Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Verneuil sous coucy par kate nana

Bienvenue sur ce blog ! Merci pour vos passage et bonne lecture !!

Articles avec #tourisme dans l aisne catégorie

PICARDIE Les télévisions locales

Publié le 7 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, autres, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, LA SOCIETE

http://www.lesamarien.fr/

http://kate.mapicardie.fr/

PICARDIE Les télévisions locales ont gagné leurs premiers combats

PICARDIE Les télévisions locales ont gagné leurs premiers combats


Aujourd’hui et demain à Saint-Quentin se tiennent les assises des télévisions locales. Une nouvelle fréquence arrive pour Wéo : la Picardie.
Jean-Michel Lobry et Jean-Luc Nelle espèrent beaucoup de l’arrivée de Wéo Picardie.

 

Il y a du mieux. Voici deux ans, lors des dernières assises des télévisions locales, le président du syndicat, Christophe Musset, avait prévenu : « J’aurais aimé vous dire que les nouvelles sont bonnes, que nous avons de nouvelles ressources, qu’elles nous permettent d’être rentables mais ça, je ne peux pas vous le dire maintenant. Tout n’est pas acquis, il faudra suer fort. » Depuis septembre 2015, la situation a sensiblement évolué vers une meilleure exposition. Le syndicat des télévisions locales de France (TLF) a convaincu les opérateurs (Orange, Free, Bouygues...). « Le syndicat a bossé pendant un an. Nous sommes tous sur le canal 30 », se réjouit Jean-Michel Lobry, vice-président de TLF et PDG de Wéo Nord-Pas-de-Calais. La mosaïque propose l’accès à toutes les chaînes locales de France.

Exit « le canal 888 » autrefois proposé. C’est une première étape. La deuxième étape, c’est la haute définition. Les chaînes locales ont failli rester sur le quai de la HD. Mais le conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a imposé ses directives. Toutes les chaînes locales sont désormais disponibles en haute qualité. Une autre victoire. Car, dans le monde de la télévision, un milieu hyper concurrentiel, rien n’est simple.

« Beaucoup d’entre nous

tirent la langue »

Comme dans la presse écrite, les télévisions locales doivent suivre le mouvement du numérique. Une solution s’est imposée : le partage des contenus. « 75 % des moins de 24 ans ne regardent plus la télévision. Tout cela nous contraint à transformer nos modèles de façon fulgurante », admet Jean-Michel Lobry. Ce sera d’ailleurs l’un des thèmes phares des assises de la télévision qui se tiennent lundi 6 et mardi 7 juin, au théâtre Jean-Vilar de Saint-Quentin : le first digitale. C’est la diffusion des contenus produits par les équipes des chaînes locales sur internet et les smartphones en particulier. C’est l’avenir. Pour capter un auditoire de plus en plus tourné vers Dailymotion et Youtube.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. « Dix millions de Français regardent de la vidéo sur internet », appuie Jean-Michel Lobry. La clé réside aussi dans l‘objectif à monétiser les contenus, qui sont, la plupart du temps, accessibles, gratuitement sur le net. Car les chaînes locales dépendent toutes de leurs partenaires institutionnels. À Saint-Quentin, MATÉLÉ perçoit, entre autres subventions et chaque année, 800 000 euros de la Ville et de la communauté d’agglomération. « Beaucoup d’entre nous tirent la langue, beaucoup présentent des résultats déficitaires mais nous tenons. »

Les chaînes locales comptent sur ce partage des contenus, des moyens pour innover et parler uniquement de ce qui se passe au coin de la rue. Une conquête qui semble se dessiner au regard des audiences enregistrées ces derniers mois. Les téléspectateurs sont demandeurs. Il y a vraiment du mieux.
Wéo a le feu vert du CSA pour la Picardie

La nouvelle est tombée jeudi dernier : à partir du 2 octobre prochain, Wéo émettra en Picardie. Le CSA a donné la fréquence à la chaîne lilloise, déjà très bien implantée sur le Nord et le Pas-de-Calais. C’est donc une véritable chaîne régionale qui émettra, celle de la région des Hauts-de-France toute entière. Jean-Michel Lobry, PDG de Wéo Nord-Pas-de-Calais et Jean-Luc Nelle, PDG de MATÉLÉ ont été auditionnés par les sages du CSA et le résultat est tombé : c’est oui.

