long. C'est un souterrain immense, que nous avions visité il y a une paire d'années. Nous l'avions parcouru un peu trop rapidement, laissant derrière nous beaucoup de questions et d'inconnues.

Le creusement est d'un type assez proche de Vassens, à la différence près que ce site gigantesque a plusieurs aspects bien distincts : des quartiers hauts et bas, des secteurs modernes et plus anciens. A noter aussi que ce lieu fut le site d'une culture de champignons tout à fait impressionnante. On trouve des meules, des sacs, et toute une batterie de matériel de champignonniste.

Les noms des secteurs font penser à Napoléon et ses généraux : Bonaparte, Petit, Lefèbvre, L'Aiglon, Brune, Blanche... Le nom de la carrière, on ne sait pas très bien. La carte IGN mentionne "Les Trente Esseins", avec la faute d'orthographe. Dans la carrière, nous avons retrouvé un graffiti qui disait plutôt "La Vache Noire". Aucune idée... Personne ne viendra nous expliquer la vérité. Que ce soit Vassens, Nampcel, Audignicourt, Saint-Christophe à Berry, nous n'avons JAMAIS trouvé une vraie documentation. Seulement quelques bribes, rien de solide.

Nous avons découvert de nombreux nouveaux secteurs, dont des galeries très hautes. Il y aurait deux, voire trois niveaux. Certains niveaux de champignonnières (salle 15) sont borgnes. Impossible de dire si nous avons fait le tour, c'est bien trop complexe. Nous n'avons cessé de tourner en rond là-dedans malgré la boussole et les redoutes.

Nous sortons un peu avant 15 heures. Nous n'avions pas vraiment fait attention, nous sommes garés juste au dessus d'une entrée. Une voiture s'arrête et une dame nous apostrophe.
- Mais, il faut faire attention ici, faut pas rester garé là ! Il y a plein de carr... de convois agricoles, c'est dangereux !
Elle a dû se dire : oh là là, des djeunz, vaut mieux rien évoquer de souterrain.


Des blocs prêts à la sortie, placés sur leurs câles.


Une champignonnière en meules, en très bon état de conservation.


Le graffiti d'un ancien soldat napoléonnien ?


Dans le secteur appelé "Petit", les galeries ont des dimensions très importantes.


Une champignonnière en sacs.


Ca constitue un paysage relativement chaotique...


Une galerie que nous avons appelée "Le Puiselet", au vu de la vague ressemblance du creusement.


Ah là là, quel paysage de chaos... Une voiture cramée

Les Trente Esseins

 

Tchorski


Une machine non identifiée, ressemblant à un broyeur.


Un secteur où l'on voit bien les deux étages. La brouette qu'il y avait ici il y a quelques années a disparu.


Les outils des carriers.


Une autre voiture cramée...


Un des grands roulages d'entrée.


Devant un bloc bien apareillé. On suppose que c'était un bloc "école",
un apprenti a dû y faire ses premiers essais...


Un front de taille, la fin de l'exploitation donc. Il est graffité "ici meurt tout espoir" !


Une grande champi que nous avions déjà visité auparavant.


Echelle et Paille. Je ne comprends rien à l'art.


La champignonnière Bonaparte.


L'entrée principale de la carrière, côté sud.

commentaires

Les carrières de Morienval au sud de COMPIEGNE

Publié le 3 Mars 2017 par kate nana dans PICARDIE, LA SOCIETE, HISTOIRE

Les carrières de Morienval
 

 

Quelques mots à propos de ces souterrains
Nous terminons la journée à Morienval, sud de Compiègne. Il y a trois points sur la carte. A l'est, Le Culot de la Fosse, c'est une petite carrière très cachée sous les lianes. Il faut avoir du nez pour la trouver - enfin pas trop, avec tous les tas de fumier et de chicons pourrissants ! Elle est très très petite, mais elle possède un escalier original. Le second site "La Couture" est mémorable. Très petite carrière aussi, elle est creusée sous la route. Il y a tellement peu de recouvrement que les voitures qui passent font un bruit franchement inquiétant ! Ce souterrain possède une croix taillée assez jolie. Le dernier site (D335) est un garage à voitures cramées, sans aucun intérêt.


