Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Verneuil sous coucy par kate nana

Bienvenue sur ce blog ! Merci pour vos passage et bonne lecture !!

Articles avec #vie quotidienne catégorie

Soissons dans une extension du jeu vidéo Battlefield

Publié le 16 Mai 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE

 

© France 3

Soissons dans les cartes du jeu
Battlefield

Une extension du jeu de EA est sorti en mars avec quatre nouvelles missions dont l'une se passe à Soissons. défendre la ville de Soissons en pleine première guerre mondiale... Tel sera le défi des joueurs de Battlefield dans une nouvelle extension (DLC) du jeu. Après Saint-Quentin et Amiens, une carte de Soissons sera en effet ajoutée dans la future mise à jour du jeu.
Déception pour certains : la ville de Soissons elle-même n'est pas visible. La guerre de position qui s'y est tenue n'est pas très vidéoludique. Les créateurs du jeu ont préféré la campagne soissonnaise, le château de Pernant. La modélisation n'est pas fidèle, mais le jeu évoque une bataille bien réelle. L'offensive des Allemands, pour rompre le front entre Soissons et Reims. 

Soissons est fière pour la notoriété de son nom, comme le furent avant elle Saint-Quentin et Amiens. Les créateurs ont utilisé des archives pour reproduire Saint-Leu et la cathédrale…. Une bonne surprise pour la mairie, les jeunes parlent d'Amiens, même s'il n'y a pas de retombées touristiques directes. 

En quelques semaines, Battlefield 1 s'est vendu à 7 millions d'exemplaires en France…. Selon le réseau Micromania, l'engouement a été bien plus fort en Picardie. Ça ne veut pas dire que les Picards gagnent à tous les coups ! 

 

commentaires

LILLE SOLIDARITE

Publié le 14 Mai 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, LA SOCIETE, autres

LILLE SOLIDARITE

Plusieurs associations qui viennent en aide aux sans-abris organisaient ce samedi une grande collecte de chaussettes, à Lille.

Une collecte plutôt insolite s'est tenue ce samedi après-midi à Lille. Plusieurs associations qui viennent en aide aux SDF ont lancé un appel sur les réseaux sociaux pour récupérer un maximum de parire de chaussettes. 
Les chaussettes récoltées vont changer de propriétaire : usagées ou neuves, avec cette collecte, tout le monde y trouve son compte. "On prépare les braderies, donc plutôt que de faire la Braderie je me suis dit "Autant les donner, ça peut toujours faire plaisir" et puis, ça va servir", témoigne une des donatrices. 

Plusieurs associations de Lille se sont donc lancées dans la bataille de la chaussette solidaire. Un appel à la generosité en faveur des sans-abris. 

"Les gens n'ont pas forcément la possibilité de les laver, donc c'est compliqué. Ca part très vite et on a beaucoup de mal à en récupérer", explique Hélène Mulet, de l'association "Sans maille-ça caille". "L'idée c'est donc de faire un petit événement pour rameuter les gens et récolter le plus de chaussettes possibles."

Des besoins toute l'année


Parmi ces associations : "Sans maille ça caille" compte des bénévoles actifs durant toute l'année. Mais pour que ces collectes aient lieu régulierement, il faut récupérer un maximum de paires de chaussettes. Contrairement aux idées reçues, la demande reste la même quelle que soit la saison. "C'est un moyen de se sentir propre, un moyen de ne pas tomber malade en hiver, comme en été, donc on fait aussi des récoltes l'été pour sensibiliser à la question", précise Léa Gonzalez, de l'association "Sock en Stock".
 

Les dons sont toujours possibles auprès de ces associations lilloises. Une maniere parmi d'autres de maintenir une certaine dignité chez ces sans-abris. 