MATÉLÉ, la chaîne locale saint-quentinoise, fournira des programmes à sa grande sœur. Six personnes composeront Wéo Picardie en plus des vingt-quatre membres opérationnels de Wéo Nord-Pas-de-Calais. La chaîne régionale diffusera aussi des programmes, produits par les autres télévisions locales, regroupées dans le syndicat des télévisions locales de France. Jean-Michel Lobry aimerait que la chaîne « s’investisse dans la citoyenneté ». « La télévision locale, c’est la voix des habitants. »

commentaires

Pays chaunois : des milliers de patients privés de leur médecin traitant

Publié le 7 Décembre 2016 par katenana dans tourisme dans l aisne, PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, autres, AUTRES, LA SOCIETE, VIE POLITIQUE

Pays chaunois : des milliers de patients privés de leur médecin traitant

Pays chaunois : des milliers de patients privés de leur médecin traitant

Pays chaunois : des milliers de patients privés de leur médecin traitant


En attendant la venue d’une médecin, les praticiens du cabinet des Remparts compensent le départ de leur confrère, à l’image du docteur Voisin.

 

La désertification médicale n’est plus une expression ; elle est en train de devenir réalité sur le secteur chaunois. Le départ des docteurs Lemrabet et Jourdain de Muizon, le 30 juin, laisse des milliers de patients dans le flou. Et ce n’est qu’un début puisque les docteurs Duhamel (fin août) et Seret devraient quitter leur cabinet – lequel est d’ailleurs en vente – dans quelques mois. « Si mon docteur est remplacé, ça ira », commentait hier une patiente en apprenant la nouvelle. Mais le souci se situe justement là : les départs ne sont pas compensés par les arrivées.

À court terme, « entre 6000 et 8000 patients seront sans médecin traitant », annonce Dominique Jourdain de Muizon, lequel n’a pas été en mesure de trouver un successeur « alors que je suis maître de stage depuis vingt ans ». C’est dire toute la difficulté à convaincre les jeunes diplômés...

« On se demande ce qu’on va faire »

Cette situation sanitaire pour le moins inconfortable, qui devrait encore s’aggraver courant 2017 avec notamment la retraite de deux ou trois docteurs, inquiète bon nombre de Chaunois. « On se demande ce qu’on va faire. C’est quand même très embêtant tout ça », résume Pierre. « Le pire, c’est que les autres médecins refusent de prendre d’autres patients car ils sont déjà surchargés », ajoute Sylvie. Sur les réseaux sociaux, quelques-uns essaient de s’échanger de bons « plans », mais ils sont rares.

Au cabinet des Remparts, l’arrêt du docteur Lemrabet et le temps partiel du docteur Picouet « qui ne consultera plus qu’une journée par semaine à compter de septembre », dévoile l’une des deux secrétaires, vont être comblés en partie par l’arrivée d’une docteur.

Il y a urgence

Mais ce ne sera qu’en octobre. Et elle ne prendra que les patients des deux généralistes cités précédemment. En attendant, les patients « isolés » peuvent être renvoyés « de manière exceptionnelle » vers les autres praticiens, si leur agenda leur permet. À noter que des renouvellements d’ordonnances ont été signés pour les personnes en ayant besoin « afin de ne pas les contrarier davantage ».

Dans une commune qui comptait en début d’année treize généralistes dont dix ayant plus de 55ans, d’après l’étude menée par un cabinet indépendant, il y a urgence à agir.

Un nouveau cabinet en septembre

Au-delà des mots, il faut du concret à l’image du cabinet médical privé qui est en cours de construction au nord-ouest de la ville (intersection du boulevard d’Andenne avec celui de Bad-Kostritz). Deux infirmières et un médecin (généraliste ?) devraient s’installer cet automne. « J’ai de la place pour d’autres praticiens médicaux ou paramédicaux », signale Eric Renouf. Lequel est prêt à accueillir « des étudiants, des remplaçants, ou ceux qui ne veulent plus investir dans leur cabinet » en contrepartie de locaux adaptés et d’un loyer.

