Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Verneuil sous coucy par kate nana

Bienvenue sur ce blog ! Merci pour vos passage et bonne lecture !!

Articles avec #picardie catégorie

SNCF : LA GALÈRE DES USAGERS DE LA LIGNE LONGUEAU-PARIS

Publié le 10 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, autres

EXASPÉRATION - La galère dure depuis des années pour ces usagers picards. Ils habitent en Picardie et travaillent à Paris, et font donc le déplacement tous les jours dans des conditions compliquées. Trains annulés, retards fréquents, wagons bondés… les problèmes sont nombreux et les usagers se mobilisent.

commentaires

Rive Droite une école d'acteur à Soissons

Publié le 7 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE

Rive Droite une école d'acteur à Soissons

Cyril Leroy, Directeur Artistique de Rive Droite / DR
Cyril Leroy, Directeur Artistique de Rive Droite / DR

Le 4 septembre prochain, Cyril Leroy espère ouvrir à Soissons son école professionnelle d'acteur. Un rêve pour Cyril qui donne déjà des cours de théâtre à Soissons. 

 

Cyril leroy a débuté une formation de comédien au célèbre cours Florent à Paris, ensuite, il a commence son métier d'acteur en tournant pour René Feret. Passionné par la pédagogie, aujourd'hui, il souhaite réaliser un rêve ouvrir une école pour former des acteurs au mois de septembre prochain. Rive Droite à Soissons propose un enseignement sur deux ans. Douze heures par semaine qui sont réparties sur quatre matinées. Les apprentis comédiens auront une formation d'acteur polyvalent. "Une pédagogie plus moderne que ce que propose une école d'État, elle sera pluridisciplinaire comme celle des écoles d'acteurs aux Etats-Unis " souligne Cyril Leroy.

Une école d'excellence pourvue d'un projet pédagogique unique. Seulement quinze personnes seront formées, un nombre réduit pour permettre à chaque élève d'accomplir pleinement son projet, avec exigence et bienveillance.

Projet personnel et accompagnement 


Chaque élève pourra se perfectionner au chant, à la danse, de se spécialiser au jeu devant la caméra, à l'écriture, et même aux cascades et l'escrime" nous les épaulerons tout au long de leur formation. Les élèves pourront aussi entrer en contact avec des professionnels, directeurs de théâtre ou de casting. À la fin du cursus, l'élève repart avec un diplôme en poche, s'il réussit avec brio son examen de fin d'études. L'école est habilitée par le ministère de la Culture.

Pourquoi le choix de Soissons ? 


Cyril Leroy souligne que le choix de Soissons est, bien sûr, financier, le coût d'une formation à Paris est plus élevé. De plus, la ville qui dispose d'une salle de spectacle pour accueillir les travaux des élèves a aussi aux alentours des espaces très variés, des décors naturels et nous ne sommes qu'à une heure de Paris ajoute Cyril Leroy.

Le coût de la formation est de 3 300 euros par an, une porte ouverte est organisée le 18 mars prochain de 14h à 19h.
commentaires

la situation des jeunes sur le marché du travail s'est dégradée en France

Publié le 6 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, politque actualité

[RAPPORT] : la situation des jeunes sur le marché du travail s'est dégradée en France

Illustration : un jeune homme dans une agence Pôle emploi. / PHILIPPE HUGUEN / AFP
 un jeune homme dans une agence Pôle emploi. /

Un taux d'activité faible, un "sur-chômage" persistant, une proportion élevée de décrocheurs. La situation des jeunes sur le marché du travail s'est globalement dégradée et leur insertion professionnelle est plus compliquée en France qu'ailleurs en Europe, selon un rapport de France Stratégie.

 

Ce rapport de "diagnostic" a été élaboré par France Stratégie, organisme de réflexion rattaché à Matignon, et la Dares, le service des statistiques du ministère du Travail, en concertation avec les organisations syndicales et patronales ainsi que quatre organisations de jeunesse (Fage, JOC, MRJC et Unef), à l'issue d'une concertation sur l'insertion professionnelle des jeunes lancée par Myriam El Khomri en septembre 2016.