LA SOLIDARITE NE DOIT PAS ETRE OUBLIEE

 

commentaires

Bucy-le-Long

Publié le 14 Mai 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE

Bucy-le-Long

EGLISE ST MARTIN

Eglise st Martin

ÉGLISE SAINT MARTIN

Notre fière église classée (monument historique) est dédiée à St Martin. Elle est composée d’une nef flanquée de deux collatéraux, d’un transept double à deux croisillons et d’un chœur.
D’un premier édifice datant du XI siècle, il ne subsiste qu’une partie de la nef. Des traces de l’emplacement des deux vitraux romans sont encore visibles. La nef, dont la première travée comportait un plancher en bois, est rehaussée par la suite.
Le chœur de l’église et le transept ont été construits au XVIe siècle mais le croisillon sud, (chapelle de la vierge) a été ajouté une fois que le chœur a été terminé.
Quant au second transept, il ne fut jamais terminé. Cette partie comporte un vitrail gothique-flamboyant.
Les bas côtés logeant la nef centrale sont encore de construction plus récente, probablement 1829, date à laquelle l’église toute entière subit d’importantes modifications, qui selon les puristes, lui ôtèrent une partie de son charme.
Le clocher majestueux est également très ancien puisqu’une inscription en haut de la tourelle qui lui donne accès nous dit «  j’ai été restauré par pierre Delarue Masson 1503 ». La foudre le frappa à plusieurs reprises. Notamment en 1851 et 1856. Ce clocher comporte une tourelle à vis qui n’a été recouverte qu’après la grande guerre. L’aspect fortifié du clocher, dû à la présence de meurtrières, rappelle celui de l’église Saint Macre de Fère en Tardenois. La flèche du clocher est flanquée de quatre clochetons et de deux gargouilles. On remarquera entre les abat-son un écusson gratté qui doit sans doute ses mutilations à la révolution.
Le portail ouest remanié a pris une allure de néo-gothique. Il a eu l’honneur de voir le célèbre Francis Jammes, venu prendre pour épouse Ginette Goedorp demoiselle de Bucy le long le 7 octobre 1907.
Au premier étage, au niveau de la tribune des orgues on trouve une date taillée « 1820 » traces de travaux pratiqués dans l’église. Au second étage se trouve le dessus de la voute en pierre, le plafond de ce deuxième étage est tenu par une énorme poutre dont l’inscription nous apprend qu’elle a été posée par Pierre Henri Charpentier en 1731.

Les curiosités de notre église :


On y trouve une remarquable grille des fonds baptismaux (celles du puits St Gaudin de Soissons).
Sont présentes également plusieurs statues de bois anciennes et restaurées : une vierge, une petite vierge, un saint évêque, un beau saint louis et une grande Vierge, certaines récupérées en Hollande par l’abbé Charles Van Wesberghe.
Les boiseries, le retable et les vitraux du chœur, les stalles de Chantre, un grand christ et bien d’autres beautés ont disparu lors de la première guerre mondiale, durant laquelle l’église fut endommagée. Certaines pierres tumulaires attestant de la présence de sépultures dans l’église et déplacées lors de la réfection du dallage de l’église, sont disposées dans la nef.

L’Arbre de Jessé 


Bien entendu l’œil du promeneur ne saurait  ne pas s’attarder sur le magnifique vitrail de la Renaissance situé dans le bras nord du transept. Il fut offert à la paroisse de Bucy par la famille Quinquet qui a eu de nombreux représentants dans notre région.
On l’attribue à Mathieu Bléville (maitre verrier, originaire de Saint Quentin).
Très restaurée à plusieurs reprises et en particulier par Didron en 1856 puis par Socard en 1927 suite aux dégâts de la grande guerre, cette verrière fut classée en 1915 en pleine guerre. Cet arbre généalogique de verre aboutit à la vierge tenant l’Enfant Jésus, placée dans le médaillon central du tympan. Les cinq autres médaillons représentent : au sommet de l’annonciation, dessous la visitation et la nativité, enfin de part et d’autre de la vierge, l’Adoration des mages et la fuite en Égypte. Deux anges thuriféraires sont fortement comprimés dans deux mouchettes.

Les cloches 
Symbole de nos joies et nos peines et autrefois ponctuant le labour de nos ancêtres, elles ont une belle histoire dans l’église St Martin.
A ce propos on peut encore voir dans la voute surplombant la nef une ouverture laissée pour les faire monter dans le clocher.

source :http://www.bucylelong02.fr/

 

 

 

commentaires

La nature dans l'Aisne

Publié le 14 Mai 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE

La nature dans l'Aisne

La nature dans l'Aisne

Le département de l'Aisne ( région Picardie ), couvre une superficie de 7369 km² et comprend 535 842 habitants. De 36 à 284 m d'altitude, les vallées se succèdent aux plateaux.

Quatre rivières principales s'écoulent d'Est en Ouest : l'Aisne (280 km), l'Oise (330 km), La Marne (525 km) et la Somme (245 km).