Un autre projet est par ailleurs dans les tuyaux du côté de la ZAC l’Univers (du côté d’Intermarché). L’idéal serait qu’il aboutisse vite, histoire de rassurer la population et d’éviter, pendant les phases épidémiques, un engorgement redouté des urgences de l’hôpital.

Chauny est souffrante, des remèdes doivent être apportés.

 

commentaires

WEEK END A SOISSONS ?

Publié le 7 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, valeurs, autres

WEEK END A SOISSONS ?

WEEK END A SOISSONS ?

A seulement une heure de Paris, Soissons et le Soissonnais regorgent de trésors insoupçonnés ! Je découvre les innombrables richesses de ce territoire et ses sites et monuments qui séduisent en visitant le département de l’Aisne si dépaysant!

J'explore l’étonnante cité du Vase de Soissons, une ville à la campagne, renommée non seulement pour son vase, son histoire, ses personnages célèbres comme Clovis qui l’avait choisie comme capitale, mais aussi connue pour sa spécialité, le fameux haricot de Soissons.
Soissons se pare de ses plus beaux atouts pour m'inviter à la découverte.Je me laisse surprendre par cette ville d’Art et d’Histoire vivante et dynamique qui appelle au repos et à la flânerie.
Je poursuis ma découverte en parcourant les campagnes du territoire soissonnais.
Direction Coucy-le-Château et sa forteresse médiévale, le Val de l’Aisne avec le Fort de Condé, Braine, Vailly-sur-Aisne, Villers-Cotterêts et la forêt de Retz, Blérancourt et ses alentours, la vallée de l’Aisne avec la ville charmante de Vic-sur-Aisne.
Ces endroits à la fois magiques, opuscule d’histoire, d’architecture, de culture mais aussi parsemés de nature et de richesses environnementales me permettent une évasion hors du commun.
Alors je n’hésite plus, je prévois mon itinéraire et vais vivre une expérience inouïe et inédite en région de Picardie.
Parez pour une escapade insolite en amoureux...
Le Territoire

A seulement une heure de Paris, Soissons et le Soissonnais regorgent de trésors insoupçonnés ! Je découvre les innombrables richesses de ce territoire et ses sites et monuments qui séduisent en visitant le département de l’Aisne si dépaysant!

J'explore l’étonnante cité du Vase de Soissons, une ville à la campagne, renommée non seulement pour son vase, son histoire, ses personnages célèbres comme Clovis qui l’avait choisie comme capitale, mais aussi connue pour sa spécialité, le fameux haricot de Soissons.
Soissons se pare de ses plus beaux atouts pour m'inviter à la découverte.Je me laisse surprendre par cette ville d’Art et d’Histoire vivante et dynamique qui appelle au repos et à la flânerie.
Je poursuis ma découverte en parcourant les campagnes du territoire soissonnais.
Direction Coucy-le-Château et sa forteresse médiévale, le Val de l’Aisne avec le Fort de Condé, Braine, Vailly-sur-Aisne, Villers-Cotterêts et la forêt de Retz, Blérancourt et ses alentours, la vallée de l’Aisne avec la ville charmante de Vic-sur-Aisne.
Ces endroits à la fois magiques, opuscule d’histoire, d’architecture, de culture mais aussi parsemés de nature et de richesses environnementales me permettent une évasion hors du commun.
Alors je n’hésite plus, je prévois mon itinéraire et vais vivre une expérience inouïe et inédite en région de Picardie.

commentaires

Publié le 6 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, autres, valeurs, AUTRES

Rencontres de la Photo Nature en Baie de Somme

Depuis l’année dernière, les Rencontres de la Photo Nature sont venues enrichir encore le programme du Festival de l'oiseau qui a lieu chaque printemps en Baie de Somme.

Un grand chapiteau de 2500 m2 est dressé près du théâtre d’Abbeville et ce sont pas moins de 40 expositions de photos animalières qui sont proposées au public du 24 au 27 Avril (Attention, c’est 4 jours seulement !).