Le Culot de la Fosse. Il faut bien connaître pour trouver !


A l'intérieur de cette très petite carrière, une charette qui ne date pas d'hier.


On y trouve un escalier, menant à ce qui ressemble à une ancienne cheminée.


Les petites routes de l'Aisne, exactement comme on les aime...


Et les champs infinis, vallonés, aux ciels de traîne.


Dans un fouillis de végétation, cette seconde carrière a une très belle entrée.


Un petit pilier dont le coeur est creux.


Un autel sculpté dans un pilier.


La dernière carrière est un garage à voiture brûlées.


Le contre-jour est le seul aspect esthétique de ce lieu.

commentaires

Les carrières de Dommiers

Publié le 3 Mars 2017 par kate nana dans PICARDIE, LA SOCIETE, HISTOIRE

Carte Postale Eglise (XIIIe siècle) 2600 DOMMIERS aisne (02)Eglise (XIIIe siècle) (Dommiers 2600)

 

Carte Postale La Mairie 2600 DOMMIERS aisne (02)La Mairie (Dommiers 2600)

Tchorski
Tchorski
Les carrières de Dommiers et Vattier
 

 

Quelques mots à propos de ces souterrains
A Dommiers, nous partons dans une futaie pentue n'ayant vraiment rien de bosniaque. Nous trouverons le trou facilement. C'est un tarn quasiment sans intérêt, dans lequel les vaches vont chier. On l'appelle le Tarnon du Crottin.

Juste à côté, nous allons à Saint-Pierre-Aigle. C'est un petit village de 300 habitants, dont certaines rues sont incroyablement pentues. Nous grimpons au travers d'une sapinière plutôt esthétique. Le site souterrain (Chafosse) se compose de plusieurs entrées. C'est une carrière de type vassenssois, demandant une demi-heure de visite. Quelques éléments remarquables, dont de belles entrées, un puits, puis quelques salles présentant de beaux fronts de taille. Un site paisible.

Le lendemain : Nous allons à Buy, hameau de Pondron. Il y a un tarn (suspecté) fermé très fort (donc on l'oublie). Nous continuons à pied vers Vattier, dans les champs. Nous trouverons une seconde carrière, sans nom. Elle possède une entrée aménagée du genre campement de gitans. Mis à part la présence de vieilles charrettes, elle n'a pas grand intérêt. Nous finirons la visite de Vattier par la carrière dite "Les petits Monts". Elle possède un grand cavage en bord de route, très visible. C'est un lieu très fréquenté. L'intérieur est assez vaste par rapport à tout ce qu'on a vu avant (une grosse demi-heure), mais l'affluence de voitures cramées en fait un lieu peu intéressant. Les murs sont noircis, il y a de la pollution partout. C'est typiquement le genre d'endroit classé "Rave-Party" que nous n'aimons pas.


Dommiers, l'entrée du Tarnon du Crottin.

 


A l'intérieur, une petite carrière typique du secteur de Vassens.


La mousse colonise et rend les parois toutes vertes.


On voit très bien l'épaisse couche de bouses...


Saint Pierre Aigle, l'entrée du souterrain.

 

 


A l'intérieur, un réseau assez vaste et très joli.


Un puits d'aérage, avec éclairage...


...et sans éclairage.


Entre-jambes de deux piliers.


Le puits d'aérage.


Vattier, la carrière des charettes.


Les galeries ne sont pas très vastes, c'est ici l'un des plus grands aspects du réseau.


Il reste une moissonneuse de type ancien, abandonnée depuis des années.


Ce serait bien là une date d'ouverture, ce graffiti est à l'entrée.


Dans les champs de Vattier.


L'entrée des Petits Monts, en bord de route. Le noir, c'est du brûlé.