Les forêts domaniales sont importantes : Retz (13 303 ha), Saint-Gobain (6 550ha), Saint-Michel (2 940ha), Coucy-Basse (2 300 ha), Andigny (1 416 ha), Samoussy (1 327 ha), Vauclair (1 038 ha), Haye-d'Aubenton (938 ha), Val Saint-Pierre (788 ha).

Il existe 3 réserves naturelles nationales : Le Marais d'Isle à Saint-Quentin (47 ha), Les Landes de Versigny au nord du massif de Saint-Gobain (233 ha) et le Marais de Vesles et Caumont au nord du marais de La Souche (109 ha). A cela s'ajoute trois réserves naturelles régionales : Le Coteau de Chartèves (18 ha), près de Château-Thierry, Les Prairies humides de la ferme de Moulin Fontaine à Any-Martin-Rieux (38 ha) et les Coteaux du Chemin des Dames (47,5 ha).

Il faut savoir que l'on compte également 18 sites Natura 2000. Ainsi qu'un grand nombre de ZNIEFF ( Zones naturelles d'intérêt écologique faunistique et floristique ). Cliquez sur les liens pour les détails.

Quelques photos de paysages naturels :
 
Forêt de Retz
Foret de Retz
Etang de la Ramée

Etang ramée

Forêt de Saint-Gobain
Foret St-Gobain
Pierrepont, Marais de la Souche

Marais Souche

Coincy, La Hottée du Diable
Hottee Diable
Cessières, les Bruyères de Rocq
Cessières landes
Chevregny, Mont Bossu

Mont Bossu

Chartèves, Réserve naturelle

Chartèves

Oeuilly, réserve naturelle

Oeuilly

Pernant, Roc Pottier

Pernant Roc Pottier

Forêt de Samoussy

Samoussy

Berzy-le-Sec, Savart de Visigneux

Berzy-le-Sec

Arcy-Sainte-Restitue, Branges

Branges

Bucy-le-Long, Etangs

Etangs Bucy-le-Long

Dans le soissonnais, grottes et cavités abritent différents chiroptères

Grotte

 
Quelques orchidées sauvages de la région :
 
Anacamptis pyramidalisOrchis pyramidal
Anacamptis pyramidalis
Gymnadenia conopseaOrchys moucheron
Gymnadenia conopsea
Limodorum abortivumLimodore à feuilles avortées

Limodorum abortivum

Ophrys apiferaOphrys abeille
Ophrys apifera
Ophrys fucifloraOphrys bourdon

Ophrys fuciflora

Orchis militarisOrchis militaire

Orchis militaris

Orchis purpureaOrchis pourpre

Orchis purpurea

Platanthera bifoliaPlatanthère à deux feuilles

Platanthera bifolia

La nature dans l'Aisne
commentaires

LA bergerie de Montloué dans l'Aisne

Publié le 13 Mai 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE

LA bergerie de Montloué dans l'Aisne

Pas moins de 450 brebis sont parties ce matin de la bergerie de Montloué dans l'Aisne escortées par plus de deux cents personnes et les chiens Border collie. Une transhumance vers le camp de Sissonne dans le but d'entretenir les espaces verts.

  C est devenu une grande tradition, les habitants peuvent assister au départ des brebis vers le Camp de Sissonne. Pour la 5ème transhumance, les ovins parcourent 22 km avant de profiter de leur pâturage.

Le public accompagne le troupeau en marchant à l'arrière, à l'avant les chiens de berger ouvrent la marche. Le cortège emprunte les rues et petits chemins, pour rejoindre le camp militaire de Sissonne. Sur place, les brebis auront à leur disposition de grandes étendues de pelouse. En broutant elles lutteront contre l'embroussaillement et permettront par la même occasion de protéger la biodiversité du lieu.

commentaires

en Picardie La gastronomie;; histoire, nature et attraits architecturaux

Publié le 9 Mai 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, LA SOCIETE

 en Picardie La gastronomie;; histoire, nature et attraits architecturaux

La gastronomie en Picardie

La cuisine picarde, bien que pas trop distincte d’une autre région de France, est bénie par la richesse des produits locaux: les haricots de Soissons, les poissons d’eau douce, l’agneau de pré salé et les produits laitiers délicieux. Un cuisinier le dit : « La spécificité picarde réside dans la manière de cuisiner : de la simplicité et de la générosité. »

Tarte au poireaux

Les plats typiques de cette région sont, entre autres, le pâté au canard d’Amiens, la ficelle picarde qui est une crêpe farcie avec du jambon et des champignons, la flamiche, l’agneau de pré salé, la tarte au Maroille, les fruits de mer et les poissons de la baie de Somme.