Il sera ainsi possible de rencontrer quelques grands noms de la photo animalière internationale tels que Jasper Doest, Kyriakos Kaziras, tony Crocetta, Blin & Blin, et beaucoup d’autres photographes tout aussi talentueux et passionnés…

Et pour partager au maximum avec ces photographes expérimentés, tout un cycle de conférences est organisé durant ces 4 jours, sur des thèmes aussi divers que l’affût flottant, la pose longue ou encore les chasseurs d’orages pour n’en citer que quelques-unes !

Enfin, pour que la fête soit totale, le gymnase à 50m du chapiteau accueille les exposants de matériel photo et d’observation ornithologique. Il y a là tout le nécessaire pour compléter un équipement, essayer, tester un boîtier ou une optique de rêve…

Pour en savoir plus, je vous invite à parcourir le programme complet sur le site du Festival :

http://www.festival-oiseau-nature.com/recherche?limitstart=0

commentaires

en vidéo sur Ma Picardie TOUTE UNE HISTOIRE

Publié le 6 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, autres, LA SOCIETE, QUOTIDIEN

La discussion en vidéo sur Ma Picardie

Un outil de communication indispensable est disponible sur Ma Picardie : le VidéoChat

visiochat


Grâce à ce Chat, vous pourrez non seulement utiliser la discussion instantanée mais également le VisioChat :
 

videochat



Le visiochat est également accompagné d'une discussion instantanée dans laquelle vous pourrez partager des fichiers entre vous :
 

video texte



Et pour une plus grande mobilité, Ma Picardie vous offre aussi la possibilité d'utiliser le visiochat avec votre mobile :
 

video texte mobile


Vous voilà maintenant paré pour des rencontres amicales et sympathiques grâce au vidéochat de Ma Picardie.
 

Important : Pour que la partie vidéo fonctionne correctement, il faut obligtoirement que votre navigateur soit à jour avec la version la plus récente.

commentaires

BIENVENUE CHEZ KATE Aisne Somme Oise - Picardie

Publié le 6 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, politique actuelle

Découvrez "Soissons, le grand livre de pierre"

Découvrez "Soissons, le grand livre de pierre"

découvrez "Soissons, le grand livre de pierre" dans Pourquoi chercher plus loin

Située en Picardie, au cœur de l’Aisne et à environ 90 km de Paris, la ville de Soissons s’enorgueillit d’un impressionnant passé historique. Elle est reconnue comme première capitale de la France à la période mérovingienne.

- Soissons, le grand livre de pierre

De cette époque date aussi le célèbre épisode du vase de Soissons, encore sujet à de multiples interprétations de nos jours.
C’est aussi dans cette ville qu’en 752, Pépin le Bref est sacré roi. Dans les siècles qui vont suivre, Soissons sera le siège d’innombrables conflits, avant de connaître au XIIème et XIIIème siècles, une période de relative prospérité, autorisant la construction de nombreux édifices d’architecture gothique.
PCPL - Soissons, le grand livre de pierre_1

En 1870, la ville est bombardée et les graves dégâts subis entraînent, à la fin du XIXème siècle, un réaménagement urbain radical. Soissons, victime de sa position stratégique, n’en a pas fini avec les conflits.
Située sur la ligne de front durant la Première Guerre Mondiale, à proximité du Chemin des Dames, la cité devient une ville martyre. La reconstruction des années 20 redessine le centre ville et certaines maisons sont reconstruites dans le style art déco.
Aujourd’hui, Soissons met l’accent sur sa richesse patrimoniale qui lui a valu d’être labellisée Ville d’Art et d’Histoire en 1988.

commentaires

ce qui change ce jeudi 1er décembre

Publié le 6 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, tourisme dans l aisne, valeurs, politque actualité

ce qui change ce jeudi 1er décembre

ce qui change ce jeudi 1er décembre
 
  1. Gaz, licenciements, SNCF, vente d'alcool, fourrière... ce qui change ce jeudi 1er décembre

Des nouvelles lois, des nouvelles règles, des nouveaux dispositifs et des nouveaux tarifs entrent en vigueur en France ce  jeudi 1er décembre        

© MaxPPP Des tarifs du gaz en hausse, des retards TGV mieux indemnisés et des nouvelles règles pour récupérer sa voiture à la fourrière.

