Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Verneuil sous coucy par kate nana

Bienvenue sur ce blog ! Merci pour vos passage et bonne lecture !!

Articles avec #vie quotidienne catégorie

La nouvelle communauté de communes Retz-en-Valois

Publié le 5 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, VIE POLITIQUE

 La nouvelle communauté de communes Retz-en-Valois se cherche encore


(de gauche à droite) Jean-Pascal Berson premier vice-président, Céline Le Frère-Létoffé deuxième vice-président, Alexandre de Montesquiou président et Thierry Gilles, 12e vice-président.
(de gauche à droite) Jean-Pascal Berson premier vice-président, Céline Le Frère-Létoffé deuxième vice-président, Alexandre de Montesquiou président et Thierry Gilles, 12e vice-président.

Élus le 13 janvier, le président et les vice-présidents ont pris leurs fonctions dans la nouvelle communauté de communes de Retz-en-Valois. Née le 1er janvier, celle-ci est issue de la fusion de la communauté de communes de Villers-Cotterêts (CCVFR), de celle du Pays de la Vallée de l’Aisne (CCPVA) et de l’Ourcq et du Clignon (CCOC). Alexandre de Montesquiou, président ; Jean-Pascal Berson, 1er vice-président ; Céline Le Frère-Létoffé, 2e vice-présidente et Thierry Gilles, 12e vice-président en charge de la communication, s’expriment.http://www.lunion.fr/12305/article/2017-01-22/la-nouvelle-communaute-de-communes-retz-en-valois-se-cherche-encore

commentaires

Le “chicon” repart à la conquête des consommateurs

Publié le 5 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE

Le “chicon” repart à la conquête des consommateurs pour enrayer la chute de la production

L'endive, connue aussi sous le nom de "chicon" dans le Nord. / MaxPPPP
L'endive, connue aussi sous le nom de "chicon" dans le Nord. / 

Emblématique légume du nord, l'endive a connu une sévère chute de production, liée à la dureté de son exploitation, mais entend bien reconquérir les consommateurs, en misant sur ses vertus nutritives et son amertume unique.

 

"Regardez, c'est énormément de main d'oeuvre. Il en faut des étapes jusqu'à l'emballage final !", lance Florence D'Halluin, 36 ans, qui a repris en 2009 l'endiverie familiale à Marcoing (Nord), en désignant la vingtaine de salariés à l'oeuvre dans un grand hangar. C'est tout un processus en effet, avant d'obtenir ces tiges blanches en fuseau, qui n'existent pas à l'état sauvage. Il y a d'abord la récolte des racines, de septembre à novembre, après les semailles de printemps. Elles sont ensuite conservées dans des chambres froides, puis placées manuellement dans des bacs installés dans une "salle de forçage" - également nommée "salle de pousse" - où elles restent trois semaines dans le noir, avec de l'eau.

Vient l'étape du "cassage", où les racines sont séparées des endives qui se sont formées. Celles-ci rejoignent alors un tapis roulant dans une salle d'épluchage et de conditionnement, où des petites mains les emballent, en général par lot de 4 ou 5, en fonction de leur calibre. "L'endive est sans commune mesure avec le reste des productions maraîchères, pour la simple et bonne raison que c'est une culture en deux phases, avec du travail au champ et en salle", souligne Frédéric Le Vigoureux, président de l'Association des producteurs d'endives de France (APEF). Ce travail harassant, complexe et cher en main d'oeuvre, explique notamment la chute du nombre d'exploitations.

60 producteurs en moins en 5 ans

Certes les Hauts-de-France, avec une production annuelle de 165 000 tonnes, continuent d'assurer 95% de la production en France, de loin le premier producteur mondial devant les Pays-Bas et la Belgique (40.000 t chacun) et l'Allemagne (14.000 t). Mais la production a chuté, "avec 80.000 t de moins qu'il y a douze ans, même si les chiffres de ces trois dernières années sont plutôt à la stabilité" relève l'APEF. Quant à la filière, "elle a perdu 60 producteurs en cinq ans", dont beaucoup optent pour la culture de la pomme de terre, moins contraignante, indique M. Le Vigoureux.