La crème Chantilly est très certainement la spécialité la plus célèbre de Picardie. Mais d’autres desserts existent: le gâteau battu (brioche), les macarons et la confiture de lait, une sauce épaisse au caramel, faite avec de la crème et du sucre.

Vignobles de l'AisneLes boissons locales sont le cidre, la bière et le champagne. Avec les vignobles de l’Aisne, la Picardie possède 2 600 ha de vignes de Champagne. Ce précieux breuvage bénéficiant d’une Appellation d’Origine Contrôlée, trouve dans ce terroir, les éléments qui lui confèrent sa texture et son goût incomparables.

En savoir plus sur la crème Chantilly

Creme Chantilly

La crème Chantilly serait née au siècle des lumières.
Le 17 août 1661, Nicolas Fouquet invite le roi Louis XIV et toute la cour du roi pour l'inauguration de Vaux-le-Vicomte. François Vatel est à la fois son chef du protocole et son maître d'hôtel. Il organise une grandiose et somptueuse fête et un dîner magnifique. Pour le dessert, Vatel invente une surprise : de « la crème fouettée ».
En 1663, François Vatel est promu "Contrôleur général de la Bouche" du Grand Condé au château de Chantilly. La crème inventée à Vaux-le-Vicomte prend alors le nom de crème chantilly.

Picardie : histoire, nature et attraits architecturaux

Royale, gothique ou bucolique

Trois grandes capitales européennes aux portes de la Picardie et de l'Artois : Londres, Bruxelles, et Paris : ces régions sont idéalement situées au Nord de la France et au cœur de l'Europe, dans un trésor de nature préservée.

Amiens

La Picardie est le berceau de la France, depuis les rois carolingiens et les premiers Valois jusqu'au Second Empire. Parmi les villes classées d'art et d'histoire, on trouve Amiens, Laon, Beauvais mais aussi Abbeville, Saint-Quentin et Soissons, Noyon, Compiègne et Senlis.

La cathédrale d'Amiens

Des châteaux royaux de l'Oise aux églises fortifiées de Thiérache, la Picardie est riche en monuments historiques : c'est la 2ème région de France par le nombre de ses monuments classés. C'est là que sont nées les grandes cathédrales du Moyen Age. La Cathédrale d'Amiens classée sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO est deux fois plus vaste que Notre Dame de Paris.

Avec la forêt de Compiègne, les massifs de Retz, Chantilly, St-Gobain, Crécy..., la Picardie possède plus de 320 000 Hectares boisés.

Cette région est aussi un lieu d'observation privilégié de la faune et la flore avec la Baie de Somme qui est le plus grand estuaire du Nord de la France (près de 72km²). Sa très large ouverture vers la Manche, de plus de cinq kilomètres de la pointe du Hourdel à celle de Saint Quentin en Tourmont, offre suivant les marées et les saisons, des paysages exceptionnels.

commentaires

La fin des spectacles de dauphins au Parc Astérix ?

Publié le 8 Mai 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, QUOTIDIEN, politique actuelle

© VALERY HACHE / AFPUn arrêté publié samedi interdit, à terme, la captivité des orques et des dauphins en France. Cela pourrait signer la fin des spectacles de dauphins dans les parcs d'attraction tels que le Parc Astérix.

Dans un arrêté publié samedi 6 mai au Journal officiel, la ministre de l'Environnement Ségolène Royal interdit la reproduction de ces animaux en captivité. De fait, plus aucun de ces cétacés ne pourra donc être gardé dans un parc après la mort de l'actuelle génération d'animaux. 

Pas de nouvelles naissances


Le texte est très clair : "La reproduction des orques et des dauphins actuellement détenus en France est désormais interdite. Ainsi, seuls les orques et les dauphins actuellement régulièrement détenus peuvent continuer à l'être, sans ouvrir à de nouvelles naissances." 