Les tarifs du gaz en hausse

Les tarifs réglementés du gaz, appliqués par Engie (ex-GDF Suez) à 7 millions de consommateurs, augmenteront de 2,6% hors taxes en décembre, selon une délibération de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), publiée mardi dernier au Journal officiel. Dans le détail, la hausse sera de 0,9% pour les foyers qui utilisent le gaz uniquement pour la cuisson, de 2,6% pour ceux l'utilisant pour le chauffage et de 1,6% pour ceux qui en ont un double usage cuisson et eau chaude, détaille la CRE.
 

La SNCF va mieux indemniser les retards

La SNCF va indemniser dès ce jeudi les passagers des TGV et Intercités qui accusent un retard d'au moins 30 minutes à leur arrivée, quel qu'en soit le motif. Une garantie présentée comme "plus avantageuse" que la règle européenne en vigueur.

De nouvelles règles pour les licenciements économiques

Ce jeudi entre en vigueur l'une des mesures les plus controversées de la loi travail : la réforme remettant à plat les motifs de licenciement économique, dans le but de "sécuriser" l'employeur face au juge mais qui soulève de vives inquiétudes côté salariés. A compter de ce jour,deux nouveaux motifs économiques jusqu'ici reconnus par la jurisprudence feront leur entrée dans le code du travail : la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et la cessation d'activité. Par ailleurs, les difficultés liées à une baisse "significative des commandes ou du chiffre d'affaires" par rapport à la même période de l'année précédente sont précisées: un trimestre pour les entreprises de moins de 11 salariés, deux trimestres consécutifs pour les moins de 50.

De nouvelles obligations pour les véhicules en fourrière

Un décret paru au Journal officiel le 1er octobre dernier modifie le code de la route et instaure l’obligation, pour le propriétaire ou le conducteur, à compter de ce jeudi, de présenter aux forces de l’ordre une attestation d’assurance et un permis de conduire pour obtenir l’autorisation définitive de sortie du véhicule de la fourrière. Cette mesure doit permettre la réalisation de près de 500 000 contrôles supplémentaires de la possession du permis de conduire et de l'attestation d'assurance.

Des nouvelles affiches sur l'interdiction de la vente d'alcool aux mineurs

A compter de ce jeudi, les débits de boisson doivent afficher à l'intérieur de leurs locaux des affiches plus visibles sur l'interdiction de la vente d'alcool aux mineurs. Cette mesure concerne aussi les sites de vente en ligne et les stations services. Ces nouvelles affiches doivent être apposées "à l’intérieur de l’établissement de manière à être immédiatement visible par la clientèle, aux rayons présentant des boissons alcooliques ainsi qu’aux caisses enregistreuses".

Une déclaration obligatoire pour certains transferts d'argent

Dans le cadre de la lutte anti-terroriste,  les transferts d'argent d'au moins 10 000 euros par "voie routière, aérienne, maritime ou ferroviaire" par l'intermédiaire de sociétés de transport ou d'entreprises de fret express vers un autre pays de l'Union européenne doivent être obligatoirement déclarés à la douane française. Cette nouvelle mesure concerne aussi bien les entreprises que les particuliers.
commentaires

Coucy-le-Château

Publié le 6 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, autres

 
Coucy-le-Château

Au pays des Sires de Coucy

Le château fort de Coucy
Au nord de Soissons, sur un éperon rocheux, venez découvrir les impressionnants vestiges de l’une des plus remarquables forteresses de l’Occident médiéval. Edifiés au début du 13ème siècle, le château fort de Coucy et l'enceinte de la ville sont la fierté de leur bâtisseur, Enguerrand III de Coucy. « Roi ne suis, ne prince, ne duc, ne comte aussi.