Comparé aux autres pays européens, le taux de chômage des jeunes français, qui a été multiplié par 3,5 en 40 ans, "se situe dans la moyenne haute": 24% en 2016 pour les moins de 25 ans, soit la 5e position sur 16 pays, après la Grèce, l'Espagne, l'Italie et le Portugal mais loin devant l'Allemagne, le Royaume-Uni ou les Pays-Bas, souligne le document. 
 

Le taux d'activité des 15-24 ans est également faible, de 4,5 points inférieur à la moyenne européenne en 2015, ce qui s'explique notamment par un faible cumul emploi-études. A 15%, il est en hausse, mais reste plus bas que dans d'autres pays européens, notamment l'Allemagne et les Pays-Bas, où davantage de jeunes sont en apprentissage.

Toutefois, ce cumul peut avoir un effet positif sur l'insertion tout en augmentant les risques d'échec universitaire, nuance le rapport. La proportion de "NEET", ces jeunes qui ne  sont ni en emploi, ni en études, ni en formation reste par ailleurs plus élevé (15%) en France que dans les pays nordiques et en Allemagne, et, contrairement à d'autres pays de l'Union européenne, il n'a pas reculé depuis 2013.

Les jeunes Français connaissent aussi un "sur-chômage" élevé au moment de leur entrée sur le marché du travail, qui persiste "plus d'une dizaine d'années après leur entrée sur le marché du travail". Et 35% sont en contrat temporaire. "Les difficultés d'insertion de jeunes dans l'emploi sont marquées dans tous les pays européens par un sur-chômage. Mais, outre le fait qu'en France la conjoncture du marché du travail est globalement dégradée, ce qui la rend plus difficile chez nous, c'est pour certains le cumul de difficultés qui constituent de véritables barrières à l'entrée (compétences de base, mobilité, santé, logement, maîtrise du numérique...)", explique à l'AFP Hélène Garner, directrice du département
travail à France Stratégie.

Parmi les dispositifs favorisant l'insertion, l'apprentissage permet une meilleure insertion dans l'emploi que la voie scolaire, notamment pour les moins diplômés, constate le rapport. Mais avec un bémol: un taux de rupture des contrats élevé, de l'ordre de 27%.
 

Les chiffres clés emploi et jeunes dans les Hauts-de-France

La région Hauts-de-France est la 1ère région la plus jeune de France : 33% de la population a moins de 25 ans - Contre 31% pour la moyenne nationale. Le chômage des jeunes dans les Hauts-de-France  a diminué de - 0,8% d'octobre à novembre 2016 pour les moins de 25 ans. Mais il augmente de +0,7% pour ceux âgés de de plus de 25 ans. 
commentaires

Recyclage des appareils électriques

Publié le 6 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE

Recyclage des appareils électriques : 10 kg par habitant collectés en France en 2016

Le recyclage des déchets électriques et électroniques s’améliore. La France est passée de 9 à 10 kg par an et par habitant entre 2015 et 2016, ce qui la place en tête des grands pays européen.En 2015 la collecte des déchets représente 7,7 kg en moyenne par habitant.   

 

"Nous sommes passés de 9 à 10 kg par an et par habitant entre 2015 et 2016, ce qui place la France en tête des grands pays européens", mais derrière la Suisse et les pays scandinaves qui avaient mis en place des filières plus tôt, indique Christian Braibant, le directeur général d'Eco-systèmes, lors de la présentation du bilan annuel.

Les appareils concernés sont le petit et gros électroménager (frigo, machine à laver, four cafetière, sèche-linge, grille-pain, etc), les jouets électriques et l'électronique (ordinateur, tablette, TV, appareil photos, etc). 
 

Eco-systèmes, qui capte près de 80% de la collecte dans l'Hexagone, a été créé en 2006 et en 2007, seulement 2,5 kg/habitant avaient été récupérés. Pour 2019, l'Union européenne a fixé un objectif correspondant à environ 14 kg par habitant. "Nous sommes conscients qu'il y a encore beaucoup de travail à faire mais nous sommes néanmoins satisfaits d'avoir une collecte qui combine des volumes importants et une qualité de traitement, grâce à la mise en place de normes pour le traitement de ces déchets", souligne M. Braibant.
 