Pour en finir avec les mauvais souvenirs de "cantoche" et redorer le blason du "chicon" - son autre nom dans le nord - les endiviers ont lancé fin 2016 une campagne de communication multimédia, à deux millions d'euros. Slogan: "l'endive, mangez-la pour le bien qu'elle vous fait!". Ses promoteurs espèrent remettre au goût du jour un légume découvert au XIXe siècle par le botaniste belge Franciscus Bréziers : cherchant à payer moins d'impôts sur ses cultures, il aurait dissimulé des pieds de chicorées sauvages dans sa cave, sous une petite couche de terre. Quelques semaines plus tard, il aurait découvert une plante blanche en forme de fuseau...

Bienfaits nutritionnels

Aujourd'hui, l'objectif est de faire connaitre les bienfaits nutritionnels de la "tomate de l'hiver", qui peut toutefois se consommer toute l'année, crue ou cuite.  "Elle est bénéfique pour le sang, les intestins, les rides grâce à ses vitamines, son fer, son calcium", détaille Michel Theret, grand maître de la confrérie de l'endive de France. Et si son amertume, plus ou moins marquée selon la trentaine de variétés, en fait un "légume clivant, comme la betterave ou les épinards", c'est aussi son atout, observe M. Le Vigoureux : "Regardez les produits qui se développent depuis dix ans, la bière ou le café... L'amertume, dans les cultures françaises ou anglo-saxonnes, est certes un goût moins familier, mais qui ne se perd pas. Beaucoup des gens adorent l'amer, les Italiens en raffolent".

Le chef Clément Marot, qui tient une bonne table dans le Vieux-Lille, voit dans l'endive "un légume extraordinaire", représentatif "de la gastronomie du Nord". Il aime le préparer en soupe ou en chutney avec de la pomme, et le servir avec du foie gras.
commentaires

Il y a 10 ans, l'Abbé Pierre nous quittait

Publié le 5 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, HISTOIRE, VIE POLITIQUE

Le 1er février 1954, l'Abbé Pierre, révolté par la misère et le froid extrême qui touche les pauvres et sans abris cet hiver là, lance un appel. Les médias radio et presse s'en font le relais. Pour l'Abbé Pierre, face à l'immobilisme de l'Etat, seuls les citoyens peuvent répondre efficacement.
Son appel à "l'insurrection de la bonté" est entendu et l'équivalent de huit millions d'euros vont être récoltés la semaine suivante. 

L'Abbé Pierre est décédé il y a 10 ans, le 22 janvier 2007 mais son engagement auprès des plus pauvres et des plus faibles persite. Des centaines de citoyens, dans le cadre de collectifs, comités, associations, fondations et entreprises à but social assurent la relève. Retour sur une vie dédiée au bien être des plus pauvres.

© Emmaus international.org

 

Brûlé d'amour à Assise à l'âge de 14 ans

L'Abbé Pierre, de son vrai nom Henri Goudès, naît le 5 août 1912 à Lyon dans une famille bourgeoise, très investie dans la vie caritative. A 14 ans, il fait un pélérinage à Assise, en Italie, où il a une révélation divine.

" On ne peut pas comprendre ce que j'ai fait si on ne comprend pas qu'à l'âge de 14 ans j'ai été brûlé, au sens mystique du terme à Assise " Ce sont les paroles de l'Abbé Pierre lui-même, confiées à René Poujol, journaliste et auteur du livre "Le secret spirituel de l'Abbé Pierre". Toute sa vie sera désormais sous le sceau de ce Dieu d'amour.

Jeune scout, son totem est "Castor méditatif" mais de ce nom, les médias ont surtout retenu l'image du castor bâtisseur passant sa vie à plaider pour des logements dignes pour les déshérités, laissant de côté le qualificatif de "méditatif". Ainsi ses sept années passées dans un monastère capucin à Crest, dans la Drôme, sont moins connues du grand public. Il a 19 ans quand il y entre pour une vie marquée par la réflexion et la rudesse de la vie  monastique. Il est ordonné prêtre en avril 1938 et quitte le monastère pour le diocèse de Grenoble. 
 