Je suis le sire de Coucy ! » Telle était la fière devise arborée par...le sire de coucy ENGUERRAND

 
 
 
 
 
Coucy-le-Château
Coucy-le-Château
Coucy-le-Château
commentaires

LES BEFFROIS PICARDS

Publié le 1 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, la vie d antan, HISTOIRE, AUTRES

LES BEFFROIS PICARDS

LES BEFFROIS PICARDS

 

 

 

Les beffrois de Picardie

Un beffroi est un ouvrage de charpente destiné à supporter et à permettre de faire mouvoir des cloches. Par extension, il définit les tours renfermant les cloches de la commune. La Picardie est riche de ces édifices populaires, certains sont même classés au patrimoine mondial de l'UnescO

© France 3 Picardie

   

 

Une série réalisée par Yolande Malgras, Jérôme Arrignon, Emilien Vanrenterghem et Cédric Delangle.


Le beffroi de Lucheux (80) : il a été aménagé dans une des anciennes portes de la ville. Jeanne d'Arc y fut enfermée avant d'être conduite à Rouen. Ce beffroi, est classé depuis 1896 et inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco en 2005.
Le beffroi de Lucheux (80) - France 3 Picardie

Intervenants : Vincent Vasseur, chargé du patrimoine - Office du tourisme du Doullennais ; Dany Viard, policier rural de Lucheux / Reportage : Yolande Malgras, Jérôme Arrignon, Emilien Vanrenterghem et Cédric Delangle


Le beffroi de Compiègne (60) : la ville de Compiègne est fière de posséder le beffroi « le plus au sud ». C'est en effet le plus proche de Paris. Il n'est pas classé, mais il a gardé toute sa beauté flamboyante du XVIe siècle. Il est indissociable des fameux picantins qui ornent son sommet.
Le beffroi de Compiègne (60) - France 3 Picardie

Avec Guillaume Roignant, guide-conférencier à l'office du fourisme de Compiègne / Reportage : Yolande Malgras, Jérôme Arrignon, Emilien Vanrenterghem et Cédric Delangle


Le beffroi de Saint-Quentin (02) : la ville fut l'une des toutes premières en France à avoir son beffroi, symbole de la relative autonomie de la commune par rapport au seigneur. Mais aujourd'hui, il n'en reste que quelques vestiges.
Le beffroi de Saint-Quentin (02) - France 3 Picardie

Intervenants : Frédéric Pillet, service Architecture et Patrimoine de Saint-Quentin ; Francis Crépin, carillonneur de la Ville de Saint-Quentin / Reportage : Yolande Malgras, Jérôme Arrignon, Emilien Vanrenterghem et Cédric Delangle


Le beffroi de Rue (80) : Comme les cinq autres beffrois de la Somme, celui de l'ancienne cité maritime de Rue est classé au Patrimoine mondial de l'Unesco. Il a une longue histoire.
Le beffroi de Rue (80) - France 3 Picardie

Avec Karine Bellart, agent du patrimoine de Rue / Reportage : Yolande Malgras, Jérôme Arrignon, Emilien Vanrenterghem et Cédric Delangle


Le beffroi d'Amiens (80) : les amiénois le surnomment affectueusement "Ch' Bdédouf", beffroi en picard. Imposant édifice classé depuis dix ans au Patrimoine mondial de l'Unesco, comme les cinq autres existant dans la Somme. Un beffroi étroitement associé depuis des siècles à la vie dans la cité.
Le beffroi de Rue (80) - France 3 Picardie

Avec Karine Bellart, agent du patrimoine de Rue / Reportage : Yolande Malgras, Jérôme Arrignon, Emilien Vanrenterghem et Cédric Delangle


Le beffroi d'Amiens (80) : les amiénois le surnomment affectueusement "Ch' Bdédouf", beffroi en picard. Imposant édifice classé depuis dix ans au Patrimoine mondial de l'Unesco, comme les cinq autres existant dans la Somme. Un beffroi étroitement associé depuis des siècles à la vie dans la cité.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie/emissions/les-rendez-vous-de-l-info/actu/les-beffrois-de-picardie.html

commentaires

Un conférencier est venu à Cuffies

Publié le 1 Décembre 2016 par katenana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, politique actuelle, LA SOCIETE, AUTRES