666.000 tonnes collectées en 2016

En volume, cela représente 666.000 tonnes collectées en 2016, dont 517.000 par Eco-systèmes. La collecte se fait par différents canaux: les déchetteries récupèrent plus de la moitié du tonnage et les distributeurs (enseignes de grandes distributions, magasins spécialisés, etc.) environ 1/5. Le reste transite via les acteurs de l'économie sociale et solidaire (Emmaüs, Envie, etc.) ou par des récupérateurs professionnels (près de 15%).

C'est ce dernier segment qui a le plus augmenté ces deux dernières années grâce à des partenariats conclus avec des professionnels (installateurs de cuisine, de chauffage, de climatiseurs, etc.) qui s'engagent à confier les appareils repris à leurs clients à des prestataires spécialisés pour la dépollution (gaz des frigos par exemple) et le recyclage (métaux par exemple).

"Nous avons désormais 380 contrats de partenariat", précise Christian Braibant, en rappelant qu'il y en avait aucun il y a deux ans. Pour orienter ses futures actions, Eco-sytèmes a cherché à mieux connaître les appareils gardés par les Français et pourtant plus utilisés. En fonction de la taille de l'habitation, les Français ont chez eux entre 73 et 118 objets électriques et électroniques (soit une moyenne de 99) et entre 5 et 11 sont en fait inutilisés, qu'ils fonctionnent ou pas. L'objet le plus fréquemment stocké mais plus utilisé est l'appareil photo, suivi du téléphone portable. 

Les chiffres clés dans les trois départements en 2015 : 
  • 4 747 tonnes collectés dans le département de l'Aisne qui arrive en tête
  • 4 197 tonnes dans la Somme
  • et 2 900 tonnes pour le mauvais élève l'Oise
commentaires

LA PICARDIE !

Publié le 5 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, poésies

LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !
LA PICARDIE  !

 La  Picardie

Tu es notre région

On a changé ton nom,mais Picards nous sommes et Picards nous resterons !

De la Baie de Somme à Compiégne ,Hirson

jusqu à Chateau-Thierry nous avons tous notre petit coin de paradis en Picardie ;

Une histoire d amour pour notre région

ses paysages, son histoire,son patrimoine

c est ici que nous vivons,

tout est beau, ton habit d automne multicolore avec ses couleurs chaudes,

ton manteau blanc d hiver avec la neige qui craquent sous nos pas,et nous éblouie

Et la renaissance du printemps ,quand les bourgeons pointent ,avant de nous éblouir de toutes les couleurs de leurs fleurs;

Quand vient l été les plaines y sont couleur d Or ,recouvertes de blé; de colza,

Sa faune, sa flore tout est beau;

Elle est si jolie notre Picardie !

Clémentine -  Kate

commentaires

Villers-lès-Guise : Thibaut court à l’Enduro jeune du Touquet

Publié le 5 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne

Villers-lès-Guise : Thibaut court à l’Enduro jeune du Touquet

 
hebergement d'image 
À seulement 13 ans, Thibaut Carpentier, déjà champion des Hauts-de-France cadet, tente l’Enduro du Touquet, version jeune, le dimanche 5 janvier.
 C’est le grand jour pour le collégien, qui préfère troquer le cartable pour le casque. Thibault Carpentier sera au départ du célèbre Enduro, mais pour les jeunes. Il portera le dossard 67 et tentera de se faire une place parmi une centaine de concurrents.
Depuis des semaines, il a accentué l’entraînement moto bien sûr, mais aussi physique. «L’objectif est de faire un top 10 sur les cent participants », espère le papa, qui est aussi son coach, même s’il est conscient que la barre est haute. « C’est une course physiquement très dure, mais il a une moto très rapide et son fan-club sur place pour l’encourager. »
Ce sera en tout cas sa dernière course en 85 cm3, puisqu'il va ensuite passer en 125 cm3, toujours chez Yamaha. Il a d’ailleurs commencé les entraînements sur cette machine deux fois plus puissante, mais s’est blessé.
Cette année, outre l’Enduro du Touquet, il devrait participer à une vingtaine de courses en championnat de Picardie et championnat des Flandres. En 2018, il devrait être le plus jeune à participer aux championnats des Hauts-de-France, toujours en 125 cm3 et, si tout se passe bien, rejoindre l’écurie KTM. À terme, Thibaut Carpentier veut faire de sa passion son métier, mais il sait que le terrain sera plein de rebonds. Pour y arriver, il s’entraîne sans relâche presque tous les jours à Lesquielles-Saint-Germain, sur un terrain privé, mais aussi à Rozoy, Amygny-Rouy et Catillon-sur-Sambre.
En attendant demain, il court sur le sable au Touquet, avec la pluie attendue en plus
commentaires