L'Abbé Pierre, de son enfance à son engagement religieux et politique - Grand format janvier 2017 1/5

Photos : Fond photographique centre Abbé Pierre Emmaüs  -  France 3 Normandie  -  Stéphane Gérain, Bruno Belamri, Alban Vian

Intervenants :
René Poujol journaliste et auteur du livre « Le secret spirituel de l'Abbé Pierre »
Philippe Dupont, directeur du centre Abbé Pierre - Emmaüs
Jean Rousseau, président du centre Abbé Pierre - Emmaüs


En 1939, il est mobilisé comme sous officier puis démobilisé et en 1942, s'engage dans la résistance où il choisit son pseudonyme "Abbé Pierre" pour ne pas être repéré par la Gestapo ni le régime de Vichy. Tour à tour faussaire ou passeur, il monte des filières de passage dans les Alpes. Il va créer en 1943 le maquis de Malleval, dans le Vercors. Après la libération, il se lance en politique et se trouve élu parachuté en Meurthe et Moselle où il devient député en 1945 sous l'étiquette MRP (Mouvement Républicain Populaire). 


 

1949, première communauté d'Emmaüs


En 1947, l'Abbé Pierre ouvre une auberge internationale de jeunesse pour les orphelin de la guerre, à Neuilly-Plaisance. En 1949, il y accueille Georges Legay, un ancien bagnard qui venait de tenter de se suicider. Georges Lejay sera le premier compagnon d'Emmaüs, d'autres viendront rapidement à ses côtés.


 

1er février 1954 : l'appel de l'Abbé Pierre

L'hiver 1954 est extrêmement froid et meurtrier pour les sans abri. Le premier février, l'Abbé Pierre lance un appel qui va rester dans les mémoires : il interpelle toute la population et les gouvernants sur le sort des plus pauvres qui n'ont pas de toit pour se protéger du froid. La presse titrera "L'appel à l'insurrection de la bonté"

Si on se met à comprendre, à rentrer dans le système, on ne se révoltera jamais

 
commentaires

Compiègne : le Moyen-Âge dévoile ses trésors au musée Vivenel

Publié le 5 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, autres, VIE QUOTIDIENNE, valeurs, HISTOIRE

 

Compiègne : le Moyen-Âge dévoile ses trésors au musée Vivenel

 
 
 
Compiègne : les trésors du Moyen-äge
avec : Delphine Jeannot Attachée de conservation du patrimoine - Musée Antoine Vivenel; un reportage de Laurent Pénichou, Henri Desaunay et Isabelle Debraye

Le musée national du Moyen-Age de Cluny (Paris) est en pleine rénovation. Pendant la durée des travaux, 18 de ses oeuvres du XIVème siècle sont confiées à des musées de province. "Trésors du Moyen-Âge", une exposition itinérante à découvrir à Compiègne au musée Vivenel. 

Par Halima Najibi

Le musée Antoine Vivenel de Compiègne s’associe aux musées de la Porte du Hai­naut à Saint-Amand-les-Eaux et au musée de Saint-Omer pour exposer des sculptures majeures du XIVe siècle, 18 d’œuvres issues des collections du musée national du Moyen-Age de Cluny, à Paris. L’exposition de Compiègne, est la première étape de cette itinérance. 

Dates de l’exposition itinérante Trésors du Moyen-Âge
  • Musée Antoine Vivenel, Compiègne : 17 septembre 2016 au 8 janvier 2017
  • Musée de l’Hôtel Sandelin, Saint-Omer et musée de la Tour abbatiale de Saint-Amand-les-Eaux : 18 janvier au 16 avril 2017
  • Musée d’Art et d’Histoire, Avranches : 29 avril au 20 août 2017
Plus d'informations : www.musee-vivenel.fr
commentaires

une aide mensuelle de 20 à 30 euros pour la garde d'un enfant qui pourra être versée à compter du 1er mars 2017.

Publié le 2 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, LA SOCIETE

une aide mensuelle de 20 à 30 euros pour la garde d'un enfant qui pourra être versée à compter du 1er mars 2017.

Le conseil régional des Hauts-de-France a validé à l'unanimité ce jeudi une aide mensuelle de 20 à 30 euros pour la garde d'un enfant qui pourra être versée à compter du 1er mars 2017. Mais sous conditions.