Un conférencier est venu à Cuffies

Un conférencier est venu à Cuffies

Un conférencier est venu à Cuffies pour parler de la souffrance au travail des petits entrepreneurs
hebergement d'image
Pour son assemblée générale la section axonaise de la Fédération française du bâtiment a fait venir un spécialiste de la santé des petits patrons.
Vendredi la section de l’Aisne de la Fédération française du bâtiment organisait son assemblée générale sur les Terrasses du Mail de Cuffies. La présidente, Ginette Platrier recevait un invité de marque : Olivier Torrès, professeur de management de Montpellier pour une conférence intitulée « Les dirigeants du bâtiment ont-ils la forme ? »
Pour commencer Olivier Torrès égrenait un échantillon de phrases grinçantes de réalité entendues souvent : « Je n’ai pas le temps d’être malade » ou encore « Je ne tombe malade que quand je suis en vacances, du coup je ne prends plus de vacances ! » Des citations comme autant de signes cliniques d’un diagnostic sans appel : la souffrance au travail n’est pas réservée à quelques-uns.
Ce n’est pas un hasard si Olivier Torrès fut l’invité d’honneur. « Les dirigeants de TPE, PME et artisans représentent 88 % de nos adhérents », informe Thierry Coulvier, secrétaire général de la FFB 02. En France, 99,84 % des entreprises sont des PME, amputées des questions médico-sociales. Olivier Torrès a animé un débat sérieux sur un problème de santé publique réel sur fond d’humour et de dérision : « Personne n’en parle, on me dit souvent que c’est un sujet exotique ! »
Trésorerie en difficulté, tension avec les banques, incertitude du cahier des charges... Les problèmes quotidiens des petits patrons, vulnérables, ne disposant pas des mêmes moyens humains ni financiers que les grands groupes. « L’entreprise se porte bien quand son dirigeant est en bonne santé, mais qui s’en inquiète ? » interroge Olivier Torrès qui lui, y porte une attention particulière depuis plusieurs années. « Je m’y suis intéressé parce qu’ils n’ont pas de santé au travail. J’ai créé en 2009 à l’université de Montpellier le premier service de santé au travail des chefs d’entreprise et aujourd’hui je viens restituer mes résultats. »
Lors de son auscultation sur le thème, le conférencier dresse quatre agents pathogènes : le stress qui évolue sournoisement à bas bruit, la surcharge de travail (« Le travail c’est la santé, mais trop c’est nuisible »), la solitude (« Syndicalisez-vous, ne restez pas seuls ; si vous êtes divorcé, remariez-vous ! ») et enfin l’incertitude face à l’avenir et la stabilité économique. « Réunissez ces quatre facteurs et vous tomberez comme des mouches ! » alarme-t-il.
Alors au final, les patrons ont-ils la forme ? « Oui, leur santé est meilleure mais plus risquée », félicite tout de même Olivier Torrès, et ce, grâce à plusieurs facteurs salutaires que chacun peut mobiliser : « L’optimisme, l’endurance, le sentiment de maîtriser son destin, et la passion. » Le professeur souhaite l’émergence d’un esprit civil de prévention contre les problèmes de santé des indépendants et que les mentalités changent : « Si j’arrive à convaincre les élus de toutes confessions à créer un droit de la PME, j’aurai fait mon travail universitaire. Je veux croire que nos élus sont des personnes de bonne volonté, mais ils confondent l’égalité et la justice. » Le message semble avoir été entendu. Parmi les invités figuraient Marie-Françoise Bechtel, députée de l’Aisne, et Yves Daudigny, sénateur, qui reconnaissent la légitimité de la problématique soutenue par Olivier Torrès. Yves Daudigny s’est engagé : « Je n’ai pas la solution, mais je vous promets d’intervenir lorsque nous aborderons prochainement au Parlement l’article 44 qui traite de la santé au travail et d’évoquer ce débat. Il y aura au moins un écho dans le journal officiel. »

commentaires
<< < 10 11 12 13 14 > >>