La nouvelle communauté de communes Retz-en-Valois

Publié le 5 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, VIE POLITIQUE

 La nouvelle communauté de communes Retz-en-Valois se cherche encore


(de gauche à droite) Jean-Pascal Berson premier vice-président, Céline Le Frère-Létoffé deuxième vice-président, Alexandre de Montesquiou président et Thierry Gilles, 12e vice-président.
(de gauche à droite) Jean-Pascal Berson premier vice-président, Céline Le Frère-Létoffé deuxième vice-président, Alexandre de Montesquiou président et Thierry Gilles, 12e vice-président.

Élus le 13 janvier, le président et les vice-présidents ont pris leurs fonctions dans la nouvelle communauté de communes de Retz-en-Valois. Née le 1er janvier, celle-ci est issue de la fusion de la communauté de communes de Villers-Cotterêts (CCVFR), de celle du Pays de la Vallée de l’Aisne (CCPVA) et de l’Ourcq et du Clignon (CCOC). Alexandre de Montesquiou, président ; Jean-Pascal Berson, 1er vice-président ; Céline Le Frère-Létoffé, 2e vice-présidente et Thierry Gilles, 12e vice-président en charge de la communication, s’expriment.http://www.lunion.fr/12305/article/2017-01-22/la-nouvelle-communaute-de-communes-retz-en-valois-se-cherche-encore

commentaires

Le “chicon” repart à la conquête des consommateurs

Publié le 5 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE

Le “chicon” repart à la conquête des consommateurs pour enrayer la chute de la production

L'endive, connue aussi sous le nom de "chicon" dans le Nord. / MaxPPPP
L'endive, connue aussi sous le nom de "chicon" dans le Nord. / 

Emblématique légume du nord, l'endive a connu une sévère chute de production, liée à la dureté de son exploitation, mais entend bien reconquérir les consommateurs, en misant sur ses vertus nutritives et son amertume unique.

 

"Regardez, c'est énormément de main d'oeuvre. Il en faut des étapes jusqu'à l'emballage final !", lance Florence D'Halluin, 36 ans, qui a repris en 2009 l'endiverie familiale à Marcoing (Nord), en désignant la vingtaine de salariés à l'oeuvre dans un grand hangar. C'est tout un processus en effet, avant d'obtenir ces tiges blanches en fuseau, qui n'existent pas à l'état sauvage. Il y a d'abord la récolte des racines, de septembre à novembre, après les semailles de printemps. Elles sont ensuite conservées dans des chambres froides, puis placées manuellement dans des bacs installés dans une "salle de forçage" - également nommée "salle de pousse" - où elles restent trois semaines dans le noir, avec de l'eau.

Vient l'étape du "cassage", où les racines sont séparées des endives qui se sont formées. Celles-ci rejoignent alors un tapis roulant dans une salle d'épluchage et de conditionnement, où des petites mains les emballent, en général par lot de 4 ou 5, en fonction de leur calibre. "L'endive est sans commune mesure avec le reste des productions maraîchères, pour la simple et bonne raison que c'est une culture en deux phases, avec du travail au champ et en salle", souligne Frédéric Le Vigoureux, président de l'Association des producteurs d'endives de France (APEF). Ce travail harassant, complexe et cher en main d'oeuvre, explique notamment la chute du nombre d'exploitations.