 

Selon l'annexe de la délibération adoptée ce jeudi par le conseil régional des Hauts-de-France, cette aide vise à aider "les parents de jeunes enfants" qui "rencontrent souvent des difficultés pour concilier vie professionnelle et vie familiale, plus encore s’il s’agit de mener des démarches pour accéder à une formation ou à l’'emploi."

Quels montants ?

Le montant de cette aide est fixée à 20 euros par enfant et par mois pour une famille composée de deux actifs (en situation d’'emploi et/ou de formation) et de 30 euros par enfant et par mois pour une famille monoparentale composée d’'un actif (en situation d'’emploi et/ou de formation). Ce montant est attribué pour une durée de 11 mois au maximum sur l'’année civile concernée.

Selon Xavier Bertrand, le président LR de la région Hauts-de-France, ce dispositif coûtera entre 6 et 7 millions d'euros la première année puis disposera d'un budget de 10 millions d'euros.

Qui peut en bénéficier ?

Pour bénéficier de cette aide, il faut :
  • être domicilié en région Hauts-de-France (Nord, Pas-de-Calais, Somme, Aisne, Oise)
  • faire garder son ou ses enfants en région Hauts-de-France ou dans un département français limitrophe
  • une durée de la garde correspondant à au moins 20 heures par semaine
  • recourir à un mode de garde déclaré, agréé par la Caisse d'’Allocations Familiales, pour son/ses enfants de moins de 3 ans
  • justifier d'’une activité professionnelle pour les deux parents ou d'’une attestation de formation professionnelle qualifiante si l’'un des deux parents est en formation professionnelle qualifiante
  • un revenu net mensuel hors primes et 13ème mois ne dépassant pas trois SMIC (pour une famille de deux actifs), deux SMIC (pour une famille monoparentale)
Il faudra donc produire un certain nombre de justificatifs : bulletins de salaires, attestations de paiement de la CAF, attestation du mode de garde...

Quel calendrier ?

Cette aide de 20 ou 30 euros sera mise en place à compter du 1er mars 2017. Le dépôt de la demande sera possible uniquement du 1er mars 2017 au 30 juin 2017 pour l'année en cours.

A qui s'adresser ?

Le dépôt de la demande se fera via le portail internet dédié de la région Hauts-de-France.
commentaires

les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire

Publié le 1 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, LA SOCIETE, HISTOIRE

les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire
les carriéres de saint pierre aigle tout un savoir faire

PIERRES NATURELLES POUR 
PARTICULIERS ET PROFESSIONNELS

La Société Nouvelle Saint-Pierre-Aigle fait partie du groupe Les Pierres de Paris, qui est un groupe famillial aux dimensions humaines.

Les Pierres de Paris disposent de plusieurs carrières et de deux usines ( St-Pierre-Aigle et Vassens ).

La S.N St-Pierre-Aigle est située dans la commune de Saint-Pierre-Aigle,dans le département de l' Aisne au Nord-Est de Paris ( à 45min de Roissy CDG ). Nous intervenons dans l'extraction, la transformation et la fourniture de pierres naturelles françaises.

Notre site dispose d'une équipe de spécialistes des pierres naturelles et d'un outil de production très performant (châssis multi-lames, débiteuses numériques, centres d'usinages, polissoirs, tours) ce qui nous permet de répondre à l'ensemble des demandes : éléments massifsdallagerevêtementbalustradescheminéemarbreriemoellons.
Nous fournissons principalement l'ensemble des pierres du bassin parisien, de Saint-Pierre-Aigle, de Saint-Maximin, de Vassens, de la Croix Huyart, mais aussi des pierres de Bourgogne, de la Vienne etc.

Envie d' originalité ? Nous pouvons réaliser différents effets de finition brossés, bouchardés, sablés, adoucis, polis...).

Bénéficiez de l' exclusivité de nos matériaux pour valoriser durablement votre patrimoine et laisser libre cours à votre imagination.

Le Site de Saint-Pierre-Aigle est en activité depuis les années 1970 et a su suivre la modernisation du métier, étoffer largement sa gamme tout en conservant son savoir-faire.