Une seconde entrée, un réseau massacré par les pyromanes et les rave parties.


Dans le réseau de Vattier, assez vaste, quelques galeries sont encore belles. Il en reste peu.

commentaires

chez les Gallo-Romains

Publié le 3 Mars 2017 par kate nana dans PICARDIE, HISTOIRE, LA SOCIETE

Samarobriva : Amiens chez les Gallo-Romains

Samarobriva est le nom de la ville d'Amiens à l'époque gallo-romaine qui signifie en gaulois Pont (briva) sur la Somme (Samara). Samarobriva est une des cités antiques les mieux connue de la Gaule belgique.
 

samarobrivaSamarobriva


Au moment de l'arrivée des Romains, la région était occupée par les Ambiens (une tribu gauloise).

Samarobriva entra dans l'Histoire grâce à Jules César qui nomma la ville dans son son ouvrage sur la Guerre des Gaules : De Bello Gallico et y s'arrêta pour l'hiver entre l'automne 54 av JC et le printemps 53 av JC.

Un camp militaire fut mit en place par Jules César et celui-ci y resta jusqu'aux premières années du règne d'Auguste.

 

Denier commemorant conquetes gauloises Jules CesarDenier commémorant les conquêtes Gauloises de Jules César


Samarobriva a été construite sur le passage de la Via Agrippa de l'Océan qui reliait Lyon à Boulogne-sur-Mer, selon un plan en damier caractéristique des villes antiques : les rues se coupant à angle droit pour former des îlots d'habitations.

La ville se développa au Ier siècle et atteignit une superficie de 150 ha et une population de 15 000 habitants environ. La ville était devenu un carrefour commercial et a subit deux grands incendies, vers 80-95 et vers 160-1806.

Vers 260, Samarobriva perdit la moitié de sa population après plusieurs raids de marins saxons et francs et fut détruite par les invasions de Francs et d'Alamans en 275-276. La superficie de la ville se réduisit à 30 ha puis à 20 et sa population à 2 ou 3 000 habitants.

À la fin du IIIe siècle siècle, Samarobriva se protégea grâce à un rempart avec des murs de 10 m de haut et de 3,68 m d'épaisseur et devint une ville fortifiée et pris par la suite le nom d'Ambianorum. Puis au IVe siècle, la ville renforça son rôle militaire et devint une ville de garnison avec la création d'un corps de cavalerie cuirassée.

La partie la plus connue au sujet d'Amiens est celui de la Charité de Saint-Martin, légionnaire romain en garnison à Amiens en 334 ou 354. Il rencontra, à une des portes de la ville, un pauvre dénudé et grelotant de froid. Martin ému par cet homme qui demandait de l'aide, coupa sa chlamyde en deux et en donna une moitié au mendiant devant les moqueries des passants. La nuit suivante, le Christ apparut en songe à Martin qui se convertit peu après au christianisme.
 

Saint Martin de Tours le MisericordieuxSaint Martin de Tours appelé aussi Martin le Misericordieux


Les monuments importants de la ville de l'époque furent : un Forum (320 m x 125 m) allant de l'actuel hôtel-de-ville à l'actuel palais de justice, des Thermes romains de la rue de Beauvais, rue Saint-Germain et rue Jeanne Natière, près de l'actuel beffroi, un Amphithéâtre, mis au jour an 1900 lors de l'agrandissement de l'hôtel de ville, le Temple de Mithra : à proximité de la gare routière, un Théâtre (120 m de diamètre).


En 350, Magnence, né à Amiens en 303 et général romain, se souleva contre les fils de Constantin. Proclamé Auguste, il fut reconnu empereur par la plupart des provinces occidentales de l'empire et créa à Amiens un atelier monétaire. Il mourut en 353 à Lyon.

En 367, Valentinien Ier s'installa à Amiens et y fit acclamer Auguste, son fils Gratien.

A partir du début du Ve siècle, Amiens fut mise à sac par des peuples germaniques et leurs habitants emmenés en Germanie...

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>