60 producteurs en moins en 5 ans

Certes les Hauts-de-France, avec une production annuelle de 165 000 tonnes, continuent d'assurer 95% de la production en France, de loin le premier producteur mondial devant les Pays-Bas et la Belgique (40.000 t chacun) et l'Allemagne (14.000 t). Mais la production a chuté, "avec 80.000 t de moins qu'il y a douze ans, même si les chiffres de ces trois dernières années sont plutôt à la stabilité" relève l'APEF. Quant à la filière, "elle a perdu 60 producteurs en cinq ans", dont beaucoup optent pour la culture de la pomme de terre, moins contraignante, indique M. Le Vigoureux.

Pour en finir avec les mauvais souvenirs de "cantoche" et redorer le blason du "chicon" - son autre nom dans le nord - les endiviers ont lancé fin 2016 une campagne de communication multimédia, à deux millions d'euros. Slogan: "l'endive, mangez-la pour le bien qu'elle vous fait!". Ses promoteurs espèrent remettre au goût du jour un légume découvert au XIXe siècle par le botaniste belge Franciscus Bréziers : cherchant à payer moins d'impôts sur ses cultures, il aurait dissimulé des pieds de chicorées sauvages dans sa cave, sous une petite couche de terre. Quelques semaines plus tard, il aurait découvert une plante blanche en forme de fuseau...

Bienfaits nutritionnels

Aujourd'hui, l'objectif est de faire connaitre les bienfaits nutritionnels de la "tomate de l'hiver", qui peut toutefois se consommer toute l'année, crue ou cuite.  "Elle est bénéfique pour le sang, les intestins, les rides grâce à ses vitamines, son fer, son calcium", détaille Michel Theret, grand maître de la confrérie de l'endive de France. Et si son amertume, plus ou moins marquée selon la trentaine de variétés, en fait un "légume clivant, comme la betterave ou les épinards", c'est aussi son atout, observe M. Le Vigoureux : "Regardez les produits qui se développent depuis dix ans, la bière ou le café... L'amertume, dans les cultures françaises ou anglo-saxonnes, est certes un goût moins familier, mais qui ne se perd pas. Beaucoup des gens adorent l'amer, les Italiens en raffolent".

Le chef Clément Marot, qui tient une bonne table dans le Vieux-Lille, voit dans l'endive "un légume extraordinaire", représentatif "de la gastronomie du Nord". Il aime le préparer en soupe ou en chutney avec de la pomme, et le servir avec du foie gras.
commentaires

Il y a 10 ans, l'Abbé Pierre nous quittait

Publié le 5 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, HISTOIRE, VIE POLITIQUE

Le 1er février 1954, l'Abbé Pierre, révolté par la misère et le froid extrême qui touche les pauvres et sans abris cet hiver là, lance un appel. Les médias radio et presse s'en font le relais. Pour l'Abbé Pierre, face à l'immobilisme de l'Etat, seuls les citoyens peuvent répondre efficacement.
Son appel à "l'insurrection de la bonté" est entendu et l'équivalent de huit millions d'euros vont être récoltés la semaine suivante. 

L'Abbé Pierre est décédé il y a 10 ans, le 22 janvier 2007 mais son engagement auprès des plus pauvres et des plus faibles persite. Des centaines de citoyens, dans le cadre de collectifs, comités, associations, fondations et entreprises à but social assurent la relève. Retour sur une vie dédiée au bien être des plus pauvres.

© Emmaus international.org

 

Brûlé d'amour à Assise à l'âge de 14 ans

L'Abbé Pierre, de son vrai nom Henri Goudès, naît le 5 août 1912 à Lyon dans une famille bourgeoise, très investie dans la vie caritative. A 14 ans, il fait un pélérinage à Assise, en Italie, où il a une révélation divine.

" On ne peut pas comprendre ce que j'ai fait si on ne comprend pas qu'à l'âge de 14 ans j'ai été brûlé, au sens mystique du terme à Assise " Ce sont les paroles de l'Abbé Pierre lui-même, confiées à René Poujol, journaliste et auteur du livre "Le secret spirituel de l'Abbé Pierre". Toute sa vie sera désormais sous le sceau de ce Dieu d'amour.