ADRESSE SOCIÉTÉ NOUVELLE SAINT PIERRE AIGLE

1 rue du Jardin 
 02600 Saint Pierre Aigle

Tél. : 03 23 55 81 06 
Fax : 03 23 55 81 30 
Mail : olivier.rambach@gmail.com

La Société Nouvelle Saint-Pierre-Aigle est votre carrière dans le département de l'Aisne. Notre équipe travaille la transformation et la fourniture de pierres naturelles. Nous pouvons intervenir en France et à l'international.

commentaires

Picardie : froid mais pas trop...

Publié le 1 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE

Navigation en IFR de Compiègne à Albert et retour

Picardie : froid mais pas trop...

 

Hiver froid gel givre route verglas
Hiver froid gel givre route verglas 

Janvier 2017 restera comme un mois plus froid que la moyenne, en Picardie. Mais c'est surtout la sensation de froid qui a marqué les esprits car les températures relevées, sous abri, par Météo France n'ont pas battu de record.

On a grelotté en janvier, en Picardie, mais on est loin des records de froid. Météo France a compté jusqu'à 22 jours avec des gelées à Fontaine-les-Vervins, dans l'Aisne, 20 jours à Beauvais, où a été enregistrée la température mensuelle la plus basse, -9,3°C. 17 jours avec des minimales en dessous de 0 à Amiens - Glisy, 16 jours à Abbeville. C'est davantage que d'habitude, la moyenne étant de dix jours avec des températures négatives en janvier à Abbeville, mais ces valeurs restent très éloignées du glacial mois de janvier 1940 : 30 jours avec des gelées, record absolu, souligne le centre de Météo France à Abbeville.

 

Et si le mercure à frôlé les -10° à Beauvais et près de Laon, le record de froid, de -18° en 1985, n'a pas été atteint non plus.

commentaires

accordéoniste de 15 ans fait danser dans les bals musette de l'Aisne

Publié le 1 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE, autres

accordéoniste de 15 ans fait danser dans les bals musette de l'Aisne

Mathieu Czensz est accordéoniste depuis ses 6 ans / France 3
Mathieu Czensz est accordéoniste depuis ses 6 ans 

Il s'appelle Mathieu Czensz, il a tout juste 15 ans et certains voient en lui, le nouveau Michel Pruvot. Mathieu passe ses dimanche à animer les bals musette avec son accordéon qui ne le quitte presque jamais. Le jeune homme surprend par sa déxterité et son professionnalisme.

Ses dimanches, il les passe à jouer de l'accordéon dans les bals musettes de l'Aisne. Mathieu Czensz, 15 ans, anime les fêtes du week-end, où l'accordéon est roi ! Le jeune prodige de 15 ans accompagne les danseurs. Certains le voient comme le futur Michel Pruvot, c'est peu dire.

Tout commence lorsqu'à 6 ans, il tombe par hasard sur un accordéon chez ses grands-parents. "J'ai pianoté un peu dessus et tenté quelques mélodies à l'oreille, pour voir", partage Mathieu. Depuis, l'instrument, tout comme ses grands-parents, ne le quittent plus. Ils enchaînent ensemble les bals musette. 

commentaires

SAINT QUENTIN LE BUS PASTEL./

Publié le 1 Février 2017 par kate nana dans PICARDIE, tourisme dans l aisne, VIE QUOTIDIENNE

SAINT QUENTIN  LE BUS  PASTEL./

Saint-Quentin : le réseau de bus Pastel prépare sa révolution

 

Réorganisation des lignes, modernisation du réseau, nouveaux services, les bus de la ville vont connaître des bouleversements significatifs au mois de juin. On vous dit tout.


Les lignes n’ont pas été modifiées depuis vingt-cinq ans et la billétique depuis près d’un demi-siècle. 

Gaël HÉRISSÉ
 
 
 
 

 

« Depuis deux-trois ans, on a perdu des clients, on s’essouffle. » Le constat établit par Joël Grzeziczak, le président des bus Pastel, est partagé par la communauté d’agglomération. Le réseau, qui n’avait pas connu de changements majeurs « depuis 25 ans », va donc subir un important lifting à compter du mois de juin. À commencer par l’organisation des lignes de bus. » « On déroule toutes les lignes pour les rendre plus rapides et plus efficaces », résume le président.