Les parcs ne peuvent pas, non plus, acquérir de nouveaux spécimens de ces deux espèces. De fait, les dauphins et les orques actuellement en captivité seront donc les derniers. On compte actuellement une trentaine de dauphins détenus en France, notamment au Parc Astérix, dans l'Oise. 

commentaires

Saint-Quentin : des ruches connectées pour mieux suivre l'activité des abeilles

Publié le 8 Mai 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, valeurs

Toutes les heures pendant quelques millisecondes, les boitiers transmettent des informations sur le téléphone portable ou l'ordinateur de l'apiculteur. Ils comparent deux coubres : l'hydrométrie et la températures dans les ruches. / © France 3 Hostabee, une start-up Saint-Quentinoise, propose un système de ruches connectées qui permet de suivre l'activité des abeilles et donc aux apiculteurs de déceler d'éventuels troubles dans la ruche ou encore le début de la production de miel.

Jean-Francois Villaire, apiculteur installé à Chavignon, possède 800 ruches. Et il installe un drôle d'appareil dans le couvain, l'endroit ou pondent les abeilles... Un petit boîtier blanc mis au point par la société Saint-Quentinoise Hostabee qui permet de connaître des informations capitales pour le suivi des ruches.

 "Le besoin est venu des apiculteurs au sein de l'association Au Nom des Abeilles. Chaque année ils perdaient un tiers de leur cheptel, il fallait trouver une solution", raconte M. Villaire.
Toutes les heures pendant quelques millisecondes, les boîtiers transmettent des informations sur le téléphone portable ou l'ordinateur de l'apiculteur. Ils comparent deux coubres : l'hydrométrie et la températures dans les ruches.

Mieux anticiper


L'apiculteur peut ainsi, sur plusieurs jours, se faire une idée de l'état de ses ruches. Il peut, grâce au boîtier, détecter un essaimage en préparation, un trouble a l'intérieur de la ruche bien plus précocément.

Ainsi, l'apiculteur peut être très réactif et anticiper les actions des abeilles. Pendant la période hivernale, il peut même se passer 6 mois sans qu'il n'ouvre les ruches.

Et la production devrait rapidement essaimer : 1000 boitiers sont en cours de fabrication. Hostabee espère equiper 300 000 ruches dans les 3 ans à venir... 

Résultat de recherche d'images pour "gif animé abeille gratuit"Résultat de recherche d'images pour "gif animé abeille gratuit"

commentaires

LA FERME SOUCHINET A VERNEUIL SOUS COUCY 02

Publié le 5 Mai 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, village autour de coucy

Aucun texte alternatif disponible.

bonjour ,voir des alpagas, des lamas ,nandous, autruches , émeux, poneys et une multitudes d autres espéces à VERNEUIL SOUS COUCY!!

en plus :le parcours sensoriel pieds- nus

Aucun texte alternatif disponible.

L’image contient peut-être : plein air et nature

L’image contient peut-être : oiseau, plein air et nature

Aucun texte alternatif disponible.

L’image contient peut-être : arbre et plein air

commentaires

La mairie de Margny-les-Compiègne met à l'honneur ses employés

Publié le 4 Mai 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, HISTOIRE, LA SOCIETE

 La mairie de Margny-les-Compiègne met à l'honneur ses employés

 

© France 3 les fortes gelées de ces derniers jours font des dégâts dans les vignes de l'Aisne. 50% des vignobles sont touchés à Chézy témoigne Olivier Derekeneire producteur de champagne.  

On sait qu'on a des dégâts, on n'est pas dans une bonne période, nos vignes ont 15 jours d'avance, avec des températures allant de - 5º à -6º les gels touchent des grappes qui commençaient à se constituer. Ce ne sont pas des gelées de printemps, mais plutôt des gelées d'hiver." Souligne Olivier Derekeneire producteur de champagne à Chézy dans l'Aisne.

Le printemps, cette année fait défaut les vignobles et les vergers français sont touchés par des gelées préjudiciables pour les récoltes alors que la végétation avait de deux ou trois semaines d'avance sur la saison.

"Chez nous les bas coteaux ont beaucoup souffert, mais par endroit, hauts et bas coteaux sont touchés par le gel, et ce n'est pas fini, car il y a encore les Saints de glaces à venir" ajoute le viticulteur de Chézy.  "Ce sont les aléas de la météo, on est obligé de subir."  
Pour l'instant, il est encore difficile d'évaluer l'ampleur des dégâts sur la production 2017, mais d'ores et déjà viticulteurs et arboriculteurs sont inquiets des conséquences que ces gels ont sur les bourgeons.

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>