Jeune scout, son totem est "Castor méditatif" mais de ce nom, les médias ont surtout retenu l'image du castor bâtisseur passant sa vie à plaider pour des logements dignes pour les déshérités, laissant de côté le qualificatif de "méditatif". Ainsi ses sept années passées dans un monastère capucin à Crest, dans la Drôme, sont moins connues du grand public. Il a 19 ans quand il y entre pour une vie marquée par la réflexion et la rudesse de la vie  monastique. Il est ordonné prêtre en avril 1938 et quitte le monastère pour le diocèse de Grenoble. 
 
L'Abbé Pierre, de son enfance à son engagement religieux et politique - Grand format janvier 2017 1/5

Photos : Fond photographique centre Abbé Pierre Emmaüs  -  France 3 Normandie  -  Stéphane Gérain, Bruno Belamri, Alban Vian

Intervenants :
René Poujol journaliste et auteur du livre « Le secret spirituel de l'Abbé Pierre »
Philippe Dupont, directeur du centre Abbé Pierre - Emmaüs
Jean Rousseau, président du centre Abbé Pierre - Emmaüs


En 1939, il est mobilisé comme sous officier puis démobilisé et en 1942, s'engage dans la résistance où il choisit son pseudonyme "Abbé Pierre" pour ne pas être repéré par la Gestapo ni le régime de Vichy. Tour à tour faussaire ou passeur, il monte des filières de passage dans les Alpes. Il va créer en 1943 le maquis de Malleval, dans le Vercors. Après la libération, il se lance en politique et se trouve élu parachuté en Meurthe et Moselle où il devient député en 1945 sous l'étiquette MRP (Mouvement Républicain Populaire). 


 

1949, première communauté d'Emmaüs


En 1947, l'Abbé Pierre ouvre une auberge internationale de jeunesse pour les orphelin de la guerre, à Neuilly-Plaisance. En 1949, il y accueille Georges Legay, un ancien bagnard qui venait de tenter de se suicider. Georges Lejay sera le premier compagnon d'Emmaüs, d'autres viendront rapidement à ses côtés.


 

1er février 1954 : l'appel de l'Abbé Pierre

L'hiver 1954 est extrêmement froid et meurtrier pour les sans abri. Le premier février, l'Abbé Pierre lance un appel qui va rester dans les mémoires : il interpelle toute la population et les gouvernants sur le sort des plus pauvres qui n'ont pas de toit pour se protéger du froid. La presse titrera "L'appel à l'insurrection de la bonté"

Si on se met à comprendre, à rentrer dans le système, on ne se révoltera jamais

 
commentaires

Compiègne : le Moyen-Âge dévoile ses trésors au musée Vivenel

Publié le 5 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, autres, VIE QUOTIDIENNE, valeurs, HISTOIRE

 

Compiègne : le Moyen-Âge dévoile ses trésors au musée Vivenel

 
 
 
Compiègne : les trésors du Moyen-äge
avec : Delphine Jeannot Attachée de conservation du patrimoine - Musée Antoine Vivenel; un reportage de Laurent Pénichou, Henri Desaunay et Isabelle Debraye

Le musée national du Moyen-Age de Cluny (Paris) est en pleine rénovation. Pendant la durée des travaux, 18 de ses oeuvres du XIVème siècle sont confiées à des musées de province. "Trésors du Moyen-Âge", une exposition itinérante à découvrir à Compiègne au musée Vivenel. 

Par Halima Najibi

Le musée Antoine Vivenel de Compiègne s’associe aux musées de la Porte du Hai­naut à Saint-Amand-les-Eaux et au musée de Saint-Omer pour exposer des sculptures majeures du XIVe siècle, 18 d’œuvres issues des collections du musée national du Moyen-Age de Cluny, à Paris. L’exposition de Compiègne, est la première étape de cette itinérance. 

Dates de l’exposition itinérante Trésors du Moyen-Âge
  • Musée Antoine Vivenel, Compiègne : 17 septembre 2016 au 8 janvier 2017
  • Musée de l’Hôtel Sandelin, Saint-Omer et musée de la Tour abbatiale de Saint-Amand-les-Eaux : 18 janvier au 16 avril 2017
  • Musée d’Art et d’Histoire, Avranches : 29 avril au 20 août 2017
Plus d'informations : www.musee-vivenel.fr
commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>