 

Ligne 1

Elle relie le faubourg d’Isle au quartier Europe. Jusqu’à présent, le terminus se faisait rue Boileau. La ligne est prolongée de quelques arrêts jusqu’à Colard-Noël. De l’autre côté, le terminus sud se fera avant le pont de Guise, mais il pourra ponctuellement desservir les arrêts « CTA », « Neuville École » et « Pont-de-Guise » grâce au système à la demande (lire encadré). Surtout, la ligne 1 se veut « la ligne chrono ». « La fréquence de la ligne est améliorée passant de 15 à 12 minutes », a indiqué Joël Grzeziczak jeudi lors d’une réunion d’information. L’intérieur des véhicules sera réaménagé, avec Wifi gratuit, luminaire d’ambiance et diffuseur d’odeurs.

 

Ligne 2

Si le terminus « Harly Centre commercial » ne change pas, la ligne 2 s’arrêtera désormais à Gauchy, au centre commercial Les Setiers (Intermarché) et non plus à Oëstres. Ce prolongement reprendra un tronçon de l’ancienne ligne 6. Le quartier de la Tombelle sera mieux desservi.

 

Ligne 3

Elle est considérablement raccourcie. C’est « la ligne des lycées ». Le terminus ne se fera plus à Neuville, mais à la gare. Pour se rendre à Neuville, il faudra donc prendre le 5. Les bus s’arrêteront à Salicamp (Cora) et non plus au parc des Autoroutes. L’arrêt « Stade Debrésie » sera desservi aux heures d’entraînement et l’arrêt « Cité de la solidarité » aux périodes d’ouverture des Restos du cœur.

 

Ligne 4

Elle est prolongée jusqu’au centre commercial Quentin-de-la-Tour (Auchan). Jusqu’à présent elle s’arrêtait au parc des Autoroutes. Elle y passera toujours, mais sans faire une boucle. Un effort sera fait pour desservir l’Epide et Proméo. De l’autre côté, le terminus se fera à la piscine Jean-Bouin et non plus à Rouvroy. Mais les habitants du village ainsi que les employés de la zone MBK pourront bénéficier du service Déclic, le bus à la demande. Pastel promet une fréquence de passage de 20 minutes maximum au lieu de 30 actuellement.

 

Ligne 5

Elle mélangera les actuelles lignes 3 et 5 pour devenir « Neuville / Centre commercial Quentin-de-la -Tour », en passant par l’hôpital. Là encore, la fréquence sera accélérée et cette ligne desservira mieux la zone du campus universitaire.

 

Ligne 6

La ligne sera raccourcie au sud avec un terminus au centre commercial les Setiers, à Gauchy. Elle reliera le centre commercial Auchan en passant par l’IUT, le centre-ville et la cité de Vermand. La desserte « Oestres/Papillons blancs » se fera désormais par la nouvelle ligne 2.

 

Navette Gauchy

Cette ligne secondaire est une création. Une navette interne à la ville de Gauchy reliera Intermarché au Moulin-de-Tous-Vents en passant par la mairie et les écoles. Les arrêts « E.-Freyssinet », « Le Royeux » et le nouvel arrêt « Route de Chauny », pour desservir Soprocos, pourront être reliés grâce au service à la demande.

 

commentaires

Démarchage téléphonique : Bloctel est-il vraiment efficace ?

Publié le 31 Janvier 2017 par kate nana dans PICARDIE, VIE QUOTIDIENNE, LA SOCIETE

Pour rappel, les consommateurs inscrits sur Bloctel, s'ils sont victimes d’un démarchage abusif, sont invités à le signaler sur leur espace personnel. Mais seuls les appels de prospection commerciale sont répréhensibles, ce qui exclut ceux émanant d’un service public, d’instituts d’études et de sondage ou d’associations à but non lucratif, souligne le site dédié.   

 

En juin dernier, nous vous révélions que quatre entreprises privées spécialisées en marketing privé étaient aux commandes de Bloctel. Ce qui signifie concrètement que les consommateurs fatigués du démarchage remettent leurs coordonnées entre les mains... de pros de la prospection

ne pas hésiter à relever le n° génant et son activité le nom de la société concernée  et remplir sur l ordi le formulaire là votre plainte est enregistrée

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>